Que lisez-vous en ce moment ?

Pour se culturer entre amis et apprendre des choses qui n'ont rien à voir avec le monde de Pullman

Modérateur : Régents

Répondre
Avatar du membre
Earwen
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4969
Enregistré le : sam. 21 sept. 2002, 10:38
Localisation : 221B Baker Street

Message par Earwen » jeu. 29 mars 2018, 10:59

Weber et moi, fini aussi, la rupture a eu lieu avant vous par contre, j'avais adoré la trilogie des Fourmis, j'avais aimé les Thanatonautes, mais déjà l'Empire des Anges m'avait paru très facile, avec cette espèce de "fausse complexité" qu'on peut mettre dans un livre pour cacher que tout reste quand même très pauvre.
Du coup je n'ai jamais poursuivi.

Sinon, les avis contradictoires de Rey et Nabu sur le Carnet d'or me donnent envie de m'y pencher à mon tour :)

J'ai lu La Lettre à Helga, de Birgisson, un roman islandais paru il y a deux ans je crois, c'était nullissime j'ai détesté, et je suis plutôt à contre-courant sur ce coup puisque il a eu un très bon accueil. Mais moi, les hommes qui s'auto-apitoient sur leur vie manquée alors qu'il ne sont que les victimes de leur propre égocentrisme, ça m'émeut pas du tout.

Il semblerait que je sois plutôt King Kong Théorie, de Virginie Despentes, que j'ai lu derrière, et que j'ai adoré. :B C'est percutant comme un poids-lourd qui te renverse. C'est mon premier Despentes, j'ai très envie de lire sa trilogie Vernon Subutex maintenant. C'est toi Nabu qui a adoré, non ?


Et derrière, j'ai eu du mal à enchaîner, parce que j'ai Netflix maintenant :roll: Du coup je regarde des séries dans le métro, en ce moment. :mrgreen:
La médiocrité n'admet rien de supérieur à elle-même, mais le talent reconnaît instantanément le génie. Arthur Conan Doyle

Avatar du membre
Anne-Emmanuelle
Archange
Archange
Messages : 6929
Enregistré le : mer. 04 oct. 2006, 22:29
Localisation : Sur Vinéa

Message par Anne-Emmanuelle » jeu. 29 mars 2018, 11:52

L'Empire des Anges, en effet, m'avait déjà un peu moins plu que Les Thanatonautes. D'ailleurs, mon livre (poche) des Thanatonautes a été tellement lu et relu qu'il y a des pages qui commencent à se détacher au début du livre. :dent:

J'avais lu, en prêt d'une copine, le Papillon des Etoiles. C'était en 2007. L'histoire était "sympa mais sans plus", avec de très bonnes idées mais tout était tellement "téléphoné" que ça m'avait quand même déçue. Avec la même trame, on aurait pu faire quelque chose de bien meilleur, à mon avis.
Et puis la fin était tellement stupide et évidente...

Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3588
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Message par Nabubulle » jeu. 29 mars 2018, 23:00

Ouai Eärwen, lis-le ce sera intéressant ! :D

Mince Rey, du coup tu vas vraiment continuer ? Parce que si c'est un calvaire à ce point, ça doit vraiment pas être agréable, surtout que t'as l'air de passer à côté du bouquin, si tu dis que la moitié de ce qui est raconté ne t'intéresse pas !

Et sinon, techniquement, le Nobel n'est pas attribué à un bouquin mais à un auteur pour l'ensemble de son oeuvre (après Le carnet d'or est considéré comme son bouquin majeur), c'est pas un prix littéraire qui récompense juste un bouquin :)

- Sous la même étoile, K. York : Roman de la sélection 3è/lycée du prix des Incos. C'est pas mal, une histoire d'adolescent autour de la découverte de soi et de sa sexualité (et de l'homosexualité). C'est sympa parce que les personnages sont sympas et qu'on est bien entraîné dans l'histoire malgré les quelques clichés du genre, mais la fin casse un peu tout, elle est très prévisible et assez mal amenée. Les ados qui l'ont lu m'ont tous dit qu'ils avaient "détesté" cette fin, de mon côté de vieille je dirais pas que c'est naze, parce que je comprends ce que l'auteur a voulu faire, mais c'est maladroit.

- De notre servitude involontaire, A. Accardo : Essai politique par un des membres de la Décroissance consistant en une sorte de réponse/complément au Discours sur la servitude volontaire de La Boétie. C'était intéressant, et je dirais plus que ça complète plus que ça ne s'oppose à ce que dit la Boétie, en le contextualisant également par rapport aux problématiques actuelles autour des élections et autour de la notion de classe moyenne. Et aussi par rapport à l'analyse du capitalisme et de son fonctionnement dans nos sociétés. C'était bien, même si j'ai toujours un peu de mal avec le ton souvent utilisé dans les essais. J'aime un ton moins "oratoire", plus sérieux, plus scientifique, bref, un truc où le style ne vient pas flouter le fond. Et ça faisait écho à pas mal de mes questionnements du moment, c'est toujours un soulagement de savoir qu'on est pas seul se poser certaines questions.

- Traqués sur la lande, J-C. Tixier : Roman de la sélection 5è4è du prix des Incos, basé sur une histoire vraie, celle d'une révolte des enfants d'un bagne pour enfants qui se sont révoltés contre la violence de leurs gardiens et qui se sont enfuis sur l'île. Nous suivons donc quelques bagnards évadés ainsi que la fille d'un natif de l'île qui rêve de s'échapper pour aller vivre sur le continent. Je n'ai pas été vraiment emballée. Le rythme est un peu longuet, l'histoire est sympathique sans être transcendante (le plus intéressant finalement c'est la partie historique).

- Le dernier songe de Lord Scriven, E. Senabre : Un chouette roman de la sélectio 3è/lycée du prix des Incos mêlant policier et fantastique, bien écrit, centré autour d'un duo entre un détective privé et son assistant, en Angleterre...ça ne vous dit rien ? Les références à Holmes & Watson sont assez évidentes dans le ton et sur la forme, mais l'histoire reste sympathique, bien écrite. On passe un bon moment, mais là où l'histoire reste inachevée pour laisser place à un futur deuxième tome, j'aurais préféré une belle fin, pour le coup.

Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4698
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Message par Rey » ven. 30 mars 2018, 12:47

Nabubulle a écrit :Et sinon, techniquement, le Nobel n'est pas attribué à un bouquin mais à un auteur pour l'ensemble de son oeuvre (après Le carnet d'or est considéré comme son bouquin majeur), c'est pas un prix littéraire qui récompense juste un bouquin :)
Ah je ne savais pas ça !

Ben écoute, j'en suis à la page 480 (environ). Et comme l'histoire de Tommy et Marion m'intéresse, je vais aller au bout ^^

Tu le veux en epub Eärwen ? Je peux te l'envoyer
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal

Avatar du membre
DarkHvn
Ange
Ange
Messages : 1120
Enregistré le : mer. 09 juin 2004, 09:39
Localisation : Perdue au milieu des anges

Message par DarkHvn » ven. 30 mars 2018, 13:17

Earwen a écrit :Weber et moi, fini aussi, la rupture a eu lieu avant vous par contre, j'avais adoré la trilogie des Fourmis, j'avais aimé les Thanatonautes, mais déjà l'Empire des Anges m'avait paru très facile, avec cette espèce de "fausse complexité" qu'on peut mettre dans un livre pour cacher que tout reste quand même très pauvre.
Du coup je n'ai jamais poursuivi.

Sinon, les avis contradictoires de Rey et Nabu sur le Carnet d'or me donnent envie de m'y pencher à mon tour :)
Exactement pareil que toi pour Werber, j'ai lu Les Fourmis, Les Thanatonautes, puis l'Empire des Anges que j'ai détesté alors j'ai dit stop.

Moi aussi je suis super curieuse de lire le Carnet d'or maintenant ^^
"Je me croyais riche d'une fleur unique, et je ne possède qu'une rose ordinaire. Ca et mes trois volcans qui m'arrivent au genou, et dont l'un, peut-être, est éteint pour toujours, ça ne fait pas de moi un bien grand prince." Et, couché dans l'herbe, il pleura.
"Personne ne vous a apprivoisé et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes belles mais vous êtes vides. On ne peut pas mourir pour vous."

Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4698
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Message par Rey » mar. 03 avr. 2018, 14:28

Ah ben tu vois Nab, même si moi j'ai pas aimé, on va être pas mal à le lire ! Ceux qui veulent en epub, dites le moi et j'envoie par mail.

Pareil que vous pour Werber.
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal

Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3588
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Message par Nabubulle » sam. 07 avr. 2018, 22:41

Ouai, c'est cool, on va pouvoir en discuter ! :D

Du coup Eärwen et DarkHvn, faites attention, ce n'est pas un roman ayant pour vocation de divertir. C'est à mi-chemin entre le divertissement et la réflexion politique/artistique/existentielle !

De mon côté, je poursuis avec les sélections des Incos :

- Les chiens, A. Stratton : Thriller flirtant avec le surnaturel, c'est plutôt pas mal en terme d'ambiance. Actuellement mon préféré de la sélection 3è je pense. Il est plus équilibré que "Les valises", plus attractif que "Sous la même étoile" et la fin n'est pas ratée comme dans "Le dernier songe de Lord Scriven", en même temps l'auteur a pris moins de risque alors je ne sais pas trop.

- Le garçon qui courait plus vite que ses rêves, E. Leird : Un petit roman mignon mais un peu trop facile à mon goût, rien de marquant, tout est un peu trop superficiel.

Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4698
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Message par Rey » dim. 08 avr. 2018, 10:55

Ouf ! J'ai fini le carnet d'or ! Clairement pas divertissant, en effet ! :'D Peut être que si je n'avais pas été prise par surprise, j'aurais plus apprécié.

J'ai lu "vers le bleu" hier. Pas mal mais sans plus. Et je commence l'amie prodigieuse suite au gros coup de pub sur les arrêts de bus et autres panneaux. Ça a l'air vraiment chouette.
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal

Avatar du membre
Anne-Emmanuelle
Archange
Archange
Messages : 6929
Enregistré le : mer. 04 oct. 2006, 22:29
Localisation : Sur Vinéa

Message par Anne-Emmanuelle » lun. 09 avr. 2018, 10:40

J'ai terminé la trilogie des Dieux de Bernard Werber. C'est de pire en pire, ça devient complètement déjanté et irréaliste sur la fin. Sérieux, il avait fumé quoi ??? O_o

Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3588
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Message par Nabubulle » lun. 09 avr. 2018, 21:06

ça dépend ce que t'appelle divertissant après ;) ça reste une histoire ! Cool si tu as terminé, congrats ! :D

Tout ce que vous écrivez sur Werber ne me donne pas du tout envie de lire ses nouvelles oeuvres :/

Avatar du membre
Luthien-Tinuviel
Dobby
Messages : 2824
Enregistré le : mar. 27 sept. 2005, 18:32
Localisation : changeante
Contact :

Message par Luthien-Tinuviel » lun. 16 avr. 2018, 22:37

Poum, si tu veux continuer dans le même registre, je te conseille fortement Rêver l'obscur de Starhawk, et même thème mais tout autre approche (historique-marxiste) Caliban et la sorcière qui est mon nouveau livre de chevet (pas une lecture très facile en revanche; pas à cause du style universitaire, passée l'introduction, c'est écrit de façon très claire et simple, mais à cause du contenu qui est parfois très dur)

Bubulle, si tu veux creuser l'histoire des déportations de Lithuanie, je te conseille le très beau film Crosswinds, celui-là entièrement réalisé à partir d'une histoire vraie.

Alors de mon côté j'ai enfin fini The ringing cedars of Russia, 1: Anastasia
Je ne sais pas trop comment décrire/définir cet ovni. J'aime pas, en tous cas, ça c'est clair et net. Mais je lirai quand même la suite.

L'auteur est un entrepreneur vivant en Sibérie, qui a écrit ce livre dans la première moitié des années 90 (donc pour remettre en contexte, en plein dans une société en vraie grosse crise, pas juste "la crise" dont on nous rebat les oreilles en France: pénuries alimentaires, chômage de masse alors qu'on connaissait pas l'existence de ce truc, instabilité monétaire alors qu'on savait pas non plus que ça pouvait exister, criminalité, etc, etc)
Et donc dans le livre il prétend avoir rencontré une jeune fille vivant seule dans la taïga dans le plus total dénuement (pas de maison, de vêtements, rien), mais c'est pas grave parce que les écureuils la nourrissent de graines de cèdre et il y a une ourse qui vient lui tenir chaud la nuit. Et c'est écrit sous la forme d'un dialogue philosophique où elle va lui révéler la vérité sur la Vie, l'Univers et le reste. Le roman, c'est que l'auteur prétend, et avec lui l'éditeur et le traducteur, aurait été écrit à la demande de la jeune fille en question parce que ça faisait partie de son plan pour sauver le monde, et comme elle a des super-pouvoirs (qui seraient, selon elle, accessible à tout être humain), son plan est très précis et va forcément marcher, et ça implique que le roman en question se vende à des millions d'exemplaires et rende l'auteur très riche.
Et donc, il écrit dans le premier roman qu'elle lui a garanti que ça se passerait comme ça; et il inclue dans le roman des trucs qui se sont passés en même temps qu'il l'écrivait ce qui donne un effet temporel très bizarre. On ne sait plus trop où est la réalité et où est la fiction, vu qu'il ne veut rien lâcher sur le fait que ce livre est la vérité, dans son entier.

Le truc fabuleux, c'est que chacun des enseignements parfaitement perchés d'Anastasia sont étayés par de réelles références scientifiques consultables par tout un chacun. Y compris quand ça parle de soucoupes volantes, ou des vibrations d'amour émises par les humains, captées par les cèdres qui font office d'antennes, envoyées vers le soleil qui nous les réfléchit sous forme de chaleur. Honnêtement, je n'ai PAS, à l'heure actuelle, eu le courage de regarder les fameuses références scientifiques en question, mais d'après ce que j'en ai compris dans le livre, il serait bien possible que certaines rejoignent les études sur la matière noire, qui a déjà inspiré notre cher Pullman. En revanche, au niveau du style d'écriture, de la créativité, de la maitrise de la langue, Megre, c'est vraiment pas Pullman. :tired: Au niveau des valeurs morales sous-jacentes non plus: c'est surement le livre le plus réac que j'ai lu de ma vie. (pas tellement sous-jacentes en fait, puisque c'est extrêmement explicite: "si tu veux trouver l'homme de ta vie, il faut porter des robes sans décolleté qui ne remontent pas au-dessus du genou" "la sexualité qui ne vise pas à la procréation n'est que fornication même au sein du mariage", etc, etc, je le cite quasiment au mot près)
Je crois que j'ai jamais rien lu d'aussi mal écrit, ça ferait passer 50 Shades of Grey pour un prix nobel de littérature.
Et pourtant c'est le livre qui a lancé le mouvement des éco-villages en Russie et dans les pays subissant une importante influence culturelle russe, dont la Bulgarie donc puisque c'est là que j'ai découvert. Il faudra que je vérifie si c'est le cas ou non, mais d'après l'éditeur et le traducteur il y a même eu des thèses universitaires inspirées par ce livre (et ce n'étaient pas juste des thèses de socio pour se dire "mais pourquoi des gens décident d'aller vivre sans électricité ni eau courante après avoir lu un livre??")

Je crois que j'en retiendrai surtout qu'il ne faut jamais juger par avance qu'on ne veut pas collaborer avec tel ou tel type de personne parce qu'on les a mis dans telle ou telle case idéologique: si j'avais lu ce livre avant d'aller en Bulgarie, je crois que j'aurais zappé par principe tous les hôtes accueillant des wwoofers qui le citaient comme inspiration; mais en faisant ça, je serais passée à côté de très belles rencontres et d'une excellente expérience. Donc promis, je m'abstiendrai de juger les gens par avance.

Mais surtout, ça me fait cogiter sur l'influence de la littérature sur la vie. J'avais plutôt tendance qu'il s'agissait d'une influence plutôt subtile, qui rend habituel tel ou tel schéma de pensée plutôt qu'un autre, et que la subtilité, dans ce cas, était plus efficace que le dogmatisme pour conditionner la façon dont on voit le monde. Là, j'ai eu la preuve que le dogmatisme en littérature a aussi un énorme pouvoir...

Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3588
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Message par Nabubulle » dim. 13 mai 2018, 18:45

Merci pour le conseil Luth-Luth, si j'ai l'occasion je le regarderais ! :)

- Chemins toxiques, L. Sachar : Sorte de thriller écologique jeunesse, par l'auteur de "Le passage". C'était sympa à lire, mais peut-être un peu trop enfantin pour moi dans le style, impossible de me prendre vraiment dans l'histoire du coup. Par contre, coup de coeur chez les ados de 11-13 ans qui l'ont lus.

- Voyage au bout de la nuit, Céline : Enfin, j'ai lu ce classique ! J'ai bien aimé, déjà je trouve assez cool de lire une langue orale populaire du 20è siècle même si la lecture est parfois difficile à cause de ça. Ensuite, je trouve que ce livre, même s'il est très noir et que certains passages sont un peu trop longs, décrit vraiment bien parfois la noirceur de l'âme humaine et surtout, surtout, ce que c'est de toucher le fond des embrouilles. Mention spéciale aux passages sur la guerre et sur les colonies africaines, qui touchent au sublime.

- Ma folle semaine avec Tess, A. Woltz : C'était sympa comme petit bouquin jeunesse mais la fin est un peu trop simpliste à mon goût.

- Petit pays, G. Faye : C'est très bien écrit, un vrai plaisir pour les yeux, les 2/3 du bouquin mettent tranquillement en place le contexte, les personnages, la vie dans ce "petit pays" qu'est le Burundi, les problématiques et les tensions. Et puis le dernier tiers arrive, et on sait ce qu'il va se passer puisque c'est historique, et ça m'a vraiment déprimé (mais je venais de lire deux-trois trucs pas très joyeux). Les dernières phrases, mon dieu. C'est un beau livre, mais bien traumatisant aussi.

Sinon, en parallèle de tout cela, j'ai lu Découvrir Marx, de J. Quétier et F. Gulli, un petit livre des Éditions sociales qui propose une explication de douze textes (=extraits) de Marx pour découvrir ses théories dans différents domaines. Chaque texte est rapidement contextualisé (la période dans laquelle il s'inscrit) puis expliqué, c'est synthétique et assez simple, ça permet de mieux comprendre les théories de ce mec dont tout le monde parle mais sans jamais savoir vraiment de quoi il parlait.
ça fait partie de ma bonne résolution "je me forge progressivement une culture économique, politique, sociale, et tout le reste aussi, même si je n'aurais pas assez d'une vie". Et c'était chouette !

Avatar du membre
Rey
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4698
Enregistré le : lun. 13 sept. 2004, 16:21
Localisation : ailleurs

Message par Rey » lun. 14 mai 2018, 11:33

Après avoir bataillé avec le carnet d'or, je me suis lancée dans l'amie prodigieuse suite à toutes les affiches placardées sur arrêts de bus et autres.

C'est vraiment pas mal. C'est Elena qui raconte sa relation assez particulière et exclusive avec son amie Lila. Ca se déroule à Naples et c'est vraiment bien documenté. Le premier tome se déroule pendant l'enfance et se termine vers leurs 17 ans. Le deuxième tome ne couvre la dizaine d'années suivantes. Je suis actuellement dans le troisième tome, elles ont dans la trentaine.
Il n'y a pas particulièrement de suspense ni d'action. Mais j'aime bien, on s'attache vite aux personnages.
Qu'est-ce que l'homme dans l'Univers ?
- Un néant à l'égard de l'infini
- Un tout à l'égard du néant
Un milieu entre rien et tout
Pascal

Avatar du membre
Poussimon
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4928
Enregistré le : lun. 05 mars 2007, 09:41
Localisation : Pays Imaginaire
Contact :

Message par Poussimon » lun. 14 mai 2018, 12:14

Luthien-Tinuviel a écrit :Poum, si tu veux continuer dans le même registre, je te conseille fortement Rêver l'obscur de Starhawk
Il me tente beaucoup celui-là (surtout que j'ai fait le portrait de Starhawk sur mon site ;) ) mais il coûte la peau des fesses et ils ne l'ont pas dans ma biblio, mais je vais voir si y'a pas moyen de le trouver dans une autre biblio ou de le trouver d'occaze en VO.
Poum est canon - Fan d'Eärwen et d'Arashi

Auteure de A la Croisée des mondes: paradis perdu et retrouvé

Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3588
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Message par Nabubulle » ven. 22 juin 2018, 21:49

- Mister Orange, Truus Matti : Roman historique jeunesse autour du personnage de Piet Mondrian, c'est très posé, très calme, et très chouette. Il permet d'aborder la guerre (ça se passe pendant la 2nd GM) et l'art de Mondrian, et il est bien construit. Après, faut pas le mettre dans les mains d'un ado qui veut de l'action, parce qu'il n'y en a pas.

- La prisonnière, Proust : Cinquième tome d'A la recherche du temps perdu ! Et c'est une bonne surprise, j'étais un peu déçue par les 3è et 4è, un peu lassée, mais cette fois-ci j'ai vraiment éprouvé une sorte de facilité à le lire, et j'ai retrouvé de façon plus intense le plaisir de lire Proust que j'avais éprouvé sur les deux premiers tomes. Le thème central de ce tome est celui de la jalousie et de la possessivité, éprouvées par le narrateur dans sa relation avec Albertine. Le fait que leur relation bouscule aussi l'ordre de vie du personnage principal a probablement beaucoup aidé dans la fluidité du livre, qui sort un peu du cercle infini et vain des dîners mondains (et ça fait du bien).

- Ma mère, le crabe et moi, A. Percin : Mignon et sympathique, plein de bons sentiments, drôle, mais moins prenant que le reste de ce que j'ai lu d'elle.

- Treizième avenir, S. Joanniez : Un roman assez intriguant, l'histoire en soi n'est pas extrêmement original (l'histoire d'un ado sous tension et d'une première fois), mais ce roman est écrit en vers et joue beaucoup sur la musicalité des phrases, que l'on ressent au fur et à mesure de notre lecture et qui rythme cette dernière, faisant pulser les phrases et les sentiments à nos oreilles. Ce choix d'écriture sert merveilleusement bien l'ambiance générale du livre et le propos. Une bonne surprise :)

- Sirius, S. Servant : Petit chef-d'oeuvre de SF post-apocalyptique jeunesse ! Il s'agit d'un pavé (la bagatelle de 400 et quelques pages), c'est très bien écrit, l'ambiance et l'univers bien construits. L'histoire semble quelque peu classique dans le genre, mais le reste compense largement. C'est beau, fort, une belle aventure et un bel apprentissage en compagnie d'Avril & Kid

J'ai également lu Découvrir Engels, qui, comme le précédent bouquin dont je vous ai parlé (Découvrir Marx), présente la pensée d'Engels en douze textes contextualisés et expliqués. C'est bien fait, simple à comprendre, et heureusement qu'il y a les explications pour comprendre les textes originaux qui ne sont pas toujours simples quand on a un niveau de base en économie, sciences sociales en général et en histoire.

Répondre