La naissance de Jésus et l’arrivée des bergers
Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts



Follow Twittagazze on Twitter

Partager
menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenu Flux RSS menu
 
La naissance de Jésus et l’arrivée des bergers [extrait 2/6] :.
Mardi 04 Mai 2010 - 15:24:12 par Soldat Bleu - Détails - article lu 939 fois -

La naissance de Jésus et l’arrivée des bergers




Quelques temps plus tard vint un décret de l’empereur romain, ordonnant à chacun de rentrer dans sa ville natale afin d’accomplir un recensement. Joseph vivait à Nazareth en Galilée, mais sa famille est venue de Bethléem en Judée, à quelques jours de marche au sud. Il se demandait : que devrai-je déclarer pour le nom de Marie? Je peux énumérer mes fils, mais que vais-je faire avec elle ? Puis-je dire que c’est ma femme ? J’aurais honte. Dois-je dire que c’est ma fille ? Mais les gens savent que ce n’est pas ma fille, et d’ailleurs, il est évident qu’elle attend un enfant. Que puis-je faire ?

Il finit par se mettre en route, avec Marie montée sur un âne à sa suite. L’enfant pouvait naître à n’importe quel moment, et Joseph ne savait toujours pas quoi raconter à propos de sa femme. Lorsqu’ils eurent presque atteint Bethléem, il se retourna pour voir comment elle allait, et vit qu’elle ne semblait pas bien. Peut-être avait-elle mal, pensa-t-il. Il se retourna encore un peu plus tard, et cette fois, il la surprit en train de rire.

« Qu’est ce qui se passe ? » demanda-t-il. « Il y a un instant tu n’avais pas l’air bien, et maintenant tu ris. »

« J’ai vu deux hommes, » répondit-elle, « et l’un d’entre eux était en larmes et pleurait, tandis que l’autre riait et se réjouissait. »

Il n’y avait personne en vue. Il se demanda comment cela pouvait-il être possible ?

Mais il n’en dit rien d’avantage et ils arrivèrent bientôt à la ville. Chaque auberge était pleine, et Marie pleurait et tremblait pendant que l’enfant s’apprêtait à naître.

« Il n’y a plus de place », dit le dernier aubergiste qu’ils interrogèrent. « Mais vous pouvez aller coucher dans l’étable – les bêtes vous garderont au chaud. »

Joseph installa leur literie sur la paille et mit Marie à l’aise, puis il courut appeler une sage-femme. Quand il revint, l’enfant était déjà né, mais la sage-femme s’écria « Un autre arrive. Elle donne naissance à des jumeaux. »

Et en effet, un second enfant naquit juste après. Ils étaient tous les deux des garçons, le premier semblait solide et en bonne santé, mais le deuxième était petit, faible et chétif. Marie habilla l’enfant sain dans un vêtement et le déposa dans la mangeoire, puis elle allaita le second en premier, parce qu’elle avait pitié de lui.

Cette nuit-là, certains bergers surveillaient leurs troupeaux sur les collines à l’extérieur de la ville. Un ange étincelant de lumière leur apparut, et les bergers prirent peur jusqu’à ce que l’ange déclare « N’ayez aucune crainte. Ce soir un enfant est né en ville, et il deviendra le Messie. Vous le trouverez enveloppé dans des bandes de tissu et couché dans une mangeoire. C'est ainsi que vous le reconnaitrez.»

Ces bergers étaient des juifs pieux, et ils savaient ce que signifiait l'avènement du Messie. Les prophètes ont prédit que le Messie, l’Enfant Sacré, arriverait pour libérer des Israélites de leur oppression. Les juifs avaient subi beaucoup d’envahisseurs au cours des siècles ; les Romains incarnaient les derniers en date, et ils occupaient maintenant la Palestine depuis plusieurs années. Beaucoup de gens espéraient l’arrivée du Messie pour mener le peuple Juif à la bataille et s’affranchir du pouvoir de Rome.

Alors ils se rendirent en ville pour le retrouver. Entendant les pleurs d’un bébé, ils avancèrent vers l’étable derrière l’auberge, où ils découvrirent un vieil homme qui veillait sur une jeune fille nourrissant un nouveau-né. À côté d’eux, dans la mangeoire, se trouvait un autre bébé enveloppé dans des bandes de tissu - celui qui pleurait. Et c’était le deuxième enfant, le frêle, parce que Marie l’avait allaité en premier avant de le coucher pour s’occuper de l’autre.

« Nous sommes venu voir le Messie, » déclarèrent les bergers, et ils s’expliquèrent au sujet de l’ange qui leur avait dit où trouver l’enfant.

« Celui-ci ? » demanda Joseph.

« C’est ce qu’on nous a dit. C’est comme ça que nous l’avons reconnu. Qui aurait pensé à chercher un enfant dans une mangeoire? Il doit s'agir de lui. Ça doit être l’envoyé de Dieu. »

Marie écouta cela sans surprise. N’avait-elle pas entendu quelque chose de similaire de la part de l’ange qui était entré dans sa chambre? Cependant, elle était fière et heureuse que son fils le plus frêle reçoive un tel hommage. L’autre n’en avait pas besoin ; il était solide, calme et tranquille, comme Joseph. Un pour Joseph, et un pour moi, pensa Marie, et elle conserva cette idée dans son cœur, sans rien en dire.


[voir l'extrait précédent | voir l'extrait suivant

Détails
Mardi 04 Mai 2010 - 15:24:12
Soldat Bleu
Source : guardian.co.uk
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

publicit  

Jésus le bon et Christ le vaurien

  publicit