Interview de Chris Weitz, réalisateur d'ALCDM

Toutes les news concernant le Film. Pour les autres adaptations, un forum leur est dédié un peu plus bas.

Modérateur : Régents

Avatar du membre
Nef
L'Autorité
Messages : 5870
Enregistré le : jeu. 05 sept. 2002, 21:34
Localisation : Lorient, bretagne !

Interview de Chris Weitz, réalisateur d'ALCDM

Message par Nef » mar. 21 sept. 2004, 20:12

Titre : Interview with Chris Weitz
Source : Bridge To the Stars
Traduction : Sunny
Interview de Chris Weitz

Chris Weitz, le réalisateur du film qui sera réalisé à partir d’A la Croisée des Mondes, a récemment contacté le site Bridge To The Stars. Il a remarqué que beaucoup de fans ont réagi de façon sceptique en entendant que ce serait lui qui réaliserait le film et il a voulu profiter de l’occasion pour répondre à des questions de fans et faire taire certaines de leurs craintes. Ce qui suit sont ses réponses aux questions les plus fréquemment posées par les fans de l’œuvre sur BTTS et sur le net.

BTTS : Qu’est ce qui vous a attiré dans cette histoire, quand vous l’avez lue pour la première fois et pourquoi avoir voulu réaliser le film adapté de ce livre ?

Chris Weitz : J’ai lu The Golden Compass (ou plus précisément Les Royaumes du Nord, en travaillant sur Pour un Garçon, à Londres en l’an 2000. Des amis m’avaient parlé d’une fantastique série de Fantasy Britannique, « écrite pour des enfants, mais destinée aux adultes » ou quelque chose dans ce genre. J’ai été absolument ébahi par l’imagination, l’audace et l’intelligence du livre et ai lu dans la foulée La Tour des Anges (Le Miroir d’Ambre n’était pas encore paru). Pour moi, il s’agit de l’une des plus grandes œuvres de fiction du XXè siècle. J’ai grandi avec Tolkien, mais pour être honnête, ceci le dépasse de beaucoup, en ce qui concerne l’ambition et la profondeur philosophique. Du moins, c’est ainsi que je le ressens et c’est ainsi que chacun qui voudrait faire un film de ces livres, devrait le voir – un engagement absolu.

Après Pour un Garçon, je savais que je voulais réaliser un grand film et que j’attendrais d’avoir la possibilité de faire quelque chose de plus complexe en ce qui concerne la portée et la signification. Rien d’approchant ne se présentait, jusqu’à ce que je j’apprenne que New Line voulait adapter A la Croisée des Mondes. Je n’ai jamais travaillé sur plus d’un film et ainsi rien ne concurrençait le temps et l’attention que je pouvais porter à celui-ci. Quant à savoir pourquoi quelqu’un voudrait réaliser A la Croisée des Mondes ? Il me semble qu’il offre tout ce qu’un réalisateur peut souhaiter – une histoire prenante, des personnages fascinants, de la profondeur tout autant psychologique que philosophique, des miracles et la chance de réaliser un film merveilleux. Quand vous travaillez sur un film, vous devez lui consacrer tout votre temps et votre attention et je savais que ce serait un bonheur de faire cela pour A la Croisée des Mondes.


BTTS : Y a-t-il des films ou des réalisateurs qui vous ont inspirés pour la réalisation d’A La Croisée des Mondes ?

CW : Oui, mais pas ceux auxquels on pense en premier lieu. Le Seigneur des Anneaux est évidemment une réalisation extraordinaire en termes de logistique, de portée, de taille de la production, d’attention au détails, de plongée dans l’œuvre, mais je pense qu’A la Croisée des Mondes demandera encore d’autres éléments en plus. Il faut que cela devienne un film beau et émouvant sur les êtres humains et leurs âmes (je ne veux pas prétendre que Le Seigneur des Anneaux ne parle pas de ces choses, mais elles me semblent moins prépondérantes). Je pense que ce film devra un petit quelque chose à David Lean et à Akira Kurosawa, parce que ces deux réalisateurs travaillaient sur le terrain avec de grands formats et de grands mouvements de foule. Ils s’attardaient sur la psychologie des individus, ils composaient pour des lentilles larges et de grands canevas. Je pense qu’il y aurai bientôt, si ce n’est déjà fait, un éloignement des films à gros effets spéciaux, ce qui ne veut pas dire qu’A la Croisée des Mondes pourra se passer d’effets spéciaux – le film utilisera même le meilleur de ce que cette technologie peut offrir – mais il ne faut pas oublier que la magie de l’œuvre se trouve tout autant dans les relations des personnages que dans le potentiel spectaculaire. En ce qui concerne d’autres films ou réalisateurs, que je trouve bons, je pourrais citer : Le premier volet de la série Star Wars pour sa magie, mais pas les plus récents aux effets spéciaux extravagants, qui je pense se sont égarés ; Barry Lyndon de Kubrick pour sa pure beauté et pour l’attention que Kubrick a porté à chaque détail mais pas pour son rythme lugubre. Les films de Truffaut qui montraient les enfants comme de véritables personnes.


BTTS : Il a circulé pendant longtemps des rumeurs, qu’il n’y aurait que deux films et que l’histoire serait découpée différemment que dans les livres. Prévoyez-vous de faire ainsi, ou y aura-t-il un film pour chacun des livres de la trilogie ? Dans le cas de plusieurs films, comptez vous les réaliser en même temps, comme Peter Jackson pour Le Seigneur des Anneaux, ou seront-ils réalisés individuellement ?

CW : A La Croisée des Mondes est trop complexe pour se réduire à deux films. Puisque vous me le demandez, j’ai proposé une série de trois films à New Line et ils semblent être d’accord. Le premier film sera tourné seul, et il correspondra au premier tome Les Royaumes du Nord. Je pense qu’il faut commencer la série avec Lyra en tant qu’héroïne. Parler tout de suite de Will, demanderait de revoir toute l’intrigue d’A la Croisée des Mondes et cela pourrait être dangereux pour l’intégrité de l’œuvre. Le second et le troisième film seront sans doute tournés en même temps, comme cela a été fait pour les deuxième et troisième volets de Matrix.


BTTS : Le premier film aura-t-il partout le même titre, ou sera-t-il appelé The Golden Compass aux USA et The Northern Lights en Grande-Bretagne ?

Je ne connais pas la réponse à cette question, mais je ne pense pas que cela changerait grand-chose si le film n’avait pas le même titre en Grande-Bretagne qu’aux USA.


BTTS : Pouvez vous nous donner un aperçu du mémoire, que selon Empire Online, vous avez envoyé à New Line, sur la façon de travailler sur les livres ?

CW : Bien sûr que je peux. J’aimerais d’abord expliquer le fait qui m’a frappé, comme tout un chacun, que je ne sois pas le premier choix pour réaliser cette œuvre. Il aurait été évident de choisir des gens comme Ridley Scott, Ang Lee, Peter Weir … tous de brillants réalisateurs. On ne me considère pas comme appartenant à la même catégorie, en ce qui concerne ce que j’ai fait jusqu’à présent. Ainsi il me revenait d’expliquer pourquoi je pensais être la personne qui devait réaliser A la Croisée des Mondes. J’ai exposé mes vues dans deux documents – un traité, qui est une sorte décomposition de l’intrigue du film proposé en scènes et séquences et un autre document, qui était plutôt un essai personnel concernant mes sentiments à propos des livres. Pour une entreprise de ce genre, il est important de voir que la personne qui mènera le projet a bien, a des sentiments profonds à l’égard de l’œuvre, un engagement réel, allant jusqu’à des sacrifices personnels si cela est nécessaire et des affinités avec l’histoire. Il a été remarqué – dans vos propres colonnes en fait – qu’il n’y a pas nécessairement beaucoup de choses dans mes travaux précédents qui indiqueraient que je suis dans la ligne de l’œuvre de Philip Pullman. J’ai évidemment mon idée en ce qui concerne cette remarque – et j’en parlerai dans mes réponses aux questions suivantes – mais la réponse finale, ne sera donnée que lorsque le film sera terminé. Cependant il est important pour moi, et je pense pour New Line, qu’ils puissent apprécier mon envie de réaliser A la Croisée des Mondes. Si vous additionniez les deux documents, vous arriveriez à une trentaine de pages, ce qui signifie que j’avais pas mal de choses à dire.

BTTS : Certains fans sont inquiets du manque de films « sérieux » dans votre parcours, ce qu’ils voient comme un problème puisqu’A la Croisée des Mondes a plutôt de la profondeur. Comment prévoyez-vous de traiter les aspects sombres d’A la Croisée des Mondes ?

Au premier abord, en tant que fan des livres, j’aurais été terrifié si j’avais lu que j’allais adapter A la Croisée des Mondes, laissez moi essayer de rassurer quiconque reste à convaincre…
Premièrement, laissez moi évoquer mon propre parcours. Je vais sûrement avoir l’air d’être un peu sur la défensive, mais j’espère que ça illustrera que je ne suis certainement pas la dernière personne qui puisse apporter son point de vue sur les livres.
Comme Pullman, j’ai fréquenté un collège Oxfordien, dans mon cas, Trinity College à Cambridge, qui était aussi important et arrogant que le fictif Jordan à Oxford. Pourtant, je suis né aux Etats Unis, j’ai fait les trois années complètes à Cambridge (le cursus normal est de trois années, pas quatre) puis je suis allée en « 6ème année » (études supérieures) à Londres. J’ai eu à la fois les bourses d’études junior et senior en littérature anglaise à Trinity. Mon époque était le 17ème siècle. Je suis raisonnablement expérimenté sur l’écriture de Milton, et je me flatte moi-même de ne pas être voûté comme Blake. De plus, je suis un catholique défaillant crypte-bouddhiste, ce qui est plutôt approprié pour ceci…
Pour ce qui est du passé cinématographique – je ne dénie pas que les films que j’ai fait précédemment n’ont pas de rapport avec A la Croisée des Mondes, mais je reconnais humblement que j’ai quelque expérience pour porter un roman à l’écran, ayant été nominé aux oscars pour avoir adapté le scénario de Pour un garçon. j’essaie de faire chacun de mes films aussi bien que possible dans leur genre. Je voulais demander que mes précédents films soient jugés de cette façon. Les laissant de côté, je considère A la Croisée des Mondes comme le plus important projet de ma vie, en partie parce que c’est l’un des quelques livres qui ont changé ma vie et en partie parce que, comme je l’ai déjà dit, je pense que c’est un grand travail d’imagination.
Ce n’est pas, inutile de le dire, une comédie. C’est une immense fable de mondes parallèles bien conçue avec le monde dans lequel on vit et les problèmes qui affectent nos vies en tant qu’enfant, parent et individu de la société. C’est plein de sens profonds, sagesse et intelligence. Il requiert une approche au maximum de ses forces en tout point.
Laissez moi modérer cela légèrement en remarquant que je dois penser prudemment à utiliser le terme « fable », je pense que pullman n’a pas nécessairement le même opinion. Bien que l’héroïne soit une enfant, il n’y a rien de puéril ou stupide dans A la Croisée des Mondes. C’est souvent d’un ton très sombre, parfois morne, cependant comme tous les grands romans, il se place dans l’extatique, l’humoristique, et aussi bien dans la politique.
Les aspects s ombres- ils peuvent être préservés de tout désir de dragéifier ou de les amoindrir. Les mauvais de l’histoire souhaitent détruire les âmes des enfants pour leur propre bien. C’est un si terrible crime comme on peut l’imaginer dans n’importe quel livre ou film et il est nécessaire qu’il soit protégé du marketing. La naissance de Lyra, la souffrance qu’elle combat sur son chemin, le pays des morts, le pouvoir oppressif du Magistratum, tout doit rester. Quand à la manière de le dire, ils devraient être conquis par la sympathie humaine, en terme d’émotion des personnages, sans nécessairement être pompeux, sans les embourber dans de grands violons. Ils devraient traiter avec la lumière le fossé compréhensible entre le comique et l’émotionnel aussi bien que l’a fait Pullman.


BTTS : Pensez vous que les aspects plus controversés d’A la Croisée des Mondes (comme l’image donnée de la religion) seront atténués ou totalement gommés ?

CW : Nous en venons là, au cœur du problème. Cela sera certainement le point qui génèrera le plus de controverses parmi les fans et le public.

Laissez moi d’abord vous dire que je suis allé voir Philip Pullman et que nous avons discuté in extenso de ce sujet. Son sentiment, et j’en parle sans avoir l’impression de le paraphraser de façon abusive, est que « l’Autorité » en question pourrait être tout pouvoir arbitraire qui entrave la liberté de l’individu, qu’il soit religieux, politique, totalitaire, fondamentaliste, communiste ou n’importe quoi d’autre. Cela me laisse une certaine marge de manœuvre pour esquiver les problèmes assez traîtres, qui découlent de l’adaptation d’A la Croisée des Mondes à l’écran.

New Line est une société qui produit des films pour en retirer un bénéfice. Il serait difficile d’en attendre une position différente. Les responsables m’ont exprimé leur souci de voir A la Croisée des Mondes perçu comme antireligieux, ce qui en ferait un projet qui ne tiendrait pas la route financièrement. C’est mon job de faire en sorte que l’esprit de l’œuvre passe à l’écran et pour ce faire je dois affronter les difficultés propres à l’œuvre, mais aussi les craintes du studio. Inutile de dire que tous mes efforts tendront à garder à A la Croisée des Mondes son esprit libre et iconoclaste. Mais il y aura probablement des modifications dans les termes. Il est probable que vous n’entendrez pas parler d’église, mais de Magisterium. Ceux qui veulent comprendre, comprendront. Je n’ai aucunement l’intention de changer la nature ou les intentions des méchants du livre, mais ils pourraient apparaître sous des formes plus subtiles.

En ce qui concerne la religion, je pense qu’A la Croisée des Mondes n’est pas une oeuvre athée, mais au contraire, hautement spirituelle et révérencieuse. Je pense que Pullman s’en prend aux formes, aux hiérarchies, aux impératifs des religions en place, et non pas au sens qu’il existe quelque chose de différent, au-delà de notre monde. Ceux qui pensent qu’il s’attaque à la religion se trompent.

Je ne sais pas exactement à quels autres aspects controversés vous pensez – l’histoire d’amour peut être ? Celle-ci doit être traitée avec tact et sympathie.


BTTS : Quelle tranche d’âge voulez vous viser et quelle catégorie pensez vous obtenir de la MPAA ?

CW : Sans vouloir copier un jeu de Milton Bradley, mais la tranche des 8-80 ans me semble tout a fait appropriée. Quant à la catégorie, il me semble qu’une interdiction au moins de 13 ans soit réaliste. Une catégorie R est restrictive et je ne vois pas quel passage du livre nécessiterait un R. Mais il y a de la violence et de la souffrance, et je n’ai pas envie de les gommer. Un PG-13 me semble donc sensé.


BTTS : La plupart des fans sur notre site semblent davantage vouloir que le film arrive à retransmettre l’esprit du livre, plutôt qu’une adaptation littérale. Qu’aller-vous faire pour rendre l’esprit du livre ?

CW : Je pense que j’ai déjà partiellement répondu à cette question plus haut, mais – pour moi, faire un film c’est arriver à rendre une atmosphère propre. Dans ce cas précis, cela signifie que du casting au plateau, des costumes au caméra tout doit contribuer au sérieux et à la magie d’A la Croisée des Mondes. Cela peut se faire en partie en trouvant les bonnes personnes – des techniciens comprenant cette œuvre et s’enthousiasmant pour elle, des acteurs qui veulent bien investir de leur temps et de leurs sentiments dans les personnages, un compositeur qui apprécie le fait que les thèmes et le sujet diffère de toute autre œuvre épique. Le travail de tous doit être coordonné et chapeauté avec un soin extrême, car ce film est une vaste entreprise et l’inconsistance serait un ennemi.

D’autre part, je peux m’appuyer sur Philip Pullman. Si j’écris cela maintenant, c’est en partie parce que Philip a lu mon mémoire sur le film et l’a aimé et parce que nous menons un dialogue constant et fructueux et que j’espère bien continuer cette correspondance et cette collaboration. Cela est du en grande part, au fait qu’il est un homme amical et raisonnable. Cela demande une grande force morale de voir quelqu’un adapter votre travail, mais je crois qu’il sait que je donne le meilleur de moi-même pour adapter sa création à l’écran. Il sait également que je serai le premier à partir si un aspect du film violait le sens de son œuvre.


BTTS : Quand un film est basé sur un livre, il existe toujours de problème de savoir ce qu’il faut couper pour le film ne soit pas trop long. Pouvez-vous nous donner une idée de ce qui sera coupé ou ajouté aux films et pourquoi vous pensez que cela est nécessaire ?

CW : Je ne peux parler encore du second et du troisième volume, car je ne m’en suis pas encore occupé. En ce qui concerne Les Royaumes du Nord, il peut y avoir quelques changements d’ordre « cosmétique », mais aucun personnage n’a été supprimé du script, jusqu’à présent. Parfois des évènements et des distances sont en quelque sorte compilés – Asriel, par exemple est emprisonné dans des quartiers somptueux dans le palais de Iofur Raknison à Svalbard, et non plus au nord. La raison en est que Lyra a du faire de nombreuses étapes vers le nord et d’en rajouter une, pourrait ralentir le dénouement. Je pense que les modifications seront la plupart du temps de cet ordre là.


BTTS : Comment pensez-vous gérer tous les effets spéciaux que ce genre de film nécessite ?

CW : Je compte travailler très dur là-dessus. Et engager les meilleurs. Mon souci principal est que les techniciens savent à peu près tout faire et qu’il y a une tendance à exploser le cadre de l’histoire et de perdre ainsi le sens des réalités et la prise sur les émotions que dégagent les personnes et les choses réelles. Je pencherai plutôt en faveur de maquettes et de filmer sur le terrain que d’utiliser un environnement 3D. Pour les daemons, je vais utiliser un maximum d’animaux. Ceci dit, il y a des problèmes de logistiques qui ne permettent pas de tourner le film uniquement avec des caméras, et il est évident que les meilleurs effets spéciaux seront utilisés à maintes reprises. Iorek Byrnisson sera un personnage largement numérisé, il n’y a pas moyen de faire autrement. Il faut simplement engager les programmeurs et dessinateurs d’animation qui un sens aigu des personnages et de l’histoire, et de les diriger avec le même soin qu’on prend à diriger des acteurs.

Cela peut donner un mélange d’inspiration et de logistique – avant chaque scène, il faudra que je me demande, quelle est la meilleure manière de la réaliser. La réponse, selon le cas, peut être une combinaison de différentes techniques.


BTTS : Quelles scènes pensez-vous, sont les plus difficiles à rendre à l’écran ?

CW : Il y aura deux sortes de difficultés : les techniques et les thématiques. Les scènes de foule, avec énormément d’humains et de daemons, seront un véritable défi à relever, en ce qui concerne l’incorporation des effets spéciaux au travail de la caméra. Les scènes entre Lyra et Iorek seront une sorte de pont au dessus du fossé entre les deux sortes de difficultés, car il est très difficile pour un acteur de jouer avec quelqu’un ou quelque chose qui n’est pas là et cela demande beaucoup de doigté au réalisateur. Du point de vue thématique, je m’inquiète des difficultés pour présenter l’idée de « mutilation/séparation » - parce qu’un enfant ayant subi ce traitement ressemble toujours à un enfant normal. Je ne veux pas forcer les réactions du public en les faisant ressembler à des zombies ; le pouvoir de l’idée doit venir de ce que nous reconnaissons l’horreur spirituelle de l’acte dans le contexte de ce monde. C’est un défi, mais c’est un défi que je m’apprête à relever.


BTTS : Quelles sont les scènes que vous êtes impatients de filmer ?

CW : J’ai du mal à choisir. Je suppose que ce sont les scènes clés émouvantes avec Lyra, qui donnent leur sens à toutes les autres, mais il y a de beaucoup de très belles scènes. Lyra qui parle à Iorek derrière le bar d’Einarsson. Le duel entre Iorek et Iofur et ainsi de suite.


BTTS : Savez vous où vous allez tourner les films ? Certaines scènes seront-elles filmées sur les lieux même de l’histoire (par exemple à Oxford) ?

CW : J’ai été au Worcester College à Oxford (l’alma mater de Pullman) pour discuter de la possibilité d’y tourner. Je pense que ce serait important. J’aimerais également tourner dans les marais d’ East Anglia, là où vivent les gitans, bien qu’il aient été drainés et ne soient plus tout à fait pareils. Par-dessus tout, j’aimerais tourner une partie du film dans le cercle arctique (ce qui pourrait être partout entre le Nord du Canada et l’Islande). Il y a quelques mois, j’ai été à Svalbard (la vraie ville, environ à 1.000 miles au nord d’Oslo) pour comprendre ce que cela représente, être près du pôle – c’est absolument spectaculaire, même si cela peut s’avérer difficile en terme de tournage et de conditions de vie. Cela se répercutera aussi sur le budget et il y a toujours des compromis et des marchandages dans ces cas là, mais en tout cas, ce sont là mes intentions.


BTTS : Beaucoup de gens qui iront voir le film n’auront probablement pas lu les livres ; cela va-t-il changer votre façon de présenter l’histoire ?

CW : Non cela ne va pas beaucoup changer ma façon de présenter l’histoire. Je ne vais pas être tenté de baisser le niveau, si c’est ce que vous pensez. Il est toujours difficile de faire passer des informations d’arrière plan dans un film, il ne faut pas que cela soit trop évident et il ne faut pas sous estimer la capacité du public à comprendre.


BTTS : Y a-t-il déjà des projets de casting ? Y aura-t-il des auditions pour tous les rôles et si oui, où auront-elles lieu ?

CW : Rien n’est encore concret en ce qui concerne les castings. Pour Lyra, je pense ratisser large, mais même si on parle d’un casting ouvert, il est quand même impossible que n’importe qui joue n’importe quel rôle. Pour trouver Lyra, il ne suffit pas de trouver une bonne actrice, mais elle (et sa famille) doivent pouvoir supporter les rigueurs d’un tournage aussi important et il faut que cette expérience se fasse dans le cadre d’une enfance heureuse.


BTTS : Pouvez-vous nous donner une idée de date pour le premier film ?

CW : Donnez moi environ deux ans.


BTTS : Travaillerez vous en étroite collaboration avec Philip Pullman ? Vous a-t-il donné des idées ou des suggestions sur ce qu’il aimerait voir ?

CW : Voyez mes réponses plus haut. Aussi étroitement qu’il le souhaitera. Il n’a pas encore vu mon premier projet, et donc je ne peux vous dire, quels idées ou commentaires spécifiques il suscitera de sa part – bien qu’il ait dit, qu’il verrait bien Samuel L. Jackson en Lee Scoresby, ce qui n’était pas ce que moi j’imaginais en premier lieu ! Ce qui démontre bien qu’on ne peut toujours deviner les intentions de l’auteur, juste essayer de faire de votre mieux.


BTTS : Quelles relations pensez vous avoir avec les fans pendant la réalisation du film, et quel impact auront leurs commentaires sur votre travail ?

CW : Je pense que ce sont les fans qui feront de ce film un succès, s’il en devient un. Ils seront mes interlocuteurs de cœur et je discuterai avec eux aussi ouvertement que possible. Il y aura sûrement une influence des fans sur le film, mais j’aimerais cependant souligner que souvent les fans ne sont pas d’accord entre eux. Il ne faut pas oublier, que je suis un fan aussi et même l’un des plus fanatiques. Mais il se trouve que je suis dans une bonne position.


Merci à M. Weitz pour le temps qu’il nous a consacré et pour les bonnes dispositions qu’il a affiché envers les fans, discutant avec eux de la réalisation du film.
Cet article a été traduit par Sunny pour Cittàgazze.com. Si vous souhaitez utiliser l'article sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait faire un lien vers Cittàgazze.
Note : Chris Weitz s'est retiré du projet.
Modifié en dernier par Nef le mar. 01 nov. 2005, 13:22, modifié 2 fois.
Nef :)
Pas de gadgets, pas de Q !

Avatar du membre
DarkHvn
Ange
Ange
Messages : 1110
Enregistré le : mer. 09 juin 2004, 09:39
Localisation : Perdue au milieu des anges

Message par DarkHvn » mar. 21 sept. 2004, 20:46

Merci pour la traduction !!
En tout cas, dans cette interview, Chris Weitz me paraît très convaincant en tant que futur réalisateur du film.
Je pense, et j'espère ne pas me tromper, qu'il sera le bon.
Par contre, je n'aime pas trop l'idée de tourner d'abord le premier volet, et attendre avant les deux suivants... Mais bon, c'est déjà tellement beau de voir quelqu'un se lancer dans cette aventure !!
"Je me croyais riche d'une fleur unique, et je ne possède qu'une rose ordinaire. Ca et mes trois volcans qui m'arrivent au genou, et dont l'un, peut-être, est éteint pour toujours, ça ne fait pas de moi un bien grand prince." Et, couché dans l'herbe, il pleura.
"Personne ne vous a apprivoisé et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes belles mais vous êtes vides. On ne peut pas mourir pour vous."

Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4507
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Message par Rey » mer. 22 sept. 2004, 09:58

Merci pour cette traduction. Je suis d'accord avec DarkIvy en ce qui concerne Chris Weitz. Ca me rassure de voir qu'il a d'abord lu le livre pour lui, sans avoir d'idée derrière la tête puis qu'il l'a trouvé tellement profond qu'il a voulu le faire partager au plus grand nombre.
J'apprécie aussi de savoir qu'il va bien y avoir 3 films et non pas 2.

En revanche, je pense que ce n'est pas si mal de faire les 2 derniers volets plus tard que le premier. Ca peut permettre de rectifier le tir si l'esprit global devie un peu du livre ou si les effets speciaux font trop "faux"; bref, ca peut permettre d'améliorer l'adaptation s'il y a qq ratés...
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal

Avatar du membre
Oragon
Gitan(e)
Gitan(e)
Messages : 189
Enregistré le : sam. 08 nov. 2003, 17:54

Message par Oragon » mer. 22 sept. 2004, 13:22

C'est tellement bien de savoir qu'il fait le film parcequ'l les a lu, et non qu'il a lu le livre car il va faire le film ^^... :-D



DEUX ANS !!!!!!!!!!!!!! :wink

disons que je suis patient ! ^^

Avatar du membre
Selrahc
Erudit(e)
Erudit(e)
Messages : 689
Enregistré le : sam. 03 avr. 2004, 20:56
Localisation : Patrie de la galette saucisse
Contact :

Message par Selrahc » mer. 22 sept. 2004, 15:13

Ça va étre long 2 ans !!!!! Il à l'air d'étre assez fan, ça fait plaisir, au moins il va essayer(et j'éspère réussir) à faire un grand film!
...

Avatar du membre
Oragon
Gitan(e)
Gitan(e)
Messages : 189
Enregistré le : sam. 08 nov. 2003, 17:54

Message par Oragon » mer. 22 sept. 2004, 15:42

Ouai ca va être long, mais ça montre à quel point Cweitz prendra bien atention au film. d'ialleurs il n'a pas donné de date précise, ce qui montre qu'il ne se sent pas bloqué par un délai, et qu'il fera de so mieux !

Sinon vous avez lu, à moins que mes yeux me trahissent, j'ai cru comprendre que Pullman voyait Lee en Samuel L.Jackson .... vous en pensez quoi ? (c'est peut-être un sujet à mettre sur un autre post)

Avatar du membre
Haku
Archange
Archange
Messages : 5440
Enregistré le : ven. 13 févr. 2004, 20:50
Localisation : Ost!
Contact :

Message par Haku » mer. 22 sept. 2004, 17:46

J'avais lu l'interview en anglais, je vais la reprendre en français pour mieux saisir le sens du texte.
Toujours est-il que dès que je l'ai lu, j'ai affiché un grand sourire toute la soirée. Merci pour la traduc !
Weitz me semble plus que jamais quelqu'un de positif pour l'adaptation. Si ce qu'il nous dit est vrai... Je suis raide dingue à l'avance. Je suis confiant, rassuré. Bref, ALCDM est un film que j'attends d'arrache pied, depuis ce que j'ai lu au dessus.
Plus que tout, je trouve extremement positive son attitude : rencontrer Pullman, échanger avec les fans, se présenter de lui même avec un manuscrit pour décrocher le poste... Tout ça me rassure enormement sur sa motivation de faire bien les choses !
Modifié en dernier par Haku le mer. 22 sept. 2004, 18:01, modifié 2 fois.
Her servant for life
"Si Will et Lyra étaient sur Citt', ils auraient sûrement été bannis" ©SB 2009
In Dust we trust

Image

Avatar du membre
Oragon
Gitan(e)
Gitan(e)
Messages : 189
Enregistré le : sam. 08 nov. 2003, 17:54

Message par Oragon » mer. 22 sept. 2004, 17:50

Oui, je crois qu'on ne peut espérer mieux.

Avatar du membre
DarkHvn
Ange
Ange
Messages : 1110
Enregistré le : mer. 09 juin 2004, 09:39
Localisation : Perdue au milieu des anges

Message par DarkHvn » mer. 22 sept. 2004, 18:40

Haku a écrit :Je suis confiant, rassuré. Bref, ALCDM est un film que j'attends d'arrache pied, depuis ce que j'ai lu au dessus.
Plus que tout, je trouve extremement positive son attitude : rencontrer Pullman, échanger avec les fans, se présenter de lui même avec un manuscrit pour décrocher le poste... Tout ça me rassure enormement sur sa motivation de faire bien les choses !
Exactement. Il a l'air de vraiment vouloir le réussir et faire quelque chose de super. Il a l'air extrêmement motivé, et c'est un très bon point.
"Je me croyais riche d'une fleur unique, et je ne possède qu'une rose ordinaire. Ca et mes trois volcans qui m'arrivent au genou, et dont l'un, peut-être, est éteint pour toujours, ça ne fait pas de moi un bien grand prince." Et, couché dans l'herbe, il pleura.
"Personne ne vous a apprivoisé et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes belles mais vous êtes vides. On ne peut pas mourir pour vous."

Avatar du membre
lord-arsiel
Gitan(e)
Gitan(e)
Messages : 191
Enregistré le : ven. 20 août 2004, 13:48
Localisation : Toulouse

Message par lord-arsiel » mer. 22 sept. 2004, 21:10

c sur mais la seule chose qui m'a un peu déçu c qu'il va appeuler l'église le magisterium et pour ceux qui ne connaissent pas le livre, ils auront du mal à saisir

si non, tt le reste m'as vraiment rendu heureux ( comme par exemple qu'il va y avoir 3 films et nn deux ...)
lord arsiel vous souhaite une bonne journée

Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4507
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Message par Rey » jeu. 23 sept. 2004, 11:37

tu sais que crois que c'est pas si mal "magisterium". Ca permettra aux gens braqués d'aller voir le film. Et puis, si ca leur ouvre un peu les yeux, ils liront le livre et se rendront mieux compte. Je ne crois pas que ca enlevera la force de l'histoire et celle de ses significations. En plus, ca ammenera plus de gens à voir le film; c'est peut etre une bonne chose finalement...
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal

Avatar du membre
John Parry
Gitan(e)
Gitan(e)
Messages : 144
Enregistré le : dim. 29 août 2004, 19:48

Message par John Parry » jeu. 23 sept. 2004, 21:30

Merci pour la traduction!
Que une bonne partie des personnes, cette interview m'a rassuré sur certaines idées que j'avais à l'égard de Weitz. J'attends ce film avec grande impatience. Seul regret, c'est de savoir, que si les trois films voient le jour, (estimont à 2008-2009), nous aurons pris des années. Comment verra-t-on les choses à ce moment là?

Pour nous la question se pose pas, mais pour les autres, est-il plus judicieux de: lire le livre d'abord et voir le film après, ou le film en 1er et le livre en second?
"Nous sommes tous maître de nos choix, à nous de les assumer et de faire de notre mieux pour qu'ils soient bénéfique."

"La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien."
Socrate

Avatar du membre
Miss Coulter
Ours
Ours
Messages : 20
Enregistré le : dim. 07 déc. 2003, 12:09
Localisation : Perdue dans la Poussière
Contact :

Message par Miss Coulter » ven. 24 sept. 2004, 15:01

Cela fait un bail que je n'ai pas posté mais merci beaucoup pour la traduction! Moi qui étais pessimiste quant au choix du réalisateur, je le suis finalement un peu moins. Mais j'attends de voir le produit final avant de me prononcer: peut-être que ce ne sera pas de sa faute si le film n'est pas à la hauteur de nos attentes... En fait, ce qui m'inquiète le plus c'est la production: j'espère qu'elle laissera suffisamment de champ libre à ce monsieur.

Quant à Samuel Jackson je le vois bien! :) Je n'imaginais pas Lee avec une tête comme ça mais cet acteur serait très bon dans le rôle (et c'est un très bon acteur donc ça pourra très bien coller).

En tout cas, nous voilà un peu plus rassurés: ce monsieur est aussi fan que nous sûrement ^^

Pour les autres: on ne peut pas dire... tout dépend du film: si il est bien, le voir en premier ne dérangera pas, bien au contraire, il incitera à lire et permettra de mieux s'imaginer les scènes, les décors. Si il est décevant, ça serait dommage de le voir d'abord, parce que cela peut freiner les potentiels lecteurs.
* Miss Coulter, un mystère ambulant *

Un R.P.G, peut-être?

Avatar du membre
surfeuse
Spectre
Spectre
Messages : 74
Enregistré le : ven. 24 sept. 2004, 18:49
Localisation : Gap
Contact :

Message par surfeuse » dim. 26 sept. 2004, 12:26

Je viens de lire la traduction... :-D Ca fait plaisir de voir un réalisateur aussi passioné que lui... Mais deux ans, ça va être long et dur à tenir lol!
Sinon pour Samuel.L. Jackson je le vois très bien dans el rôle en y pensant! En plus j'adore cet acteur!
Il y a plus qu'à espérer que Chris Weitz arrive à faire un bon film et c'est tout ce que je lui souhaite!! :love:
Une vérité énoncée avec de mauvaises intentions surpasse tous les mensonges de l'imagination

Avatar du membre
Earwen
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4886
Enregistré le : sam. 21 sept. 2002, 10:38
Localisation : 221B Baker Street

Message par Earwen » dim. 26 sept. 2004, 15:37

Je suis séduite et convaincue par ce réalisateur !
Maintenant que j'ai lu cette interview, j'attends avec impatience le film, ou au moins les prochaines infos !
La médiocrité n'admet rien de supérieur à elle-même, mais le talent reconnaît instantanément le génie. Arthur Conan Doyle

Répondre