Que lisez-vous en ce moment ?

Pour se culturer entre amis et apprendre des choses qui n'ont rien à voir avec le monde de Pullman

Modérateur : Régents

Répondre
Avatar du membre
marisaC
Erudit(e)
Erudit(e)
Messages : 719
Enregistré le : ven. 11 nov. 2005, 22:42
Localisation : Là où le coeur perce les étoiles....
Contact :

Message par marisaC »

j'ai jamais lu les misérables... honte a moi je sais...
j'avais commencé Notre dame de paris par contre, mais j'ai du abandonner en cours de route vu que j'avais plus le temps de lire, du coup j'ai perdu le fil... Mais Haku vient de me donner envie de le recommencer :)
Waiting For Darkness To Fall...

http://community.livejournal.com/colorfulkisses/

Avatar du membre
Poussimon
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4931
Enregistré le : lun. 05 mars 2007, 09:41
Localisation : Pays Imaginaire
Contact :

Message par Poussimon »

marisaC a écrit :j'ai jamais lu les misérables... honte a moi je sais...
Moi non plus, seulement des versions abrégées. En même temps, je n'ai bizarrement jamais été tentée de lire du Victor Hugo... rebutée par le nombre de pages peut-être.
Poum est canon - Fan d'Eärwen et d'Arashi

Auteure de A la Croisée des mondes: paradis perdu et retrouvé

Avatar du membre
Earwen
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4985
Enregistré le : sam. 21 sept. 2002, 10:38
Localisation : 221B Baker Street

Message par Earwen »

Je pense que Hugo on adore ou on déteste.
Il fait beaucoup d'hyperboles, dit souvent la même chose mais en reformulant, s'égare parfois pour disserter d'un sujet historique pendant des dizaines de pages.
Moi, personnellement, j'adore. Ca dépend souvent du moment auquel on lit un livre, je suis tombée sur les Misérables à un moment où j'y ai été particulièrement réceptive. Les Misérables est un roman particulièrement humaniste : l'illumination du peuple par l'éducation et la science, le Progrès (avec majuscule), l'âme et la conscience humaine mises à rude épreuve par la société et ses travers... Ce qui m'a le plus marqué à l'époque, c'est la présentation des amis de l'ABC, Enjolras, et Combeferre surtout.

Des passages entiers me restent en mémoire. Hugo a vraiment le sens de la formule, et si certains y voient de la prétention, moi malgré tout je reste sur l'impression de génie. Je suis difficilement objective avec Hugo. Vous savez que quand on a demandé à Gide ce qui allait rester selon lui du XIXe siècle, il a répondu : "Hugo, hélas !" ?... Hugo reste en travers de la gorge de beaucoup ;)
Hugo, à propos de Combeferre, a écrit :Entre deux clartés, sa pente était plutôt pour l'illumination que pour l'embrasement. Un incendie peut faire une aurore sans doute, mais pourquoi ne pas attendre le lever du jour? Un volcan éclaire, mais l'aube éclaire encore mieux. Combeferre préférait peut-être la blancheur du beau au flamboiement du sublime. Une clarté troublée par de la fumée, un progrès acheté par de la violence, ne satisfaisaient qu'à demi ce tendre et sérieux esprit. Une précipitation à pic d'un peuple dans la vérité, un 93, l'effarait; cependant la stagnation lui répugnait plus encore, il y sentait la putréfaction et la mort; à tout prendre, il aimait mieux l'écume que le miasme, et il préférait au cloaque le torrent, et la chute du Niagara au lac de Montfaucon. En somme il ne voulait ni halte, ni hâte. Tandis que ses tumultueux amis, chevaleresquement épris de l'absolu, adoraient et appelaient les splendides aventures révolutionnaires, Combeferre inclinait à laisser faire le progrès, le bon progrès, froid peut-être, mais pur; méthodique, mais irréprochable; flegmatique, mais imperturbable.

Hugo, à propos de Cambronne, a écrit :Donc, parmi tous ces géants, il y eut un titan, Cambronne.

Dire ce mot, et mourir ensuite. Quoi de plus grand! car c'est mourir que de le vouloir, et ce n'est pas la faute de cet homme, si, mitraillé, il a survécu.

L'homme qui a gagné la bataille de Waterloo, ce n'est pas Napoléon en déroute, ce n'est pas Wellington pliant à quatre heures, désespéré à cinq, ce n'est pas Blücher qui ne s'est point battu; l'homme qui a gagné la bataille de Waterloo, c'est Cambronne.

Foudroyer d'un tel mot le tonnerre qui vous tue, c'est vaincre.
Hugo, dans les Misérables toujours, a écrit :Encore quelques mots.

Nous blâmons l'Eglise quand elle est saturée d'intrigue, nous méprisons le spirituel âpre au temporel; mais nous honorons partout l'homme pensif.

Nous saluons qui s'agenouille.

Une foi; c'est là pour l'homme le nécessaire. Malheur à qui ne croit rien!
Hugo, quand il écrit l'arrivée de Jean Valjean au couvent du petit-Picpus, a écrit :Deux lieux d'esclavage; mais dans le premier la délivrance possible, une limite légale toujours entrevue, et puis l'évasion. Dans le second, la perpétuité; pour toute espérance, à l'extrémité lointaine de l'avenir, cette lueur de liberté que les hommes appellent la mort.

Dans le premier, on n'était enchaîné que par des chaînes; dans l'autre, on était enchaîné par sa foi.

Que se dégageait-il du premier? Une immense malédiction, le grincement de dents, la haine, la méchanceté désespérée, un cri de rage contre l'association humaine, un sarcasme au ciel.

Que sortait-il du second? La bénédiction et l'amour.

Et dans ces deux endroits si semblables et si divers, ces deux espèces d'êtres si différents accomplissaient la même oeuvre, l'expiation.

Jean Valjean comprenait bien l'expiation des premiers; l'expiation personnelle, l'expiation pour soi-même. Mais il ne comprenait pas celle des autres, celle de ces créatures sans reproche et sans souillure, et il se demandait avec un tremblement: Expiation de quoi? quelle expiation?

Une voix répondait dans sa conscience: La plus divine des générosités humaines, l'expiation pour autrui.
Mais j'arrête, je vais pas vous recopier le livre ;) Tout ça pour dire : tentez, tentez Hugo, et ne soyez pas rebutés par un style un peu pompeux, et ne culpabilisez pas de ne pas apprécier comme il vous semble que vous devriez. Lisez-en des morceaux, dans ce cas, pour ne pas être noyés.
La médiocrité n'admet rien de supérieur à elle-même, mais le talent reconnaît instantanément le génie. Arthur Conan Doyle

Avatar du membre
Ewie
Ange
Ange
Messages : 1183
Enregistré le : sam. 05 févr. 2005, 15:54

Message par Ewie »

Ah ben c'est malin. Maintenant j'ai envie de (re ?) lire les Misérables.

Pour le moment, j'écoule mes pauvres livres achetés pour la prépa ou la fac, et qui ont fini par prendre la poussière dans ma bibliothèque... Donc, là, les Faux Monnayeurs, de Gide justement. J'aime beaucoup les récits tout entremêlés, avec les intrigues qui se chevauchent, et les personnages sont tous très vivants. Un plaisir. ^^

Avatar du membre
Irwenalis
Gitan(e)
Gitan(e)
Messages : 210
Enregistré le : dim. 27 oct. 2002, 18:23
Localisation : Paris

Message par Irwenalis »

Moi aussi faudra peut-être que je me mette à Hugo un jour, je n'ai lu que Ruy Blas et quelques poésies mais jamais de romans...

Enfin là pour l'instant je me plonge dans la littérature russe, en vue de ma licence de russe l'an prochain. Et puis aussi parce que tout le monde s'attend à ce que je connaisse ça par cœur, alors qu'à part Boulgakov et Pouchkine, je n'ai vraiment rien lu. En ce moment je lis (/ dévore) Anna Karénine. Franchement, j'adore, même si je n'ai qu'une hâte, pouvoir lire en russe dans le texte... ;)

Avatar du membre
Anne-Emmanuelle
Archange
Archange
Messages : 6963
Enregistré le : mer. 04 oct. 2006, 22:29
Localisation : Sur Vinéa

Message par Anne-Emmanuelle »

Pour Hugo, je crois bien que je n'ai lu qu'un seul de ses romans : Quatre-Vingt-Treize. C'était une oeuvre imposée lors de ma première année de prépa, et c'est la seule que j'ai été relire de mon propre gré par la suite. J'avais beaucoup aimé, j'ai de toute façon toujours aimé les romans historiques.

J'avais une fois essayé Notre-Dame de Paris, mais je crois que je devais être "trop jeune" (même si je ne sais plus quand c'était) et j'avais arrêté la lecture au bout d'une centaine de pages. Il faudrait que je réessaye un jour. Je crois bien qu'on a Les Misérables à la maison, il faudra aussi un jour que je lise ça.

Avatar du membre
Haku
Archange
Archange
Messages : 5640
Enregistré le : ven. 13 févr. 2004, 20:50
Localisation : Ost!
Pourcentage avancement The Secret Commonwealth : 100
Contact :

Message par Haku »

Bon, ben je suis obligé de sortir ma fiche de citations également en ce qui concerne Notre-Dame de Paris !
(et pour info le livre entier est en ligne, ce qui m'a éviter de tout recopier)
Hugo a écrit : Il était beau, lui, cet orphelin, cet enfant trouvé, ce rebut, il se sentait auguste et fort, il regardait en face cette société dont il était banni, et dans laquelle il intervenait si puissamment, cette justice humaine à laquelle il avait arraché sa proie, tous ces tigres forcés de mâcher à vide, ces sbires, ces juges, ces bourreaux, toute cette force du roi qu'il venait de briser, lui infirme, avec la force de Dieu.
Hugo, sur la relation entre Claude Frollo et son frère Jehan a écrit :Séparé depuis l'enfance de ses parents, qu'il avait à peine connus, cloîtré et comme muré dans ses livres, avide avant tout d'étudier et d'apprendre, exclusivement attentif jusqu'alors à son intelligence qui se dilatait dans la science, à son imagination qui grandissait dans les lettres, le pauvre écolier n'avait pas encore eu le temps de sentir la place de son coeur. Ce jeune frère sans père ni mère, ce petit enfant, qui lui tombait brusquement du ciel sur les bras, fit de lui un homme nouveau, il s'aperçut qu'il y avait autre chose dans le monde que les spéculations de la Sorbonne et les vers d'Homerus, que l'homme avait besoin d'affections, que la vie sans tendresse et sans amour n'était qu'un rouage sec, criard et déchirant ; seulement il se figura, car il était dans l'âge où les illusions ne sont encore remplacées que par des illusions, que les affections de sang et de famille étaient les seules nécessaires, et qu'un petit frère à aimer suffisait pour remplir toute une existence.

Il se jeta donc dans l'amour de son petit Jehan avec la passion d'un caractère déjà profond, ardent, concentré. Cette pauvre frêle créature, jolie, blonde, rose et frisée, cet orphelin sans autre appui qu'un orphelin, le remuait jusqu'au fond des entrailles ; et, grave penseur qu'il était, il se mit à réfléchir sur Jehan avec une miséricorde infinie. Il en prit souci et soin comme de quelque chose de très fragile et de très recommandé. Il fut à l'enfant plus qu'un frère, il lui devint une mère.
Le chapitre dont ceci est extrait est personnellement un de mes préférés...

et pour montrer que non, Hugo n'est pas barbant, un court extrait d'une séquence délicieusement savoureuse malgré le contexte tragique, un procès un peu spécial (l'auditeur se réfère à ce que l'on nomme aujourd'hui le greffier) - tout le chapitre continue sur ce ton, c'est absolument délectable :
Or l'auditeur était sourd. Léger défaut pour un auditeur. Maître Florian n'en jugeait pas moins sans appel et très congrûment. Il est certain qu'il suffit qu'un juge ait l'air d'écouter ; et le vénérable auditeur remplissait d'autant mieux cette condition, la seule essentielle en bonne justice, que son attention ne pouvait être distraite par aucun bruit.
Je pourrai continuer sans fin moi zaussi, citer des mono-phrases à l'impact monumental de clarté et de concision ("l'un avait grandi, l'autre avait vieilli') mais j'en reste là.

Pour info, j'ai racheté les Misérable, ayé.
Her servant for life
"Si Will et Lyra étaient sur Citt', ils auraient sûrement été bannis" ©SB 2009
In Dust we trust

Image

Avatar du membre
LaLuna
La Mendiante
Messages : 3437
Enregistré le : mar. 10 mai 2005, 21:58
Localisation : London Baby!
Contact :

Message par LaLuna »

marisaC a écrit :Clara et la pénombre de José Carlos Somoza. Il me reste encore quelques pages, mais jusque là ce livre est tout bonnement superbe :love:
Je te conseille donc de lire La théorie des cordes, de Somoza !
ce livre est tout bonnement génial (même si, ok, j'avoue, il m'a foutu les jetons comme jamais un livre ne m'avais foutu les jetons ^^)
"Je m'empresse de rire de tout de peur d'être obligé d'en pleurer"

Oook.

Avatar du membre
marisaC
Erudit(e)
Erudit(e)
Messages : 719
Enregistré le : ven. 11 nov. 2005, 22:42
Localisation : Là où le coeur perce les étoiles....
Contact :

Message par marisaC »

c'est justement le prochain sur ma liste :) j'avais acheté les deux comme je savais pas lequel choisir
Waiting For Darkness To Fall...

http://community.livejournal.com/colorfulkisses/

Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3599
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Message par Nabubulle »

J'ai achevé Vango, de Thimothé de Fombelle, et j'ai beaucoup aimé =)

J'attaque Le dernier jour d'un condamné, de Victor Hugo !

Avatar du membre
Nabubulle
Retour vers le Futur
Retour vers le Futur
Messages : 3599
Enregistré le : mer. 02 sept. 2009, 22:15

Message par Nabubulle »

Un double-post pour vous poser une question : Après le bouquin que je lis, je vais aller emprunter une des séries ci-dessous, mais je ne sais pas par laquelle commencer, alors je voulais votre avis, vu que pas mal d'entre vous les connaissent. A votre avis je commence par...

1) L'Assassin royal
2) Les chroniques de Krondor
3) Les Annales du Disque-monde ?

Perso, je pense ne pas commencer par les annales car quand je lis une série j'aime, quand c'est possible, enchaîner la lecture des tomes, ne pas faire de grosses coupures, et vu le nombre de tome de la série, pas sûr qu'il les ai tous à la médiathèque, donc ça ralentirait ma lecture en attendant qu'ils les achètent ou en me déplaçant pour les acheter.

Donc voilà, je voulais votre avis parc que j'arrive pas à trancher xD D'ailleurs, un critère peut être celui du nombre de tomes, je sais pas quelle est la série la moins longue des trois xD

Avatar du membre
Irwenalis
Gitan(e)
Gitan(e)
Messages : 210
Enregistré le : dim. 27 oct. 2002, 18:23
Localisation : Paris

Message par Irwenalis »

Des trois, je n'ai lu que L'Assassin royal, mais j'adore, et je te recommande chaudement de lire cette série :) C'est vraiment l'une des meilleures séries fantasy, si ce n'est la meilleure, que j'aie lu (même si ça fait un bout de temps que j'ai laissé tomber la fantasy et que mon point de vue est peut-être dépassé ;) ).

Avatar du membre
Aëlendril
Ange
Ange
Messages : 1912
Enregistré le : lun. 19 mars 2007, 14:06
Localisation : Australia mate!!
Contact :

Message par Aëlendril »

Bah lis l'Assassin Royal alors, parce que c'est vrai qu'avec plus de 30 tomes, les Annales, ça prend de la place quoi :D

Et tu peux aussi lire les Aventuriers de la Mer tiens.
THERE IS NO JUSTICE, THERE IS JUST ME.
I AM DEATH, NOT TAXES. I TURN UP ONLY ONCE.

Le mutant à 4 yeux! ^^__^^
Docteur Zoidberg (\/) (o,,,o) (\/)

Avatar du membre
Earwen
Une ptite pause avant le grand saut
Une ptite pause avant le grand saut
Messages : 4985
Enregistré le : sam. 21 sept. 2002, 10:38
Localisation : 221B Baker Street

Message par Earwen »

Alors, Krondor est vraiment en dessous de l'Assassin Royal.
Si tu veux le lire un jour, autant le lire maintenant, sinon il te décevra xD

Au delà de ça, Hobb c'est vraiment excellent. Je te conseillerai de le lire plutôt que Krondor, parce que Krondor est loin d'être indispensable (sauf peut-être l'excellente Trilogie de l'Empire).

Les Annales du Disque-Monde, l'avantage, c'est qu'elles se lisent pas forcément à la suite, à part les deux premiers qui s'enchaînent. Les tomes sont dans le même monde mais indépendants, du coup tu peux alterner avec d'autres choses et passer au suivant quand l'envie te prend.

EDIT : Pour ce qui est du nombre de tomes, ça change pas grand chose. Les Annales sont indépendantes, donc peu importe. L'assassin royal se sépare en plusieurs trilogies.
Les tomes 1 à 6 français forment un tout. Les aventuriers de la Mer un autre. L'assassin royal tomes 7 à 13 encore un autre. Donc tu peux lire les 6 premiers tomes, et voir à partir de là si tu veux changer un peu ou continuer.
Enfin, Krondor a des millions de tomes, mais pareil, c'est formé de trilogies ou de cycles séparés. Il y a les chroniques de Krondor en elles-mêmes, 4 tomes, puis les nouvelles chroniques de Krondor, 2 tomes, la Trilogie de l'Empire (le mieux), 3 tomes se passant en parallèle des chroniques, et puis la Guerre des Serpents, 4 tomes, et puis le Legs de la Faille là je crois, bref ça n'en finit pas, mais pareil. Tu commences et tu vois si tu pousses. Moi j'ai lu tout ce que j'ai cité, sauf le Legs, et franchement, le début ça passe, la trilogie de l'empire est géniale, le reste on s'en passe très facilement ;)

Tu as tous les éléments maintenant =D
Modifié en dernier par Earwen le mar. 13 juil. 2010, 23:42, modifié 1 fois.
La médiocrité n'admet rien de supérieur à elle-même, mais le talent reconnaît instantanément le génie. Arthur Conan Doyle

Avatar du membre
gwann
Erudit(e)
Erudit(e)
Messages : 703
Enregistré le : sam. 04 sept. 2004, 00:27
Localisation : Rueil-Malmaison

Message par gwann »

Anne-Emmanuelle a écrit :J'avais une fois essayé Notre-Dame de Paris, mais je crois que je devais être "trop jeune" (même si je ne sais plus quand c'était) et j'avais arrêté la lecture au bout d'une centaine de pages. Il faudrait que je réessaye un jour. Je crois bien qu'on a Les Misérables à la maison, il faudra aussi un jour que je lise ça.
Je ne l'ai pas terminé non plus. J'avais d'autres choses à lire qui m'intéressaient plus.

Répondre