Quel est le dernier film que vous êtes allé voir ?

Pour se culturer entre amis et apprendre des choses qui n'ont rien à voir avec le monde de Pullman

Modérateur : Régents

Avatar du membre
Poussimon
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4948
Enregistré le : lun. 05 mars 2007, 09:41
Localisation : Pays Imaginaire
Contact :

Message par Poussimon »

J'ai vu le nouveau Jumanji. Enfin, le début parce que ça m'a pas passionnée suffisamment pour que je le regarde jusqu'au bout. En plus, on partait avec un casting sympa pour les personnages principaux: un Indien, un Black et deux nanas, et magie du scénario, on se retrouve finalement avec un casting macho de base: 3 mecs, la quarantaine bien tassée, et une petite nénette sexy de la moitié de leur âge. Oui, une des nanas est devenue un mec au passage, trop drôle! surtout quand elle s'extasie sur le fait d'avoir un pénis (faut croire qu'il y en a qui n'ont toujours pas compris que les filles cisgenre ne rêvent pas d'avoir un pénis). Bref, ça m'a vite gavée. Richard, qui l'a vu jusqu'au bout m'a confirmé qu'il était nul, que le vieux Jumanji était largement plus sympa, surtout pour le regarder en famille.
Poum est canon - Fan d'Eärwen et d'Arashi

Auteure de A la Croisée des mondes: paradis perdu et retrouvé
Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3679
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Message par Nabubulle »

@Haku : Tu me donnes envie d'aller voir Les garçons sauvages, ça fait longtemps que j'ai pas vu un OFNI ! :D

@Poum' : J'ai de très bons souvenirs du vieux Jumanji :) Et je ne regarderais pas ce remake du coup, vu ce que tu en dis x)

De mon côté, du nouveau depuis la dernière fois, mais peu car je peine à me dégager du temps pour aller au cinéma (et ça me manque) :
Haku a écrit : Lady Bird
Lady Bird a 17 ans, des rêves d'avenir plein la tête, mais Sacramento et des parents en difficulté pour quotidien. La fin du lycée approche, les garçons tournent autour d'elle. Et les premiers choix de la vie adulte arrivent...
Le canevas semble plan-plan. L'héroïne ne vient rien de transcendant... mais who cares? Le film est un doux bonbon, une histoire qui se déroule et le spectateur se régale car c'est filmé avec justesse, empathie et bienveillance. Et ça fait juste beaucoup de bien tant de générosité.
--> Je n'ai rien de plus à ajouter concernant Lady Bird :)

- Dumbo : Revoir Dumbo, c'était un mélange d'enthousiasme et d'appréhension (=et si en fait c'était nul ?). Et ce fut un vrai plaisir, un plaisir de se souvenir au fur et à mesure de chaque scène, des voix, des personnages. De retrouver cette bonne vieille animation des A.40, que je trouve quand même TROP COOL et qui n'a rien à envier à la 3D actuelle (et j'aime bien aussi la 3D hein, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit), de retrouver la justesse de ton et d'émotion de ce film d'animation, qui nous a fait nous retrouver, mes potes et moi, en pleurs lors du passage qui a fait pleurer des générations de gosses. On a eu dix ans de nouveau, on était soulevé par l'injustice et la tristesse du sort de Dumbo, on en a pleuré. Et c'était cool. Cool de voir un film d'animation qui, en si peu de temps, peut te faire ressentir une émotion pareil, sans aller très loin. Pas de grands discours, pas d'actions en cascade, pas de retournements de retournements de situation, pas de grands discours moralisateurs, pas d'épanchements superficiels des personnages. C'est direct, efficace, ça va pas dans le détail mais ça touche dans le mille. Merci Dumbo, merci mille fois. Et mention spéciale pour la scène sous alcool à base d'éléphants roses, j'avais complètement oublié cette capacité spéciale des vieux films d'animation à transformer du glauque en...glauque potable pour les gosses ? x)

- Kuzco, l'empereur mégalo : Malgré le scénario un peu facile et les personnages un peu prévisible (avec toujours cette bonne vieille opposition pauvre/riche, moche humble et sympa/beau gosse narcissique et égoïste), j'ai passé un bon moment devant ce Disney que je n'avais vu, parce qu'il est bien rythmé, parce qu'il est drôle, parce que les clins d'oeils aux Toons sont très sympas, et parce que le mode 4è mur où les personnages critiquent eux-même le scénario c'est très bien joué. Un Disney qui se prend pas au sérieux :D

- La reine des neiges : L'inverse de Dumbo : ultra-prévisible, faussement novateur, soupe émotionnelle, personnages-cartons, zéro prise de risques, zéro implication, du power-up mal géré. Le meilleur moment c'était de comprendre enfin d'où venait "Libérée, délivrée". L'animation est jolie, et puis c'est tout. Vous l'aurez compris, je n'aime vraiment pas ce genre de Disney, il faut que Disney laisse tomber les princesses.

- Retour vers le futur 1, 2, 3 : J'ai comblé un gros manque dans ma culture pop en regardant, avec de très gentils amis (totalement scandalisés à l'idée que je ne connaisse pas les Retour vers le futur), ces trois films. Et c'est cool, ça n'a pas trop mal vieilli, c'est très rigolo, on passe un super moment devant :D Même si le deuxième est un peu trop un copier-coller du premier, les trois sont quand même sympa :D

- La forme de l'eau : Méga-déception. Autant je n'ai rien à dire esthétiquement, car c'est vraiment très bien travaillé, avec des décors et des choix de couleurs et de lumière qui donnent un vrai cachet au film et de la texture à l'ambiance générale, autant le scénario...c'est tellement navrant :( Aucune surprise, c'est cousu de fil blanc, le grand méchant a tous les clichés et tous les défauts du monde, les personnages dans leur ensemble sont en carton, y'a aucune profondeur...ouin :(

- The disaster artist : Pas trop mal sans être dingue. ça vient peut-être du personnage principal (enfin, d'un des deux), incarné par James Franco, qui est purement antipathique et insupportable, mais j'ai trouvé ça lent et douloureux sur la fin, et en même temps assez sympa. Bref, mitigé.
Avatar du membre
Haku
Archange
Archange
Messages : 5540
Enregistré le : ven. 13 févr. 2004, 20:50
Localisation : Ost!
Pourcentage avancement The Secret Commonwealth : 100
Contact :

Message par Haku »

Très bon souvenir que Kuzco (j'étais dans mon époque de mépris envers ce qu'était devenu Disney à cette époque mais j'avais été très agréablement emballé en le découvrant au ciné).

Cro-Man
Dans la vallée du paléolithique, un petit homme des caverne plein d'ambitions (chassons le mamouth plutôt que le lièvre!) et ses comparses se font virer de chez eux par des Hommes bien plus moderne. Grâce à son courage et au football, il va tenter de récupérer le bien de sa tribu. Mais il faudra déjà convertir celle-ci au ballon rond.
Quelle étrange idée. Aardman a toujours eu des scénarios originaux (Wallace et Gromit, Chicken Run...) mais là, c'est... perplexifiant. Du football à la Préhistoire ? Pourquoi pas. C'est inattendu mais orignal. Le concept offre du coup quelques petits moments sympas mais le silex est un peu dur à avaler, d'autant que les absurdités sont de taille. Que fout ce canard géant dans cette galère ? Pourquoi pas, certes, mais jouer sur l'absurde tout en voulant délivrer un joli message de film familial rend le canard bancal. Et l'histoire aussi, du coup, tant et si bien qu'on ne sait plus trop ce qu'on regarde. L'humour anglais et l'animation pétillent, mais l'ensemble reste très étrange. Vraiment étrange.

Hostiles
Un militaire ayant passé sa carrière à massacrer de l'Indien se voit donné comme ultime mission avant la vie civile d'escorter un ancien chef qu'il a lui-même combattu jusqu'à ses terres natales pour qu'il y finisse ses jours. Les deux ennemis vont devoir se côtoyer, et l'Ouest sauvage étant ce qu'il est, devront bientôt s'épauler.
Un western élégant et atypique où les personnages évoluent, où les failles humaines des grands durs apparaissent peu à peu et où les principes d'une vie se remettent en cause. Fort content de l'avoir vu.

Chien
Jacques se fait virer de chez lui par sa femme. Il achète un chien, mais n'a bientôt plus de chien. Vu qu'il a encore un abonnement à des leçons de dressage, cependant, il s'y rend. Sans chien.
Mal à l'aise de bout en bout devant ce film au ton très décalé qui joue sur l'absurde mais pousse régulièrement son concept suffisamment loin pour qu'on éprouve de la gêne à voir un type brave et bien trop naïf être rabaissé plus bas qu'un chien. Non seulement c'est déroutant car on ne voit pas trop ce qu'on essaie de nous dire (sinon qu'à voir tous ces humains se comporter tels des bêtes ou traiter leurs semblables de façon encore pire qu'une bête, ce n'est pas à la gloire de l'homo sapiens civilisé) mais c'est, du coup, plus triste que drôle et assez déprimant. J'en suis ressorti plus perturbé qu'enthousiasmé.
Her servant for life
"Si Will et Lyra étaient sur Citt', ils auraient sûrement été bannis" ©SB 2009
In Dust we trust

Image
Avatar du membre
Earwen
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4989
Enregistré le : sam. 21 sept. 2002, 10:38
Localisation : 221B Baker Street

Message par Earwen »

J'ai vu Edge of Tomorrow hier, la première partie du film est assez sympa, on s'amuse beaucoup à voir tous ces scénarios possibles, en plus le réal joue un peu avec le spectateur en lui faisant voir des fils conducteurs sans lui préciser si celui-ci s'est déjà produit ou non, j'ai bien accroché.
La fin redevient classique voire incohérente, c'est dommage.
La médiocrité n'admet rien de supérieur à elle-même, mais le talent reconnaît instantanément le génie. Arthur Conan Doyle
Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4611
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Message par Rey »

Contente que Retour vers le futur t'ait plu, Nab !

Nous on a vu Black Panther avec les grands. C'était chouette. (super critique, je sais :B )

On prévoit de regarder Titanic avec Pacôme. Il nous a demandé.
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal
Avatar du membre
Haku
Archange
Archange
Messages : 5540
Enregistré le : ven. 13 févr. 2004, 20:50
Localisation : Ost!
Pourcentage avancement The Secret Commonwealth : 100
Contact :

Message par Haku »

Titanic :eek:
*essaie en vain de contenir l'insatiable Moi-de-12-13-ans*

Bon, Pâques a été l'occasion de voir :

Ready Player One (de Sa Majesté Sérénissime Steven Spielberg)
En 2045, tout le monde passe sont temps sur l'OASIS, un monde virtuel orphelin depuis peu de son créateur où chacun échappe à une réalité devenue bien terne. Un ado de l'Ohio se lance dans une quête qui pourrait lui valoir de prendre les rênes du monde virtuel et de protéger du même coup celui-ci des visées totalitaires d'un néo-GAFA du monde bien réel. Pour cela, il devra élucider les énigmes laissées par le défunt créateur, autrefois ado dans les années 80s...
Un étrange spectacle que ce nouvel opus de St-Steven, qui prouve au moins sans l'ombre d'un doute qu'Il sait toujours divertir et concocter de l'entertainment pop-corn en plus de marquer un hommage un peu dingue (certains diraient même un peu too-much) à Kubrick. Après, quelque soit Sa maestria certaine, je n'arrive pas à pleinement accrocher au principe de base (des ados de 2045 qui vénèrent suffisamment une culture pop pré-internet des 70-80-90s qui remonterait à leurs grands-parents pour dégotter des références que même un type lambda comme moi ayant été ado dans les 90s ne percute pas toujours) ni aux jeunes héros qui me semblent un poil candides pour s'en sortir aussi bien. Un bon moment, néanmoins (dire l'inverse serait malhonnête, mais vu que de toute façon je parle de Steven, toute honnêteté est impossible).

The Rider
Suite à une lourde blessure lors d'un concours de rodéo, un jeune cow-boy se voit contraint à s'éloigner de sa passion et tente de survivre entre son père, sa sœur autiste et ses amis amateurs de rodéo. L'avenir, incertain, le pousse à reconsidérer ses priorités.
Une douloureuse remise en cause intime filmée au plus près de l'humain et du réel où les blessures externes et internes macèrent dans l'immensité du huis-clos des magnifiques grands espaces américains. Face à ses choix sur l'avenir, la famille et ses passions, un cow-boy moderne et fragile se dévoile, lumineux. Face à un tell malström de sentiments, l'empathie ne peut que suivre.

Les Bonnes Manières
Brésil. Sao Paulo. Une jeune femme enceinte et célibataire embauche une jeune femme noire comme nounou et femme de ménage. Bientôt, les deux jeunes femmes nouent une relation tandis qu'au fil des mois et des pleines Lunes, la nature du bébé à venir et de sa conception se révèlent peu à peu.
Disons le ainsi : Les Bonnes Manières constitue probablement le film le plus fascinant que j'aie vu en 2018. Son histoire, son ton, ses libertés, son image, ses sujets, sa mise en forme - c'est dingue de réussir à faire un film avec un LOUP-GAROU qui puisse proposer tant de complexité, de profondeur sans que le spectateur (ou moi, à minima) ne décroche. Juste du ravissement. On ne sait pas où on va ni comment, mais c'est plaisant de s'y laisser entraîner. A côté de scènes aussi bidonnantes qu'horrifiques, on parle de la société brésilienne, d'amour maternelle, d'amour charnel, de peur et de regards sans que jamais ça ne cale, toujours avec un regard bienveillant et libre... tellement libre. Je trouve ça fabuleux de voir des films riches et emballants comme ça. Absolument captivant.
Her servant for life
"Si Will et Lyra étaient sur Citt', ils auraient sûrement été bannis" ©SB 2009
In Dust we trust

Image
Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3679
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Message par Nabubulle »

J'ai très envie de voir Les bonnes manières. En fait, j'ai envie de voir beaucoup de films en ce moment et je ne sais pas comment je fais pour n'en voir aucun. C'est d'un frustrant. J'espère en voir deux-trois la semaine prochaine pour compenser ça, et Les bonnes manières sera sûrement dedans !

- Les garçons sauvages : Suite à ta critique, Haku, j'ai foncé voir ce petit OFNI, et je ne regrette pas ! Esthétiquement, c'est vraiment très beau et d'une belle originalité, ça fait plaisir de voir un film proposant une recherche esthétique aussi poussée. L'histoire est très improbable et narrée d'une manière qui ajoute un cachet vraiment particulier à l'ambiance, déjà bien étrange puisqu'elle navigue dans le mi-érotique mi-humoristique. Un bel OFNI :D

- Chien : Je ne m'y rendais pas en m'attendant à une comédie et tant mieux puisque ce n'en est pas une, malgré quelques beaux moments d'humour noir & absurde. Ce film, très noir sous ses allures d'innocent décalage, débute avec la pire rupture au monde (et une Vanessa Paradis d'une froideur rare, elle qui joue plutôt des rôles chaleureux habituellement) et est porté par un Vincent Macaigne que je trouve magistral, tant sa façon d'interpréter son personnage et de brandir sa douceur et sa gentillesse naïve face à la violence des autres est forte.

- La belle & la belle : Une petite comédie française sans prétention comme je les aime, c'est-à-dire humble et pas surfaite. Un joli moment de détente :)

- Razzia : Mon coup de cœur du moment. Ce film peint la société marocaine et ses interrogations autour des portraits de plusieurs personnages vivants entre 1980 et 2015. La photographie est magnifique, les acteurs très forts, les gros plans chargés d'émotion, la narration mêlée de poésie, et les questionnements soulevés par le film le sont avec justesse. C'est beau, poétique, bref, j'adore le cinéma engagé maghrébin.
Avatar du membre
Soldat Bleu
Archange
Archange
Messages : 5393
Enregistré le : dim. 25 déc. 2005, 00:29
Localisation : Frankfurt a. M.

Message par Soldat Bleu »

Même avis que Haku sur Hostiles : content de l‘avoir vu. La complexité des personnages, des situations rappellent ce que j‘ai lu dans le livre de David Cornut sur Custer.
Avatar du membre
Haku
Archange
Archange
Messages : 5540
Enregistré le : ven. 13 févr. 2004, 20:50
Localisation : Ost!
Pourcentage avancement The Secret Commonwealth : 100
Contact :

Message par Haku »

L'Île aux chiens
Un maire despote exile sur une île décharge l'intégralité des chiens de sa cité pour contrer une maladie. Un enfant de douze ans y atterrit à bord d'un astronef de sa conception pour retrouver son canidé préféré. Le début d'une rébellion est en marche...
Wes Anderson, en forme, nous offre un nouveau bijou de stop-motion où chaque plan, chaque détail, chaque aspect de l'image transpire d'un amour du travail bien fait et d'une minutie quasi maladive. Côté histoire c'est pétillant et délicieusement emballant. Un plaisir de bout en bout.

Place publique
Un animateur connu vieillissant et une fricassée d'autres célébrités se retrouve dans la maison de l'(ex-)belle-sœur et agent du premier pour une crémaillère dans un château de campagne à proximité de Paris. Tout ce petit monde déballe rancœurs, jalouseries et fascinations le temps d'une soirée...
Jaoui et Bacri ont été par le passé bien plus en forme que dans cet opus somme toute assez décevant. Les personnages sont tous assez exaspérants et peu attachants, la célébrité semblent se résumer, caricaturale à des paysans qui ne connaissent personne car "ils n'ont pas la télé" et à d'autres provinciaux-ploucs qui ne pensent qu'à faire des selfies. Beaucoup de quadra-quinca-sexa, et une bande de jeunes youtubeurs qui, évidemment, se comportent comme des malappris et ne respectent pas ces premiers ni ceux qui les ont invités. Étrange résultat de la part d'un duo qui, d'habitude, fait mouche.
Her servant for life
"Si Will et Lyra étaient sur Citt', ils auraient sûrement été bannis" ©SB 2009
In Dust we trust

Image
Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3679
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Message par Nabubulle »

Je vous rejoins, Haku & SB, concernant Hostiles. J'ai eu la chance de le voir cette semaine au ciné car, incroyable mais vrai, un ciné grenoblois le passait encore :D
On est donc trois cittàgazziens à être content d'avoir vu ce western atypique !

- Vent du nord : Un peu déçue, je m'attendais à quelque chose de plus percutant, et j'ai trouvé que ce film, finalement, se terminait un peu quand j'aurais voulu que l'histoire se prolonge.

- Don't worry, he won't get far on foot : Biopic sur John Callahan, porté par le très talentueux Joaquin Phoenix, accompagné par une ribambelle d'acteurs sympathiques pour les rôles secondaires. Je ne suis pas fan des biopic à la base, j'ai toutefois passé un bon moment devant celui-ci.

- La révolution silencieuse : Moui. Ce film raconte l'histoire vraie d'une classe de lycéens, dans les A.50 à Berlin Est, qui décide de faire une minute de silence en l'honneur des manifestants hongrois violemment réprimés par les soldats soviétiques. Cette minute de silence aura des répercussions disproportionnées, le ministère de l'EN décidant de mener une enquête afin de trouver les leaders de la classe ayant lancé cette idée.
En soi, l'histoire est super intéressante. Le problème, c'est la façon dont elle est mise en scène, à coup de surjeu de la part des acteurs, de décors artificiels, de narration façon blockbuster, etc. Une mise en scène plus sérieuse aurait rendu le propos nettement plus percutant, là, le décalage entre la mise en scène et le contenu m'a juste blasé.

- Luna : Un chouette petit film malgré un final un peu maladroit (mais en fait, ça ne m'a pas vraiment dérangé). Des jeunes acteurs convaincants, des paysages sympas, et Rod Paradot (l'acteur démentiel qui joue le personnage principal de La tête haute) est toujours convaincant, j'espère qu'il ira loin :)
Avatar du membre
Haku
Archange
Archange
Messages : 5540
Enregistré le : ven. 13 févr. 2004, 20:50
Localisation : Ost!
Pourcentage avancement The Secret Commonwealth : 100
Contact :

Message par Haku »

Nabubulle a écrit :Rod Paradot (l'acteur démentiel qui joue le personnage principal de La tête haute)
...je ne peux qu'approuver. Le film passe d'ailleurs ce soir à la télé :)

Pour ma part, j'ai été très calme ces derniers temps, ne me déplaçant hier que pour Plaire, aimer et courir vite (c'est le titre du film, pas les raisons de mon déplacement), quasiment sans rien en savoir sinon que c'était en compétition à Cannes et que les quelques retours que j'avais (vite) vus semblaient positifs (et que j'avais besoin de cinéma, là, tout de suite). On y suit un auteur homosexuel et séropositif en 1993 qui flashe sur Vincent Lacoste, étudiant à Rennes. Sentiments assez mitigés en ce qui me concerne. Il y a quelques très belles séquences et d'autres assez brutes, un générique qui réveille, un ton réjouissant car souvent inattendu oscillant entre humour (jusqu'à en être parfois drôlement acide!), désinvolture et douleur pour une puissance émotionnelle qui va et vient. Les acteurs tiennent le film par l'interprétation de leurs personnages plus que l'histoire elle-même dont le déroulement des trois premiers quart ne m'a pas forcément transcendé, le film marchant souvent par séquences.
Her servant for life
"Si Will et Lyra étaient sur Citt', ils auraient sûrement été bannis" ©SB 2009
In Dust we trust

Image
Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4611
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Message par Rey »

On a vu... Pierre Lapin :'D
Bon, c'est vraiment pas mal fait. Flavien était à fond, on ne s'est pas ennuyé. Une bonne surprise en fin de compte.
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal
Avatar du membre
Poussimon
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4948
Enregistré le : lun. 05 mars 2007, 09:41
Localisation : Pays Imaginaire
Contact :

Message par Poussimon »

Rey a écrit :On a vu... Pierre Lapin :'D
Bon, c'est vraiment pas mal fait. Flavien était à fond, on ne s'est pas ennuyé. Une bonne surprise en fin de compte.
Lol, c'est vrai qu'une fois que tu as des gosses, tu ne vas plus voir les mêmes films au ciné. Le dernier que j'ai vu c'était Les Tuche 3 (ouais, on est fans des Tuche chez nous :p ), sinon Richard et Constant sont allés voir Taxi 5 la semaine dernière. De mon côté, je me contente de Netflix et Canal+.
Poum est canon - Fan d'Eärwen et d'Arashi

Auteure de A la Croisée des mondes: paradis perdu et retrouvé
Avatar du membre
Anne-Emmanuelle
Archange
Archange
Messages : 7089
Enregistré le : mer. 04 oct. 2006, 22:29
Localisation : Sur Vinéa

Message par Anne-Emmanuelle »

Star Wars: The Last Jedi
Je ne l'avais pas encore vu ! Bon. Il y a des passages vraiment bizarres, genre quand ils se parlent à distance, quand le vaisseau explose avec Leïa dedans... Je vais avoir besoin d'un 2e visionnage pour me faire une opinion sur ce film. Mais c'est déjà clair que ce n'est pas mon Star Wars préféré.
Avatar du membre
Earwen
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4989
Enregistré le : sam. 21 sept. 2002, 10:38
Localisation : 221B Baker Street

Message par Earwen »

Depuis que j'ai Netflix, je regarde un film de temps en temps.

Alors j'ai vu The Big Lebowski, des frères Cohen, que je n'avais jamais vu, et j'ai eu un mi-sourire sur le visage tout le film devant l'absurdité du Dude, qui a évolué en fou rire de 5 bonnes minutes lors de la scène des cendres, pour ceux qui l'ont vu.
Bref, j'ai bien aimé.

Du coup, j'ai testé Fargo, plus tard. Là, j'ai moins aimé. Le sujet est beaucoup plus... dur, j'ai trouvé, quand même. J'ai du mal avec les personnages losers pathétiques, dans The Big Lebowski, the Dude est un loser flamboyant, là le héros est un mec qui se victimise comme si tout le monde sauf lui était responsable de ses malheurs, et en plus les dommages collatéraux sont dramatiques. Ca m'a beaucoup moins plu. Heureusement, la flic est super.
Certains d'entre vous ont testé la série, adaptée du film ? J'hésite à la tenter, vu ce que j'ai pensé du film, j'ai peur de réagir de la même façon.
La médiocrité n'admet rien de supérieur à elle-même, mais le talent reconnaît instantanément le génie. Arthur Conan Doyle
Répondre