Episode 4 : L'Armure

Répondre


Cette question est un moyen d’empêcher des soumissions automatisées de formulaires par des robots.
Smileys
:iorek: :alethio: :eek: :'( :-D ;) :roll: :rolleye: :hum: :pensif: :-( :-@ :fatigué: :motus: 8-) :triste: :~ :wink :o :love: |( :tired: ^^ :clin: :< O_o :baffe: :B || :hihihi: :lol: :'D :dent: :pacool: :cool: :boude: :sadik: :coeurs: :p :fou: :) :blee: :-p :grr: :fille: :honte: :blah: :tel:
Voir plus de smileys

Les BBCodes sont activés
[img] est activé
[flash] est désactivé
[url] est activé
Les smileys sont activés

Revue du sujet
   

Étendre la vue Revue du sujet : Episode 4 : L'Armure

Re: Episode 4 : L'Armure

par Soldat Bleu » dim. 03 mai 2020, 15:35

Je sais mais je tenais à ma blague avec késako :B

Re: Episode 4 : L'Armure

par Nef » dim. 03 mai 2020, 13:37

Pour Kaisa en faucon au lieu de l’oie, l’équipe de la série s’est expliquée. Ils avaient d’abord modélisé l’oie mais ils trouvaient que parler lui donnait l’air ridicule. Après plusieurs essais, ils ont renoncé et choisi un autre oiseau.

Re: Episode 4 : L'Armure

par Soldat Bleu » dim. 03 mai 2020, 13:09

Bon, épisode clé pour moi car il m'a vraiment autant envie d'abandonner la série que de la continuer.

J'adhère toujours mal à un tas de personnages, John Faa, Farder Coram, Lyra... Mais j'adore la bande son (ce que la série fait de mieux à mon goût).


En vrac :
- la représentation de Lee en sorte de brigand/pickpocket m'a déçu
- j'aime bien le Consul, on remarque qu'ici tous les détails ont été suivis à la lettre (la maison en bois verte, le daemon serpent vert-émeraude) mais je le trouve trop direct pour un diplomate. Dans le livre, on montre justement qu'il est plus subtile, parle entre les lignes et Lyra s'y perd.
- j'ai l'impression que les daemons sont des accessoires, par exemple, on peut voir 20 personnes dans une scène et pas un seul daemon. Dans le bar, on croirait que seul Lee a un daemon. Et ils ne participent même pas à la bagarre ?
- Coulter, je l'aime bien. Le Cardinal aussi. Le Magistérium en général.
- Kaisa en faucon ? Me suis dit Késako !
- pas trop compris le pathos Iorek/Lee
- Mais Iorek est bien aussi.
- Ils sont où les chiens de traineaux ?

Mais malgré tous les points "négatifs", je trouve que c'est bien réussi pour une série, si on la regarde pour elle-même sans se référer au livre. Voilà.

Re: Episode 4 : L'Armure

par Rey » dim. 01 déc. 2019, 15:56

Spoiler
L'idée de la pédophilie ne m'a absolument pas traversé l'esprit. Pour moi c'était une référence à l'homosexualité. (non pas que je mette les deux en lien hein !!!). Je serais quand même assez choquée qu'il soit question de pédophilie, je ne pense pas qu'ils osent. En tout cas, j'espère pas. En revanche, l'homosexualité décriée par l'Eglise, ça a toujours été. Et c'est un thème que je trouve bien d'aborder. Mais mettre un gars aussi flippant c'est pas rendre service à la cause donc ça craint un peu quand même. Pas sure que l'histoire soit creusée de toutes façons
.

Je vais revoir l'épisode tout à l'heure avec Nico et Pacôme et je serais très attentive à la camera (flou/net) avec Lee ainsi que dans la scène au Magisterium avec Mme Coulter.

Re: Episode 4 : L'Armure

par El Famoso » dim. 01 déc. 2019, 01:19

Ah, enfin le temps (enfin, plus ou moins, parce que là il est 23h50 et j'ai sommeil, mais passons) de rédiger ma critique de cet épisode.
Un mot: génialissime. Mon épisode préféré jusque là!

D'abord, je vais rejoindre pas mal de monde: énorme coup de coeur pour Lin-Manuel Miranda, qui va d'ailleurs sûrement devenir mon perso préféré de la série vu son côté cowboy (et il suffit de voir mon avatar pour comprendre que j'aime BEAUCOUP tout ce qui touche au western).
Sinon, pour faire bref avant de spoiler, la mise en scène est très efficace (même si à mon avis, les 2 premiers resteront les plus recherchés et travaillés à ce niveau, grâce à Hooper) et l'adaptation toujours aussi réussie, on voit vraiment les scènes du livre prendre vie, encore plus que dans les précédents épisodes.

Du coup, partie spoilers:
Spoiler
  • Acteurs
    Encore une fois, tous les acteurs sont géniaux, j'ai déjà parlé de Lin-Manuel Miranda qui est un Lee vraiment génial, dynamique, charismatique, à la fois drôle la majorité du temps avec des pointes de sérieux très crédibles quand il le faut.
    Joe Tandberg est aussi très convaincant en Iorek, il a dans sa voix le charisme nécessaire pour rendre le personnage marquant et la post-production l'aide beaucoup en livrant un ours impressionnant de photoréalisme pour une série télé, et modifiant intelligemment la voix de Tandberg pour la rendre plus grave et menaçante, sans tomber dans l'excès qui viderait la performance vocale de son authenticité.
    Et finalement, pour le cast déjà introduit, Dafne Keen est de mieux en mieux, exploitant enfin vraiment le côté téméraire et baratineur de Lyra, James Cosmo livre un Farder Coram touchant et Ruth Wilson est toujours aussi magnétique en Mme Coulter.
  • Scénario
    Plus les épisodes passent, plus on rentre dans le vif du sujet, et plus les épisodes sont organiques dans leur déroulé. S'il restait parfois quelques déséquilibres et un peu de précipitaition pour tout introduire dans les précédents épisodes, là, l'aventure est lancée, et on sent que le rythme est de plus en plus en phase avec la quantité de péripéties à raconter.
    Par ailleurs, Lyra prend enfin les choses en main, après avoir été ballotée par les adultes, elle est enfin dans son élément, et peut enfin briller par son ingéniosité, son autonomie et sa désobéissance, ça fait du bien!
    Et puis, au niveau de l'adaptation, on colle vraiment au déroulement du livre, mais les quelques libertés sont vraiment bienvenues. Déjà, Lee est bien plus mis en avant, et il le mérite clairement, je l'ai toujours trouvé trop effacé dans le tome 1. D'ailleurs, il me semble que le film avait aussi fait ce choix (pas sûr), mais je trouve ça bien plus intéressant que ce soit Lyra qui recrute Lee, ça installe dès le début une complicité entre eux, et l'alchimie entre Dafne Keen et Lin-Manuel est vraiment agréable. D'autre part, je me demande où ils vont aller avec le secret de Fra Pavel. Personnellement j'ai deux hypothèses: homosexuel ou pédophile. Dans les deux cas, ça dénoncerait un travers de l'autorité religieuse (l'intolérance hypocrite ou l'abus de pouvoir sur des gosses).
  • Mise en scène
    On a ici un réalisateur de TV assez expérimenté, qui a notamment bossé sur le deuxième épisode de Sherlock ( :coeurs: ), et on a donc droit à quelque chose de très efficace. Déjà, esthétiquement, on retrouve les codes précédemment établis et commentés par mes soins, avec une image toujours très soignée, mais on notera ici une préférence pour les plans larges en extérieur, avec donc une lumière plus naturelle et une impression de grandeur qui sied particulièrement bien à Trollesund.
    D'ailleurs, dans cet épisode, le décor est particulièrement important dans la mise en scène: on sent que le décor est particulièrement impressionnant (et qu'il a probablement coûté une blinde, donc faut bien le mettre en valeur), et on a donc une caméra TOUJOURS en mouvement, qui se balade en suivant les personnages, qui se balade dans le décor (que ce soit en caméra épaule dans les situations les plus chaotiques et/ou où l'on veut donner une impression de réalisme particulière ou bien avec des travellings, fluides et discrets qui donnent du mouvement à l'image)... ça donne un côté vraiment fluide, dynamique et organique à l'enchaînement des événements.
    Quelques scènes sur lesquelles j'ai envie de revenir:
    - La scène au Magisterium entre Mme Coulter, le Père McPhail et le Cardinal est vraiment excellente. Déjà, on a toujours ces plans fixes, très larges avec un grand angle de prise de vue, parfaitement cadrés et symétriques dans des décors de marbre gris et de bois terne qui font du Magisterium un symbole de puissance, de grandeur, mais aussi de rigidité et d'ordre. Ensuite, la gestion du cadre pendant le dialogue entre Coulter et le cardinal est très bien maîtrisée: on commence avec un dialogue très distant et formel, avec des plans poitrine (donc assez éloignés des personnages), et puis, dès que Mme Coulter sort son joker et applaudit, on zoome et le dialogue s'intensifie avec de très gros plan, ce qui accentue aussi les effets de plongée/contre-plongée Coulter domine. Notons l'incursion du thème musical de Mme Coulter qui lui permet de totalement s'approprier la scène. De plus, vous remarquerez que dans tous les plans, le cardinal est présent en amorce au premier plan et prend toute une portion du cadre: c'est un obstacle, une épine dans le pied de Mme Coulter. Or, après la dernière réplique de cette dernière, quand elle contraint le cardinal à céder à ses requêtes, c'est elle qui prend la moitié du cadre et cache le visage du cardinal au moment du contrechamp: elle a gagné, c'est maintenant elle l'épine dans le pied du cardinal. Pour finir sur cette scène, on remarquera au niveau de la scénographie lors des plans plus larges que Mme Coulter est le seul personnage pouvant bouger, libre, elle rompt l'ordre rigide du Magisterium, brisant même l'immobilité des plans en entraînant la caméra avec elle. Au niveau des couleurs, sa tenue rouge l'oppose à la sobriété morbide des des autres membres du Magisterium, et symbolise aussi la menace, le danger qu'elle représente.

    - Ma préférée de la série pour le moment, juste à cause de mon amour pour le western: la scène du bar. Déjà, le plan de grue qui accompagne Lee quand il entre dans le bar est vraiment classe, et rend l'entrée vraiment iconique en embrassant totalement l'archétype du cowboy qui entre dans un bar. Même sensation en voyant le plan suivant, travelling qui se rapproche de Lee quand il livre son excellente réplique sur les hommes dans les bars. Au niveau de la composition des plans, tout est fait pour rappeler les codes du western, avec la bouteille du barman ou les jetons de jeu en amorce au premier plan, qui font de l'endroit, plus qu'un bar, un vrai saloon dans le grand nord. La prédominance de la lumière jaune, couleur chaude qui contraste nettement avec la froideur du nord, et le thème très country "Tales of Lee Scoresby" (que j'adore vraiment pour le coup) contribuent aussi à cette ambiance western.
    Parmi les autres effets recherchés lors de cette scène, on a le fait que Lee n'est jamais net en même temps que les autres personnages de la scène: soit il est net et les autres sont dans le flou, soit c'est l'inverse, ce quiproduit donc une effet d'isolement de Lee par rapport aux autres personnages du bar, un décalage, ou le fait que la caméra cadre toujours Lee au centre, en le suivant dans tous ses mouvements et en se rapprochant de lui quand il est immobile, ce qui en fait vraiment la star de la scène (j'ai pas de meilleur mot pour le dire).

    - Tout ce qui concerne Iorek est intéressant. On a un jeu sur les rapports d'échelle très intéressant (qui a été relevé plus haut d'ailleurs), avec un Iorek particulièrement imposant, gigantesque en gros plan quand il doit être menaçant, et au contraire filmé à taille "humaine", dans des plans plus larges quand il est au même niveau que les humains dans les rapports de force.
    Ensuite, le début de la scène où il va récupérer son armure (la partie course-poursuite) est aussi très bien filmée. On a là une utilisation vraiment astucieuse du décor: alors que la caméra, quand elle suit Lyra, à hauteur d'enfant, est en permanence gênée par la tôle et tous les obstacles divers et variés qui envahissent le premier plan, Iorek est filmé en plan large dans sa course, puissant et déchaîné, plus fort que le décor lui-même, capable de balayer librement tous les obstacles que constituent les détails du décor de Trollesund.
    Et puis, quand il récupère enfin l'armure, l'effet de dramatisation est vraiment bien géré, avec d'abord uniquement le son, puis le prêtre/moine/type du Magisterium qui se fait éjecter par le vitrail, puis le point de vue subjectif de Iorek, celui d'un prédateur prêt à dévorer sa proie, puis le plan sur la pâte accompagné de bruits métalliques, et enfin la révélation de l'ours en armure, majestueux, imposant et menaçant.
    Enfin, quand il se déchaîne, l'ours est toujours filmé en contre-plongée, grandi avec ce jeu d'échelles qui le rend immense quand il terrasse Syssleman, le tout en caméra épaule particulièrement nerveuse qui, accompagnée des autres procédés, fait de Iorek une vraie force de la nature chaotique et incontrôlable. Le plan de sa mâchoire grande ouverte face à Syssleman et le plan en totale contre-plongée de son rugissement final sont deux plans particulièrement iconiques qui rendent le personnage impactant.
Toujours aussi enthousiasmé par la série, j'ai hâte de voir le prochain épisode (malheureusement, ce sera pas pour lundi comme j'en avais l'habitude pour cause d'examen, il faudra plutôt attendre mercredi :-( ) et d'échanger avec vous!

PS: Et je me rends compte que j'ai mis 1h30 à écrire ça, vous comprenez pourquoi je dois attendre le week-end pour critiquer un épisode que j'ai vu le lundi ^^

Re: Episode 4 : L'Armure

par Luthien-Tinuviel » jeu. 28 nov. 2019, 15:38

Ben moi je l'imaginais très bien l'oie qui parle, et du coup j'ai été très déçue par Kaisa. :-(
(ces nouveaux smileys, aaaah!)
En plus une oie grise, c'est pas la même que les grosses oies de ferme pataudes, c'est des oies sauvages super élégantes, franchement c'est nul comme choix :-(

Et j'avais pas reconnu Dudley, mais il me semblait qu'il y avait quelque chose de légèrement familier avec cet acteur, donc avec le post de Nef j'ai fait un grand "Aaaaaah, mais c'est donc luiiiii!" :eek: Et je trouve qu'il joue magnifiquement ce rôle.
Spoiler
Globalement j'ai pas énormément aimé cet épisode au niveau du rythme général, par contre j'ai adoré l'ambiance générale de Trollesund et Lee dont on fait la connaissance en l'entendant chantonner avec Hester. Bon, j'imaginais pas Lee exactement avec cette tête, et Hester était un peu plus chill dans les livres (du genre à faire mine de somnoler les yeux mi-clos en permanence mais à ne rien rater de ce qui se passe pour autant); mais j'aime quand même énormément le rendu de ces personnages et les scènes où on les voit.
Spoiler sur la suite, des fois que des gens passent par ici en ayant pas lu tous les livres;
Spoiler
Ca va rendre encore plus atroce la mort de Lee quand on y arrivera :-(
Les scènes dans le Magisterium sont toujours brillantes, glaçantes, imposantes... mais, étrangement, j'ai l'impression qu'ils font un peu moins "fanatiques religieux" que dans le livre, et un peu plus "fanatiques de pouvoir et de connaissance". J'adore le père McPhail, ce personnage est rendu à la perfection. Et il y a deux scènes que j'ai trouvées fabuleuses, outre les apparitions de Lee et de Trollesund: Mrs Coulter qui parle à Iofur Raknison (même si j'espère bien que ça va pas être cette grotte son palais, si?), avec cette flatterie subtile et grossière à la fois, où on nous fait languir avant de faire apparaitre Iofur comme on l'a fait pour Iorek, j'ai trouvé ça merveilleusement bien maitrisé. Et Mrs Coulter (encore elle, y'a pas à dire, elle est bien jouée) qui demande à l'aléthiométriste stupéfait "Qui est Lyra Belacqua?"
Evidemment nous on sait, mais alors, pour quelqu'un qui ne connait pas les livres, ça doit faire un de ces effets de suspense :eek:

Re: Episode 4 : L'Armure

par Rey » jeu. 28 nov. 2019, 14:46

Ooooh ! Merci pour cette précision. Effectivement, ç'aurait pu paraître ridicule. Mais pas forcément non plus. EN tout cas, il a beau être un mignon faucon, il n'est pas assez majestueux à mon goût.

Tiens j'aurais bien voulu l'avis de S_B sur le sujet.
(d'ailleurs, ça fait longtemps qu'on l'a vu, où est-il ?)

Re: Episode 4 : L'Armure

par Nef » jeu. 28 nov. 2019, 13:51

Et vous aviez raison ! Kaisa est une oie dans le livre.
La production s'est expliquée sur le choix de remplacer l'oie par un faucon avec à peu près ces mots : "vous avez déjà imaginé une oie qui parle ? on a essayé et c'était ridicule."
Je rechercherai l'extrait exact un peu plus tard. Mais en gros, ça ne passait pas du tout à l'image donc ils ont choisi de changer d'animal. Par contre, ce n'est pas un bête faucon mais un faucon gerfaut, espèce spécifique au Nord

Re: Episode 4 : L'Armure

par DarkHvn » jeu. 28 nov. 2019, 12:25

Rey a écrit :
jeu. 28 nov. 2019, 12:00
Spoiler

Je suis déçue par Kaisa. Déjà, je l'imaginais avec une voix féminine mais ça, mea culpa, je n'aurais pas du. Mais surtout, je l'imaginais très grande et très belle et très blanche. Un peu entre l'oie et le cygne. Je ne sais pas pourquoi... est ce que c'est bien comme ça que ce daemon est décrit dans le livre ? Cependant, je vais m'y faire rapidement tout en gardant mon image personnelle dans un coin de ma tête.
Spoiler
Moi aussi ! J'ai même eu un doute, j'ai dit à Thomas "mince, toute ma vie j'ai cru que goose ça voulait dire oie, et là c'est un faucon" :'D

Re: Episode 4 : L'Armure

par Rey » jeu. 28 nov. 2019, 12:00

Raaaah ! Superbe épisode !
En plus, j'ai repéré l'intention de la fameuse "caméra épaule", chose que je remarquais jamais avant alors je suis bien contente :-D

Evidemment, moi aussi, je vends mon âme pour Lee (et pour Hester, j'adore Hester)
Spoiler
Peu de choses se passe en dehors de Trollesund et je trouve que c'es une bonne chose parce que ça permet de plonger complètement dedans. Je voyais bien la ville comme ça, ça me va parfaitement bien. En revanche, l'énorme bateau des gitans n'a jamais fait partie de mon imaginaire. M'fin on le voit très peu alors...
J'ai reconnu "Dudley" et je n'en suis pas peu fière parce que moi et la physionomie, c'est pas terrible. Ca fait drôle de le voir tout maigre. Et on se demande aussi comment ils ont fait pour trouver autant d'acteurs avec des têtes flippantes !!!

:iorek: Iorek me semble presque parfait. Si ce n'est, parfois, des problèmes de "taille". Il semble immense bien comme il faut quand on voit juste sa tête tout près de Lyra ; puis, quand il se tourne et prend de la distance, on dirait un ours normal. Et ce à plusieurs reprises... Can ça m'a gênée quand même

La relation Lee/lyra démarre dans l'humour. J'aime :coeurs: J'ai son arrivée auprès des gitans et la petite remarque de Lyra sur les cartes. Très bien trouvé, très dynamique.

J'aurais aimé un peu plus de "foin" envers l'aléthiomètre :alethio: D'ailleurs, j'ai pas du tout trouvé logique qu'elle le sorte comme ça en pleine ville pour le montrer à Farder Coram.

Je suis déçue par Kaisa. Déjà, je l'imaginais avec une voix féminine mais ça, mea culpa, je n'aurais pas du. Mais surtout, je l'imaginais très grande et très belle et très blanche. Un peu entre l'oie et le cygne. Je ne sais pas pourquoi... est ce que c'est bien comme ça que ce daemon est décrit dans le livre ? Cependant, je vais m'y faire rapidement tout en gardant mon image personnelle dans un coin de ma tête.

Globalement, je suis très satisfaite de cet épisode, il me plait beaucoup. Bien plus que le précédent. Et puis ça y est, on part vraiment dans le nord !! :cool: :cool:

Re: Episode 4 : L'Armure

par Nef » mer. 27 nov. 2019, 14:20

Je pique un peu l'article d'Allociné :

vous avez peut-être remarqué l'apparition de l'acteur britannique Harry Melling, qui n'est autre que l'interprète de Dudley Dursley, le cousin balourd et stupide d'Harry dans la saga Harry Potter. Dans la série, il incarne le Sysselman, responsable pas très sympathique de la ville portuaire de Trollesund... qui se souviendra longtemps de la papatte de :iorek:

Image

Re: Episode 4 : L'Armure

par Nef » mer. 27 nov. 2019, 08:26

Je confirme ta dernière impression Haku. La coupure de la scène du bateau par le générique m'a paru très brutale.
Avec cet épisode, je trouve que l'on cerne beaucoup plus l'éloignement de la série par rapport au film sur l'esthétique globale de la série.
Le film nous présentait un monde que l'on voyait d'emblée un peu magique. Une angleterre victorienne propre sur elle, des moyens de transport mi-archaiques mi-modernes (la calèche propulsée "par magie", le bateau à roue à aubes, ...) le tout bien propre et presque touristique.
Dans la série, on se rapproche beaucoup plus de notre univers dans l'esthétique. Le bateau est propulsé au gazole (on dira à la naphte plutôt), Trollesund n'est pas particulièrement accueillante, rocailleuse, sale et polluée. Les bâtiments du Magisterium sont tout de béton, stériles, nus. (Rappelez-vous le film qui nous présentait une jolie verrière ou un salon cosy.)
Seul Oxford gardait un aspect de passé magique et enchanté.

Re: Episode 4 : L'Armure

par Haku » lun. 25 nov. 2019, 23:38

Rooooooh là là.
:love:

Bon, on passe en spoil direct, hein. Mais c'est bien bien bien cet épisode !
Spoiler
Que de belles choses dans cet épisode.
Que de surprises, à nouveau. Que de plaisir, surtout à voir parfaitement fonctionner des choses qui à première vue ne cessaient de m'inquiéter - un aspect de cette adaptation qui me plait de plus en plus.
Nous voici donc à Trollesund, où l'on développe l'intrigue autour de l'occupation du Magisterium, et où on nous présente les meilleurs sidekicks des mondes entiers, Lee et Ioio et où Lyra commence à s'affirmer et prendre des initiatives comme il se doit.

Les persos ? Parlons-en, ils ont la part belle et sont quasiment tous valorisés.
Lee jeune chantant, ça m'inquiétait. Lin n'avait pas la carrure que je prêtait à Lee. Lin n'a toujours pas le physique que je prête à Lee d'ailleurs et pourtant, oui, Lin est en effet très, très bon et attachant. Son approche fonctionne très bien. Lin est aussi Lee avec Lyra que Lee peut l'être. Complice, malicieux, surpris et surprenant. Une belle relation à Hester, un personnage bien foutu et emballant qui éclaire un épisode qui pourtant réserve des tas de belles choses.
Iorek ? Sombre, flippant, inquiétant. Il a tout de suite de la présence, de la personnalité. Bref, c'est une excellente nouvelle.
Farder ? Ben oui Farder, parlons-en. Il a le bon goût de contredire à sa façon John Faa (l'un des rares persos que je n'arrive pas encore à vraiment prendre au sérieux), fait confiance à Lyra et lui confie ses peines de cœur. Bref, lui nous plus ne ressemble pas à mon Coram Van Texel à moi (oh ce nom qu'on lui donne - encore une référence à LBS) mais il l'est pourtant pleinement.
Coulter est fabuleuse. Ses deux scènes - non, trois - sont épatantes. Elle vampirise tout ce qui se passe. Elle aussi n'a pas la tête de ma Marisa (oh ma Nicole damooour) mais pourtant elle aussi épate.
Je pourrais aussi évoquer Lanselius l'ambivalent, le Sysselman qui a finalement survécu à son cousin cicatrisé pour prendre du gallon, Pavel menacé et Carlo qui menace.
Sinon ? Les décors et accessoires, encore, toujours. Trollesund est un endroit de fou même si je l'imaginais plus neigeux. La cave de Lanselius est superbe, je VEUX l'aléthiomètre du Magisterium (et celui de Lyra, bien sûr), je veux voyager dans le zeppelin de Marisa et je veux voir les mêmes aurores que Lyra et Tony.

Côté scénario, les choses suivent leur court. Les ajustements concernant Lyra, Iorek et Lee, surtout, sont très plaisants dans la construction de leur relation et l'affirmation de leurs personnalités respectives. Côté Magisterium, les luttes de pouvoir interne sont très curieuses et des sous-entendus mystérieux se développent. Je crois que Boreal va vraiment être un type intéressant.

S'il faut que je dise quelque chose pour ne pas faire de cet épisode une perfection alors ce sera le pré-générique. L'intro de Lee me va en l'état - même s'il chante et que je ne m'y suis pas encore fait. La scène de Lyra sur le bateau qui approche de Trollesund, c'est probablement et étrangement le paragraphe (descriptif) que je préfère dans le roman (la trilogie?). Alors je suis éminemment heureux qu'elle soit là (la montagne est bien green flanked and snow-capped et Lyra paraît ravie à l'avant du bateau) mais elle aurait nécessité deux plans et trente secondes de plus pour être probablement parfaite. Mais là je chipote probablement.

Re: Episode 4 : L'Armure

par LaLuna » dim. 24 nov. 2019, 23:21

Je viens de visionner l'épisode 4, et sans vouloir avoir l'air dramatique, je vendrais mon âme pour Lin Manuel Miranda.
Il est parfait.
Lee Scoresby est parfait.
Érigeons lui un temple.

Iorek aussi est parfait.

Tout va bien. La vie est merveilleuse.

Re: Episode 4 : L'Armure

par El Famoso » dim. 24 nov. 2019, 13:23

J'aime bien l'idée de Lee qui chantonne dans son ballon avec Hester, ça renforce leur complicité et ça exploite intelligemment les capacités de Lin-Manuel Miranda ^^

Haut