Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Pour se culturer entre amis et apprendre des choses qui n'ont rien à voir avec le monde de Pullman

Modérateur : Régents

Avatar du membre
Nef
L'Autorité
Messages : 5933
Enregistré le : jeu. 05 sept. 2002, 21:34
Localisation : Lorient, bretagne !
Pourcentage avancement The Secret Commonwealth : 100

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Nef »

Il passe pas tout court Mulan. Il est reporté à "plus tard quand tout le monde ira mieux"
Nef :)
Pas de gadgets, pas de Q !
Code ami Mario Kart Tour : 626676141179
Avatar du membre
Anne-Emmanuelle
Archange
Archange
Messages : 7091
Enregistré le : mer. 04 oct. 2006, 22:29
Localisation : Sur Vinéa

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Anne-Emmanuelle »

Oh, j'avais lu il y a 2 semaines qu'il sortait le 25 juillet !!!
Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3680
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Nabubulle »

@AE : Le Covid-19 perturbe toutes les sorties, notamment celles des grosses productions !
Concernant Little miss sunshine, ça m'étonne beaucoup qu'Arte ne propose qu'une VF...ceci étant, je n'ai pas de TV et je ne regarde les films sur Arte qu'en streaming sur leur site, mais la vostfr est toujours proposée, et je trouve curieux que ce ne soit pas le cas sur la chaîne TV :o

Dans la série confinée, je n'en ai pas parlé mais j'ai vu, vers la fin :

- Play, de Ruben Östlund, un réalisateur que j'aime beaucoup, qui a fait Snow Therapy que j'avais adoré et The Square, palme d'or à Cannes il y a quelques années, qui était très bien mais pas aussi dingue que le précédent. Bref. Play, c'est un film qui date de 2011 et qui s'inspire d'un fait divers suédois : des bandes de jeunes ados ont racketté des plus jeunes à de très nombreuses reprises, en mettant au point une méthode de manipulation qui n'impliquait aucune violence physique. Dans ce film, on suit donc trois enfants qui doivent avoir vers les 11 ans, qui se font prendre par un groupe bien déterminé à leur piquer un téléphone. La mise en scène est quasi-documentaire, l'ensemble est mi-glaçant mi-fascinant, tant on voit progressivement les trois jeunes se faire avoir, petit à petit, dans un cercle vicieux manipulatoire. En arrière-plan, le réalisateur interroge également sur différents faits de société, que ce soit le statut social (la bande qui rackette est composé de jeunes issus de l'immigration et vivant dans des conditions bien moins aisées que les trois gamins très très favorisés) ou encore la place et la responsabilité des adultes dans ces affaires d'enfants (puisque les adultes sont au mieux inexistants, au pire inefficaces/facteur aggravant). C'était un film très fort et très perturbant, j'aimerais bien trouver des gens qui l'ont vu pour pouvoir en discuter.

- Paranoïd Park, de Gus van Sant : Un film très célèbre d'un réalisateur non moins célèbre, bon, on retrouve les classiques de l'auteur en terme de mise en scène, de rythme et de thématiques. Par exemple, il m'a beaucoup fait penser à Elephant sur ces points-là. On suit un ado, fasciné par le skate, qui commence à traîner vers Paranoïd Park, skate park légendaire dans la ville. En parallèle, une enquête a lieu suite à la mort d'un homme près dudit skate park. C'était pas mal, mais pas le genre de film qui me bouleverse.

Et puis, il y a eu la réouverture des cinémas :love:

- Un fils, Mehdi M. Barsaoui : Tunisie, début du printemps arabe (je crois). Un couple et leur enfant de 9 ans partent en week-end dans le sud de la Tunisie. Mais leur voiture est la cible de terroristes et l'enfant, Aziz, est grièvement blessé. Les parents filent alors à l'hôpital le plus proche, et une longue attente commence...C'est bien filmé, hyper prenant mais également assez dur. On surfe entre le drame familial et le drame social. Vraiment très beau.

- Elephant Man, David Lynch : Film qui date des années 80 et dont la copie a été restaurée (et le rendu est très chouette). Je ne connaissais de Lynch que son côté génialement wtf, comme Mulholland Drive, et je m'apprêtais à me faire retourner le cerveau, mais non, en fait, ce réalisateur sait également faire des films géniaux et compréhensibles ! C'était un régal, et une histoire belle et poétique. Si vous n'avez pas encore vu ce vieux film, je vous le recommande :)

- Benni, Nora Fingscheidt : Benni, 9 ans, navigue de foyer en foyer du fait de sa très grande instabilité émotionnelle (qui débouche sur des scènes de violence monumentales), et rêve de retourner vivre chez sa mère qui, dépassée, l'abandonne progressivement. Un AVS arrive et tente une nouvelle méthode pour canaliser Benni et lui permettre de se stabiliser.
J'aime bien les films qui traitent de cette thématique et celui-ci propose une approche que je n'avais jamais vu encore (l'approche "parfois ça ne marche vraiment pas"). Du coup c'était intéressant, la jeune actrice interprétant Benni envoie du lourd, mais ça dure un peu trop longtemps...comme si la réalisatrice insistait pour être certain qu'on comprenne où elle veut en venir, alors qu'on a compris depuis quinze bonnes minutes déjà. Et la fin ressemble beaucoup trop à celle de Mommy, de Xavier Dolan, ce que je trouve franchement dommage, surtout que ça aussi, on le voit venir.

- Jumbo, Zoé Wittock : Je suis allée voir ce film uniquement parce que je me demandais ce qu'on pouvait faire avec un scénario pareil (=une jeune femme tombe amoureuse d'un manège dans un parc d'attraction...objetphilie ?). La réponse est décevante.

- Lucky Strike, Kim Yong-Hoon : Thriller coréen où l'on suit plusieurs personnages dont les histoires vont, à la fin, être liées. Le début est difficile, on zappe de personnage en personnage et on ne voit pas le lien, mais progressivement, le rythme s'installe et le film se bonifie. C'est ce genre de film qui a un rapport à la violence semblable à celui de Tarantino, et où le réalisateur semble se moquer ouvertement de ses personnages. Distrayant.

- Mon nom est clitoris, Lisa Billuart Monet & Daphné Leblond : Documentaire où les réalisatrices interrogent plusieurs jeunes femmes (la vingtaine je pense) sur leur sexualité/la sexualité. Le film commence en leur demandant de dessiner un clitoris, et cela amène différents sujets (masturbation, orgasme, première fois/virginité, porno...). C'est frais, assez drôle (il y a eu des éclats de rire comme j'en entends rarement au ciné), sans prétention, juste un film pour entendre des femmes parler de sexualité. Ce qui est déjà très cool, et permet de déconstruire quelques clichés.

Voilà, j'en ai vu d'autres, mais je publierai plus tard !
Avatar du membre
Anne-Emmanuelle
Archange
Archange
Messages : 7091
Enregistré le : mer. 04 oct. 2006, 22:29
Localisation : Sur Vinéa

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Anne-Emmanuelle »

Pour Little Miss Sunshine, j'étais étonnée aussi. Mais la "langue principale" proposait le français, le 2e choix ("langue préférée" je crois ?) était aussi en français. Et ensuite comme c'est Arte, la langue 3 est le français et la langue 4 l'allemand.
Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3680
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Nabubulle »

Trop bizarre ! Peut-être que la personne chargée de trouver les versions du film pour Arte (je suppose que ça s'achète en plus du film ?) est une militante du lobby pro-VF ? xD

Hop, j'en profite pour faire le point sur les derniers films que j'ai vus, toujours à l'affiche je pense :

- Crash, David Cronenberg : En ce moment, c'est le paradis des films restaurés. Du Cronenberg, du Lynch, bientôt du Ozu, La haine également...bref, il y en a un paquet ! J'en ai donc profité pour découvrir un vieux Cronenberg, assez culte, où l'on suit un homme qui, suite à un accident de voiture, découvre le merveilleux monde des gens qui éprouvent du plaisir sexuel grâce aux accidents de voiture. Oui, c'est curieux comme concept. Au niveau du film, cela donne quelque chose de très étrange. En fait, c'est un film d'ambiance, qui ne tourne pas vraiment autour du développement d'un scénario mais plutôt autour de la création d'une atmosphère, mi-malaisante mi-fascinante dans le cas présent. C'était une expérience vraiment intéressante, mais clairement pas un coup de cœur. C'est un peu longuet sur la fin (ça va bien deux minutes d'être dans le mi-mal et la jouissance de l'accident), et par ailleurs, un des personnages importants dans le film est typiquement le genre de personnages que je ne supporte pas au cinéma, non pas pour l'antipathie profonde qu'il dégage, mais surtout parce qu'il s'agit d'un personnage tellement sombre et glauque qu'il en devient une caricature - et une facilité, car trop souvent utilisé dans les films.

- L'ombre de Staline, Agnieszka Holland : Biopic autour de Gareth Jones, jeune journaliste gallois qui, après avoir obtenu une interview d'Hitler (nous sommes dans les A.30), souhaite en obtenir une de Staline, notamment pour l'interroger sur les moyens permettant à l'URSS de se développer aussi rapidement sur le plan industriel (=d'où vient l'argent pour tout ça ?). Il part donc en URSS, rejoindre un de ses amis, journaliste brillant, apparemment sur une piste. Mais, à son arrivée, il apprend que ce dernier est décédé lors d'un cambriolage...(vous la voyez, l'anguille sous la roche ?)
Un biopic qui passe bien malgré quelques travers, surtout au début (on sent un peu l'exagération hollywoodienne dans la forme). C'est très intéressant, je ne connaissais pas du tout l'histoire de ce journaliste !

- Madre, Rodrigo Sorogoyen : Depuis dix ans, une jeune mère espagnole vit et travaille en France, dans un bar proche de la plage où son fils a de cinq ans a disparu, partagée entre l'espoir, le deuil et l'attente. Un jour, elle rencontre un jeune adolescent d'une quinzaine d'année, qui ressemble à son fils. Alors, la première scène de ce film est magistrale : c'est la scène de la disparition, un plan-séquence d'une dizaine de minutes je pense, magistralement interprété et ultra-puissant, il prend vraiment aux tripes. La suite du film m'a, à titre personnel, un peu déçu. Dans l'ensemble, c'est quand même très doux et assez délicat comme manière d'aborder un drame aussi dur que celui de perdre un enfant sans savoir ce qu'il est devenu. Mention spéciale pour la photographie, on a des images somptueuses de l'océan et de la plage, et des mouvements de caméra très fluides, qui rendent l'ensemble agréable et renforce la douceur du film.

- The king of Staten Island, Judd Apatow : Une comédie très fraîche, drôle et décalée sur un mec de 24 ans complètement paumé, gentiment attardé (c'est lui qui le dit), qui rêve d'ouvrir un restaurant-salon de tatouage, qui passe sa vie à fumer et à s'entraîner au tatouage sur ses amis (misère). Bien évidemment, des événements vont se produire et l'obliger à se réveiller un peu, entre sa copine-pas-copine qui le laisse tomber et sa mère qui se trouve un nouveau compagnon, 17 ans après le décès de son mari (et père de Scott, décédé dans l'exercice de ses fonctions de pompier quand Scott avait 7 ans). Un bon moment, et le style vestimentaire de Scott est éblouissant.

- The climb, Michael Angelo Covino : Une comédie encore. Kyle et Mike sont les meilleurs amis du monde. A quelques jours du mariage du premier, Mike lui annonce, en pleine balade à vélo, qu'il a couché avec sa future femme, plusieurs fois, et qu'il serait prêt à recommencer. Forcément, l'aveu ne passe pas très bien. Et la suite prend un tour inattendu :) J'ai bien apprécié cette petite comédie, avec ses personnages aux caractères bien trempés et sa passion pour le vélo.

- Hotel by the river, Hong Sang-soo : Dans un hôtel, un poète, persuadé de mourir bientôt, demande à ses deux fils de le rejoindre pour passer la journée avec eux. En parallèle, une jeune femme qui vient de vivre une rupture que l'on devine compliquée suite à une relation qui semblait l'être encore plus, reçoit la visite d'une amie, venue lui remonter le moral. C'est en noir & blanc, c'est très contemplatif, ça m'a plutôt ennuyé. Voilà.
Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4614
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Rey »

Mais j'adore little miss sunshine. En plus, on met toujours la musique quand on part l'été avec notre camion. on a montré le film aux enfants récemment et ils ont aimé aussi.

On leur a aussi montré "sauvez Willy" avant hier. Pacôme et Flavien ont pleuré, pleuré, pleuré...
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal
Avatar du membre
Anne-Emmanuelle
Archange
Archange
Messages : 7091
Enregistré le : mer. 04 oct. 2006, 22:29
Localisation : Sur Vinéa

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Anne-Emmanuelle »

Ah ben ma mère m'avait emmenée au ci éma le voor quand j'avais 10 ans et j'avais versé toutes les larmes de mon corps. Notamment quand ils la mettent sur le camion et ont peur qu'elle s'assèche et l'arrosent dans une station service.
Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4614
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Rey »

Ah ben pareil. Ils ont pleuré là. Et quand Jesse dit qu'il s'en va après avoir jeté le filet. Et quand les gars sabotent l'aquarium. Et quand la voiture manque de tomber dans le fossé. Et quand les bateaux bloquent la sortie du port.
C'étaient les grandes eaux de Versailles dans le salon :'D
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal
Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3680
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Nabubulle »

En vous lisant, je réalise que j'ai raté un grand drame dans ma jeunesse, ça me donne presque envie de rattraper ça en visionnant, 20 ans après toute ma génération, Sauvez Willy xD

En attendant, j'alterne entre film contemporain et film restauré (ou du moins reprogrammé au ciné)

- Pluie noire, Shôhei Imamura : Film de 1989 où nous suivons une famille japonaise (l'oncle, la tante, leur nièce) à Hiroshima pendant et après la bombe atomique. L'oncle et la tante ont été irradié, leur nièce seulement victime de la "pluie noire". On suit leur quotidien et celui de leur proche.
Waouh :O Quelle claque ! Un film en noir & blanc, au rythme zen mais sans aucune longueur. Le début nous plonge très bien dans l'ambiance insouciante d'une "journée comme les autres", alors que l'on sait très bien, en tant que spectateur, ce qu'il va se passer. Le moment où la bombe éclate et la traversée des trois personnages dans la ville détruire sont saisissants. Sans mouvement de caméra particulier (par exemple, des tremblements qui pourraient renforcer la sensation de paniquer, ou des cut saccadés, etc.), juste par la puissance de la mise en scène, on se retrouve bouleversé et on se rappelle à quel point cette bombe est une ignominie. Et puis, ensuite, il y a la vie paisible en attendant une mort certaine, avec les traumas de la guerre, la santé qui se dégrade doucement, la mise à l'écart de la société, et ça pendant des années, car la bombe tue aussi à petit feu. Et tout cela raconté avec une extrême douceur, sans mélodrame, sans violon, et même avec humour et poésie à de nombreux moments. Je réalise en faisant cette critique à quel point c'est du grand cinéma, en fait. Bref, gros coup de cœur !

- L'infirmière, Kôji Fukada : Un thriller assez classique, sympa sans être fantastique. ça manque de nouveautés (et donc de surprises, et donc de "oh mais c'est donc ça", "quoi ? je ne l'avais pas vu venir !", "waouh, quel renversement de situation", et c'est dommage sur ce genre de films, pourtant construit pour susciter ça, du moins c'est mon ressenti), mais ça se laisse regarder.

- Chongqing Blues, Wang Xiaoshuai : Un homme revient dans son ancienne ville, après 14 ans d'absence. Il y avait laissé son ex-femme, et abandonné son fils de 10 ans. Entre temps, il s'est reconstruit une vie ailleurs, une nouvelle femme, un nouveau fils. Mais voilà, le premier est décédé après avoir initié une prise d'otage dans un supermarché. Alors, nous suivons ce père qui, des mois après, car il était en mer (il est capitaine sur un bateau), revient à Chongqing pour se recueillir, et pour comprendre. Et donc se souvenir de son fils, et donc réapprendre à le connaître. Dans cette quête très compliquée, il renoue avec son passé, et observe également à quel point son ancienne ville à changer.
J'avais beaucoup aimé So long, my son, du même réalisateur, et on y retrouve plusieurs choses : la réflexion sur les liens familiaux, les blessures, le temps qui passe, et la contemplation comme rythme. C'est beau et dur, plein d'humanité, peu de dialogues mais énormément de choses dites à travers les expressions des personnages. Tout en découvrant une ville qui s'industrialise et s'agrandit à vitesse folle, et les changements de mode de vie entre les générations. C'était très bien.

- La haine, Mathieu Kassovitz : Enfin, je vois ce film ! Un grand plaisir de le découvrir au cinéma, de voir Vincent Cassel jeune, et puis de suivre ces trois lascards, sur un ton mi-humour mi-dramatique. C'est fou de se dire qu'il date de 95 et qu'il reste d'actualité. Sinon, c'était dynamique, très amusant grâce à l'humour distillé tout au long du film, très immersif aussi, et la fin...waouh.
Avatar du membre
Soldat Bleu
Archange
Archange
Messages : 5394
Enregistré le : dim. 25 déc. 2005, 00:29
Localisation : Frankfurt a. M.

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Soldat Bleu »

J"avais aussi vu Sauvez Willy 1 en VHS en primaire et puis la classe est allée voir le 2 au cinéma.
Avatar du membre
Earwen
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4990
Enregistré le : sam. 21 sept. 2002, 10:38
Localisation : 221B Baker Street

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Earwen »

Nabubulle a écrit :
lun. 10 août 2020, 20:16
En vous lisant, je réalise que j'ai raté un grand drame dans ma jeunesse, ça me donne presque envie de rattraper ça en visionnant, 20 ans après toute ma génération, Sauvez Willy xD
Pareil ! J'ai juste en tête 1 image emblématique (le saut de l'orgue par dessus une petite digue).
La médiocrité n'admet rien de supérieur à elle-même, mais le talent reconnaît instantanément le génie. Arthur Conan Doyle
Avatar du membre
DarkHvn
Ange
Ange
Messages : 1135
Enregistré le : mer. 09 juin 2004, 09:39
Localisation : Perdue au milieu des anges
Pourcentage avancement The Secret Commonwealth : 100

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par DarkHvn »

Nabu, tu donnes envie avec Pluie Noire. D’autant plus que je connais peu le cinéma japonais, à part les films d’animation et Takeshi Kitano.
Jamais vu Sauvez Willy non plus !
"Je me croyais riche d'une fleur unique, et je ne possède qu'une rose ordinaire. Ca et mes trois volcans qui m'arrivent au genou, et dont l'un, peut-être, est éteint pour toujours, ça ne fait pas de moi un bien grand prince." Et, couché dans l'herbe, il pleura.
"Personne ne vous a apprivoisé et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes belles mais vous êtes vides. On ne peut pas mourir pour vous."
Avatar du membre
LaLuna
La Mendiante
Messages : 3338
Enregistré le : mar. 10 mai 2005, 21:58
Localisation : London Baby!
Contact :

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par LaLuna »

Nabubulle a écrit :
lun. 10 août 2020, 20:16
- Chongqing Blues, Wang Xiaoshuai : Un homme revient dans son ancienne ville, après 14 ans d'absence. Il y avait laissé son ex-femme, et abandonné son fils de 10 ans. Entre temps, il s'est reconstruit une vie ailleurs, une nouvelle femme, un nouveau fils. Mais voilà, le premier est décédé après avoir initié une prise d'otage dans un supermarché. Alors, nous suivons ce père qui, des mois après, car il était en mer (il est capitaine sur un bateau), revient à Chongqing pour se recueillir, et pour comprendre. Et donc se souvenir de son fils, et donc réapprendre à le connaître. Dans cette quête très compliquée, il renoue avec son passé, et observe également à quel point son ancienne ville à changer.
J'avais beaucoup aimé So long, my son, du même réalisateur, et on y retrouve plusieurs choses : la réflexion sur les liens familiaux, les blessures, le temps qui passe, et la contemplation comme rythme. C'est beau et dur, plein d'humanité, peu de dialogues mais énormément de choses dites à travers les expressions des personnages. Tout en découvrant une ville qui s'industrialise et s'agrandit à vitesse folle, et les changements de mode de vie entre les générations. C'était très bien.


Ayant moi-même vécu à Chongqing, tu me donnes vraiment envie de le voir !


Et sinon sérieux les mecs, qui n'a pas vu Sauvez Willy ?! O_o O_o
"Je m'empresse de rire de tout de peur d'être obligé d'en pleurer"

Oook.
Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3680
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Nabubulle »

Lal, tu pourras donner ton avis sur la représentation de la ville dans le film, si tu le vois, ça peut être bien cool ! :D

Il semblerait que Citt' soit un repère de gens n'ayant pas vu Sauvez Willy :p
Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4614
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Re: Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Message par Rey »

Oui, surprenant ! Sauvez Willy, quoi... LE film qui a fait un carton dans notre enfance (bon, faut reconnaître que la mienne est plus lointaine que celle de pas mal d'autre vous).
Je prévois de leur montrer le grand blond avec une chaussure noire. Joan va surkiffer, c'est sur !
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal
Répondre