Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
Les Nouvelles
Catégories :

Archives :
Nouvelles par date dans
la catégorie actuelle.


Avril 2017
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
<< >>



 Boycott des écoles : dernières évolutions
Nous vous en parlions très récemment : le futur "recensement" des personnes travaillant au contact des enfants, moyennant finances, est fortement chahuté par de nombreux auteurs. Depuis la fronde lancée par Philip Pullman et Anne Fine, de nouvelles déclarations se sont fait entendre alors que la presse britannique a très largement relayé le débat sur le web.

De nouvelles voix se sont fait entendre, à l'image de celles des deux anciens Children's Laureate (un titre annuel honorifique littéraire décerné par les enfants) Quentin Blake (illustrateur de renom : les livres de Roald Dahl, c'est lui) et Michael Morpurgo ("Les auteurs ne vont pas dans les écoles pour l'argent, mais simplement pour transmettre leurs histoires et donner aux enfants l'envie de lire. L'idée de devoir me soumettre à un test ou une évaluation pour ce faire est absurde") ou bien encore Anthony Horowitz ("Un enfant qui admire un auteur a grande foi en celui-ci, le voit comme quelqu'un de bien. Avec cette mesure, le gars qui a écrit un livre pourrait être un pervers malade et il faut protéger les enfants de celui-ci. Ce n'est pas un message fort positif").

Le gouvernement a néanmoins voulu minimiser la portée des accusations rappelant que les auteurs ne seraient pas forcé à se faire connaître, puisque la mesure ne s'applique pas pour des personnes rencontrant les enfants ponctuellement, mais pour celles le faisant "régulièrement" ou "fréquemment", à savoir plus d'une ou trois fois par mois : "Ceci a été fait car les visiteurs dans les écoles, bien que constamment accompagnés par un professeur, se trouvent dans une position unique de confiance où ils peuvent facilement devenir profondément apprécié et des élèves et recevoir leur confiance. Il nous faut donc être sur que cette confiance est entre de bonnes mains dans le cas où les élèves les rencontreraient en dehors de l'école, lorsqu'aucun professeur n'est présent. Si nous reconnaissons que la vaste majorité des travailleurs et volontaires n'irait jamais abuser de leur position de confiance, les parents n'accepteraient pas que des adultes travaillent avec leurs enfants, même de façon volontaire, sans qu'aucune sorte de vérification n'ait été menée". La position a été soutenue par Anthony Browne, dernier Children's Laureate en date : "J'ai idée que les auteurs ne devraient pas connaître d'exception, si toutes les personnes qui travaillent avec des enfants doivent être avalisées par la police, alors nous ne devrions pas faire exception".

Alors que chacun est libre de se faire une opinion sur l'épineuse question au cœur du débat, l'affaire reste à suivre...


posté par Haku le samedi 18 juillet 2009 à 14:46:13

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :)
 Pour Pullman, l'école est finie
On ne devrait plus revoir Philip Pullman dans une école. Telle semble être la conclusion d'une récente sortie de l'auteur en réponse à une mesure gouvernementale au Royaume-Uni. Celle-ci obligera, à compter de novembre 2010, toute personne travaillant de près ou de loin avec des enfants, de s'enregistrer auprès d'un organisme spécifique ; ce qui prévaut aussi bien pour les éducateurs que pour les auteurs (même étrangers) venus rencontrer les écoliers. Le paiement d'une taxe de 64£ (75€) est aussi prévue. La mesure, qui vise à la protection des enfants, a été prise en réponse à une sordide affaire de meurtre sur deux enfants tués par un employé d'école.

Des voix se sont inévitablement fait entendre et Philip Pullman a comparé cette mesure à la 'section 28', un projet finalement rejeté en 2003 qui visait à éviter toute "promotion" de l'homosexualité dans le milieu scolaire. "Ceci implique qu'aucun adulte ne choisirait de passer du temps auprès des enfants à moins de vouloir abuser d'eux. Qu'est-ce que ceci va apprendre aux enfants ? Cela leur apprendra que tout adulte est un violeur ou un meurtrier potentiel et qu'ils ne devraient jamais faire confiance à qui que ce soit, a-t-il ainsi déclaré, nous rapporte thebookseller.com . Naturellement, je ne veux rien avoir à voir avec une telle 'autorisation', et par conséquent, je suppose que je ne serai plus jamais autorisé à mettre les pieds dans une école. C'est quelque chose que je vais vraiment regretter, mais je me refuse de me plier à quelque mesure que ce soit qui me considère comme coupable avant même que je fasse quoi que ce soit de mal. Ce projet ne mérite rien d'autre que du mépris". Le son de cloche reste le même dans ses déclarations reprises par le Guardian :"D'autres auteurs ont besoins des revenus que génèrent de telles visites. Pour eux, l'insulte suprême est qu'il leur faut payer pour blanchir leur nom de quelque chose qu'ils n'ont pas commis".

Mais Pullman n'est pas seul sur l'affaire. Les auteurs Adele Geras, Franck Cottrell ou surtout Anne Fine, que nous évoquions déjà hier, ont épaulé Pullman. Fine a ainsi vivement réagi : "Pour avoir parlé depuis 32 ans dans les écoles sans le moindre accident, je refuse de me soumettre à un processus aussi humiliant. Tout ceci prend place dans une situation malsaine où nous nous sommes mis, dans laquelle les personnes proches des enfants sont presque vues comme des pédophiles potentiels".

L'affaire ne semble donc que commencer, nous en suivrons pour vous les éventuelles évolutions...


posté par Haku le dimanche 12 juillet 2009 à 11:43:11

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :)
 Sexe, drogue et littérature jeunesse
Peut-on tout mettre entre les mains des enfants ? Où s'arrête la littérature jeunesse ? Telles sont les questions qui se lisent en filigrane derrière la polémique provoquée par le roman Tender Morsels, de Mango Lanagan. Il faut dire que lorsque le mot "salope" ainsi qu'une scène de relation sexuelles entre une sorcière et un nain occupent une bonne partie de la toute première page d'un roman présenté tous publics qui en passe aussi par un viol en réunion un peu plus loin, certaines voix s'élèvent fatalement...

Anne Fine, auteure, note qu'en étudiant les retours de lecteurs sur le web, "presque tous les parents ont jugé le livre plutôt inapproprié. La plupart des enfants ont aimé le livre mais parmi les filles, beaucoup l'ont trouvé effrayant et répugnant". Philip Pullman s'est aussi laissé aller à quelques commentaires. A son goût, la couverture y est pour beaucoup ; le roman ayant bénéficié d'une couverture jeunesse et d'une édition adulte, et la mystérieuse illustration choisie pour l'édition jeunesse attire sans pour autant évoquer le contenu. "Les couvertures peuvent beaucoup vous en dire", explique-t-il. Quant au contenu et au besoin d'une possible classification, l'occasion était trop belle pour ne pas être saisie : "Cette idée vient d'une peur malvenue et d'une nostalgie sordide pour ce à quoi ressemblaient autrefois les livres. (...) Je ne pense pas que la littérature jeunesse doit s'interdire d'aborder certains thèmes. Pourquoi prendre une telle position, sachant que les enfants pourront rencontrer de bien pires choses dans la vraie vie, depuis le divorce - autrefois terrible et tabou - jusqu'au sexe et au trafic de drogue ? " Un sujet sur lequel rebondit un autre auteur de littérature jeunesse, Michael Rosen : "Si vous avez chez vous un livre estampillé à partir de neuf ans, est-ce que cela arrêtera un enfant de huit ans ? Un livre est un espace publique et on ne peut le contrôler. C'est pourquoi nous parlons de république des lettres. Ce sont les Puritains qui s'inquiétaient des désirs intimes des gens. Chercher à contrôler les lectures constitue la dernière vrille du puritanisme". Le débat n'en reste pas moins ouvert...

Source




posté par Haku le samedi 11 juillet 2009 à 19:54:57

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :)
 Philip Pullman, pour les librairies scolaires
Philip Pullman s'était déjà engagé dans un combat assez similaire. L'auteur a de nouveau plaidé en faveur des bibliothèques scolaires en apposant sa signature auprès de 3000 autres au bas d'une pétition déposée par Alan Gibbons, auteur de littérature jeunesse deux fois candidat à la Carnegie Medal (que Pullman a gagnée avec Les Royaumes du Nord).

Au cœur du débat, la volonté de voir fleurir les librairies scolaires dans les écoles britanniques. Le groupe de militants indique dans sa lettre que "malheureusement, certaines de nos écoles ne disposent pas d'une bibliothèque digne de ce nom. Il ne serait pas coûteux de rectifier cette situation, même en ces temps difficiles. Le coût social d'un manque d'accès à la littérature est très significatif". Pullman et Gibbons n'en sont pas à leurs débuts sur le sujet, comme nous vous le rappelions. Pullman déclarait déjà en novembre que "si vous avez une bibliothèque bien achalandée et une bibliothécaire qualifiée au cœur d'un groupe scolaire vous avez la base pour une éducation bien structurée. Je n'aurais pu grandir dans une école sans une bibliothèque ou une bibliothécaire pour me conseiller les livres que j'étais susceptible d'aimer lire".

Alors qu'une école sur deux seulement ne dispose de bibliothécaire à plein temps au Royaume-Uni, cette pétition a été déposée auprès du secrétaire d'état aux enfants, écoles et familles, afin de faire entrer ces bibliothèques scolaires dans la loi. La date d'expiration de la pétition est posée pour le 11 décembre prochain.

Source


posté par Haku le samedi 11 juillet 2009 à 19:18:15

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :)
 Pullman bénévole chez Oxfam.
Nous vous en avions parlé : Philip Pullman était bien présent ce samedi pendant deux heures en tant que travailleur bénévole au magasin de charité Oxfam de St Giles Street, à Oxford. L'auteur est venu dans le cadre de la Bookfest aux côtés de nombreuses autres célébrités afin d'encourager les gens à donner et acheter autant de livres que possible au profit d'œuvres caritatives.

Dès la semaine passée, il déclarait son plaisir à l'Oxford Mail : "Il y a des années, je travaillais dans une bibliothèque sur Charing Cross Road, à Londres. Bien que je n'aie jamais travaillé véritablement dans une librairie, j'en suis très intéressé. Si quelqu'un m'approche en tenant avec espoir l'un de mes livres, je ferai l'acte consacré et le signerai". Les impressions de l'auteur au moment d'effectuer son bénévolat étaient tout aussi positives : "C'est comme si vous mettiez quelqu'un qui adore le chocolat dans une confiserie. Je vois là plus d'une demie-douzaine de livres que j'aimerais prendre avec moi"...

Un exemplaire d'occasion avec jaquette de l'édition originale du Miroir d'Ambre, estimé de base à près de 30€, a notamment été signé et mis en vente avec un surcoût relatif au paraphe.

Source : Oxford Mail


posté par Haku le lundi 06 juillet 2009 à 16:53:30

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :)
 Titre honorifique pour Philip Pullman
Philip Pullman a été honoré mercredi 24 juin 2009 aux côtés de cinq autres personnes de tous horizons à l'occasion d'une cérémonie de l'Université d'Oxford ayant pris place au Sheldonian Theater. Philip Pullman a ainsi été gratifié d'un titre honorifique de Docteur ès lettres.
L'auteur a "énormément" apprécié cette journée et le lieu où elle se déroulait : "C'est le genre de choses qu'Oxford sait faire mieux que toute autre université, j'en suis sûr. Le décor est tellement beau, vous ne pourriez rêver de plus belle toile de fond. (...) Quand j'étais un jeune étudiant fainéant, il y a une quarantaine d'années, il ne m'était jamais venu à l'idée que je me retrouverais ici dans de telles circonstances. Se trouver ici pousse à l'humilité, c'est très excitant et c'est une chose dont on peut être très, très fier. Je n'ai pas vu un aussi beau temps à Oxford depuis une éternité, c'est un moment magnifique et agréable."

Le Professeur Richard Jenkyns, porte-parole de l'université a considéré Philip Pullman comme un “tisseur de contes extrêmement doué”, introduisant son sujet dans une petite comparaison humoristique : "Qu'est-ce que les Britanniques ont réussi à faire mieux que les autres ? Ils ne dominent pas les autres s'il s'agit de tennis, de cuisine ou d'opéra. Mais si on en vient à la littérature pour le plaisir des enfants, on peut se risquer à penser que c'est un domaine dans lequel on a surpassé tous les autres”. Ont ensuite été évoqués la ribambelle d'auteurs ayant vécu à Oxford et le fait que Pullman avait fait de ladite ville un élément intégrant de son oeuvre phare.

Une cérémonie en grandes pompes, donc, que même des manifestants venu protester contre un futur centre de tests sur les animaux n'ont su vraiment ternir.

Source


posté par Haku le vendredi 26 juin 2009 à 23:28:53

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :)
 Pullman et l'archevêque
Philip Pullman s'est souvent montré réactif à l'évocation de la question religieuse. Et si Rowan Williams, archevêque de Canterbury, a dit du bien de sa trilogie, Philip Pullman a à son tour réagi à ses propos, nous rapporte l'Oxford Mail.
L'auteur aurait donc déclaré que Dr Williams devait “avoir une très bonne vue” pour voir une trace de Dieu dans son œuvre. Il a aussi fait une petite remarque que nous lui connaissons bien, là encore : "C'est toujours plaisant de savoir ses propres livres lus et débattus, mais ce que les gens disent à leur sujet, c'est à eux de le définir, pas à moi. Je suis athée car je ne crois pas à Dieu – mais je suis également une personne religieuse car je m'intéresse aux questions dont traitent les religions comme savoir pourquoi nous sommes ici, d'où nous venons, et ce qui est bien ou mal. Mais ça ne signifie pas que nous avons à croire en Dieu”.

Source


posté par Haku le lundi 01 juin 2009 à 22:23:54

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :)
 Restez simples et clairs !
Prendre quatre trains et voyager huit heures, c'est ce qu'a entrepris un journaliste du Yorkshire Post pour aller rencontrer Philip Pullman chez lui. Ce qui en ressort, c'est une petite leçon à la sauce Pullman pour raconter des histoires : en deux mots, simplicité et clarté. L'auteur était par contre bien plus sceptique face à l'innovation qui ne lui semblait pas forcément être un atout... L'occasion pour lui d'écorner le film Gomorra et pour nous d'apprendre en contrepartie que La Garçonnière, de Billy Wilder, appartiendrait au rang des films préférés du père de Sally Lockhart ! Cittàgazze vous traduit le tout.



posté par Haku le dimanche 31 mai 2009 à 10:23:38

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :)
 Dans le monde de Pullman
Philip Pullman apparaît souvent dans la presse dans des domaines souvent éloignés de la littérature. La preuve avec ces dernières implications...
Avant tout, l'auteur a été l'un des nombreux signataires d'une lettre publiée dans l'Observer. Celle-ci souligne que la crise des notes de frais qui ébranle en ce moment l'Angleterre "révèle une nation gouvernée par une élite politique qui a cessé d'écouter qui que ce soit et qui ne rendent plus compte à personne d'autre qu'à leurs propres partis". L'essentielle demande qui en ressort est un référendum pour l'adoption de la représentation proportionnelle.

Peu avant, l'auteur a été évoqué comme l'un des soutiens d'un projet estimé à 5M£ visant à la création d'un musée dédié aux espèces d'animaux éteintes du coté de Portland, au Royaume-Uni. L'auteur a ainsi noté que ce projet "n'aurait jamais dû être nécessaire. Mais il l'est finalement, et je suis fier de voir l'imagination humaine mise en exergue pour commémorer la diversité de la vie plutôt que pour la réduire".

Pour finir, un nouvelle moins directe. Le quartier de Jericho, à Oxford, pour lequel l'auteur s'est battu dans l'affaire du projet immobilier au bord du canal, pourrait bien voir le plan de conservation dont il devait faire l'objet mis en suspens. La raison en est bien simple : les 40.000£ nécessaires ne seraient pas dans les caisses de la mairie ! Plus d'informations sur l'évolution de la situation quand on en aura !



posté par Haku le samedi 30 mai 2009 à 20:32:45

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :)
 Quand l'archevêque soutient la trilogie.
La trilogie A la Croisée des Mondes a en général plus fâché qu'enthousiasmé les instances religieuses. Néanmoins, parmi les quelques soutiens de Philip Pullman dans ce milieu se trouve Dr. Rowan Williams, archevêque de Canterbury. Les deux hommes se sont d'ailleurs déjà rencontrés, au cours d'un fort riche débat il y a quelques années, en 2004.
Cette semaine, au cours du Hay Festival, ce même Dr Williams a ainsi disserté un certain temps des aventures de Lyra : "Avant toute chose (Philip Pullman) s’empare du mythe chrétien, ou d'une version de celui-ci, et le fait avec assez de sérieux pour vouloir être en désaccord passionné avec celui-ci". Et si l'homme d'église est (bien sûr) en désaccord avec les vues athées de Pullman, il a néanmoins souligné sa "quête pour une façon de parler de la valeur humaine, et de la profondeur humaine (...) qui ne dépend pas de Dieu".

L'archevêque a également partagé l'idée de Pullman selon laquelle les autorités religieuses ne devraient pas réduire au silence l'équivalent des daemons – à savoir la "conversation interne" entre le Bien et le Mal : "La menace dans les romans de Pullman, c'est l’Autorité – des gens tels que moi dans son imagination – qui souhaite découper l’esprit humain et faire taire cette voix 'daemoniaque', la voix de l’imagination. Et au final on se retrouve avec ces inoubliables images poignantes d’enfants qui se voient séparés de leurs daemons, qui ne sont plus rien d'autre que des automates sans vie. Et ceci est terrible, c’est l’essence du mal. (…) J’ai le sentiment que la conscience de cette conversation interne, ce dialogue intérieur, doit avoir sa place dans un dialogue sensible, crédible et moderne au sujet de l’âme."

Source


posté par Haku le samedi 30 mai 2009 à 19:55:46

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :)
  « 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - »

  publicité  

  publicité