Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

btts

  Follow Twittagazze on Twitter  Follow Instagazze on Instagram

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuLangue en menu
 

Read in English

Cette page est en construction. Elle sera complétée sous peu...


La Boussole d'Or : naissance compliquée d'un film qui a beaucoup perdu au montage :.


   En 2007, la Boussole d'Or adapte pour le cinéma le roman de Philip Pullman Les Royaumes du Nord. Le film est écrit et réalisé par Chris Weitz et réunit Dakota Blue Richards dans le rôle de Lyra, Daniel Craig dans celui de Lord Asriel, Nicole Kidman en Marisa Coulter, Sam Elliott en Lee Scoresby et Eva Green en Serafina Pekkala.
Depuis le premier script jusqu'au tournage, le film couvre l'ensemble du roman de Philip Pullman et les bandes-annonces qui apparaissent assez tôt en ligne incluent d'ailleurs des aperçus de la séquence finale au cours de laquelle Asriel ouvre sa brèche dans le ciel.

   Pourtant, quelques semaines avant la sortie, il fut décidé de couper la dernière partie du film pour s'en servir comme ouverture de sa future suite. Ce choix tardif, qui cachait pas mal d'autres choses, obligea d'une part à modifier la chronologie du film (au prix de quelques invraisemblances) et à retoucher numériquement de nombreuses scènes pour des raisons de continuité, mais nous priva surtout du final, puisque l'échec du film au box-office (américain) causa l'annulation des suites.

   A l'heure oùve d'inévitables comparaison avec la série télévisée apparaissent ici et là nous souhaitions par cette page :
  • rappeler que l'intégralité du roman avait été filmée,
  • rappeler que le film projeté en salles n'était PAS celui que le réalisateur avait en tête et qu'il serait injuste de le blâmer pour les décisions du studio,
  • partager les différents séquences absentes du film sorti en salles du remontage tardif mais néamoins librement et légalement accessible sur d'autres supports,
  • tenter d'expliquer, sur la base du contexte de l'époque et d'informations sourcées, pourquoi nous en sommes arrivés à un tel résultat...


Les raisons d'un remontage :.


Un changement de dernière minute


A deux mois de la sortie du film, dans les premiers jours d'octobre 2007, des rumeurs se propagent au sujet d'une modification du final de La Boussole d'Or. Les fans commencent forcément à s'en inquiéter et contactent le studio. Très vite, Chris Weitz réagit et fait relayer une lettre signée de sa main à trois des principaux sites web de fans de la trilogie - les anglophones de HisDarkMaterials.org et BridgeToTheStars.net ainsi que les francophones de Cittàgazze pour confirmer qu'en concertation avec Philip Pullman et le studio (New Line), les trois derniers chapitres du roman ne figureront plus dans La Boussole d'Or mais serviront d'ouverture au film suivant basé sur La Tour des Anges. La lettre ouverte du réalisateur est suivie de peu par une déclaration de Philip Pullman qui à son tour confirme et soutient la décision qui fait sens dans le cadre d'une adaptation, rappelant les choix de coupe menés pour des raisons de rythme dans l'adaptation théâtrale de sa trilogie : le réalisateur et l'auteur tentent ainsi de calmer tout le monde et minimisent autant que possible les conséquences de ce choix.

Personne ne le dit alors, mais derrière ce coup de théâtre il apparaît en fait que Weitz a tout simplement perdu le contrôle du montage du film au profit du studio, New Line. Les producteurs avaient déjà interféré dans les décisions un peu plus tôt, notamment au moment d'imposer Christopher Lee dans le tout petit rôle d'un haut gradé du Magisterium (qui n'apparaît que dans une seule scène) et du remplacement de Nonso Anozie par Ian McKellen pour doubler Iorek, mais ce n'était alors rien comparé à cette reprise en main. Il faudra attendre deux ans environ avant d'obtenir la confirmation de la part de Weitz que le film projeté en salles n'était pas celui qu'il comptait faire : "Le dernier film que j'ai fait a été remonté par le studio et cette expérience s'est avérée plutôt terrible" déclarait-il alors à CinemaBlend avant de renchérir en expliquant à un autre média en 2009 qu'il avait eu l'impression pendant la production que "en étant fidèle au roman, (il) se mettait le studio à dos". Weitz a par la suite régulièrement répété la chose, et il semble que le sujet soit resté douloureux. En 2011 il disait sans détour : "Je n'ai pas pu transposer la vision théologique particulière de Philip Pullman. Et cela me tue".

Le mot "théologique" semble tomber à point et pourrait constituer le noeud du problème ayant mené au remontage du film par le studio. La trilogie a toujours été auréolé d'une certaine controverse, notamment aux USA où des écoles ont interdit les livres pour leur contenu relatif à Dieu et l'Église. Dans ce contexte, la Catholic League lança au cours de l'été 2007 une campagne à l'encontre du film; alertant sur le fait que les livres de Pullman visaient à "saper le Christianisme et à promouvoir l'athéisme" auprès des enfants, et peu importe si le film en lui-même n'est que très édulcoré en comparaison des livres puisqu'il s'agit ni plus ni moins que d'un "appât" pour mener les enfants aux livres. L'appel au boycott a bientôt pris de l'ampleur sur le territoire américain. Mais ayant vendu les droits de distribution du film hors des USA pour pouvoir financer le film, New Line comprend vite que la situation devient explosive car le seul territoire qui pourrait lui rapporter des retours sur investissement est en train de se détourner du film, laissant plâner le risque d'un four et d'une mise en danger du studio qui a tout misé sur le film. Les plus grosses charges envers le monde clérical se situant dans le dernier tiers avec la discussion assez franche entre Lyra et son père (Poussière, péché, bien et mal), faire sauter les trois derniers chapitre rend le film soudain beaucoup plaisant, sans compter que garder pour plus tard la mort de Roger donne une nouvelle tonalité au film, qui propose alors comme morceaux de bravoure une bataille d'ours et l'évasion de dizaines d'enfants d'une sorte d'orphelinat; un tableau bien plus adapté à la période des fêtes que le meurtre de sang froid d'un enfant par le père de l'héroïne...

Si nous ne pouvons pas garantir aveuglément que les craintes autour de la raison religieuse sont celles qui ont prédominé au moment de la décision du remontage, des effets de ces dernières sont en tout cas bien visibles dans le film. Un changement entre une bande-annonce diffusée à l'été 2007 et le film final illustre assez bien le tout. Dans le premier cas, Fra Pavel, en arrivant au siège du Magisterium, pose le pied sur un logo dudit Magisterium orné de la devise de celui-ci, "une égliuse par-dessus toutes les autres". Quelques mois plus tard, la devise a disparu dans les salles. Et pour bien se convaincre que cela n'a rien d'innocent, il suffit d'écouter la version commentée du film en DVD : Weitz s'engage sur le sujet mais ne finit pas sa phrase : "Il y avait quelque chose d'écrit" dit-il avant de laisser un blanc, et de passer à autre chose...





La reprise en main du montage d'un film par son studio n'est malheureusement pas une pratique inhabituelle. Des films tels que Metropolis, Blade Runner, Brazil ou Il était une fois en Amérique en furent ainsi victimes, le renom de leurs réalisateurs ayant permis d'en obtenir par la suite une version plus conforme à leur vision - et forcément bien plus intéressante. Dans le cas présent, cependant, cela ne s'est produit. En effet, il est devenu assez vite clair que le final manquant ne serait probablement jamais intégré à une version longue, à une director's cut officielle ou à une hypothétique suite. Plusieurs sources ont indiqué qu'une director's cut pourrait coûter ou coûterait jusqu'à 17 millions de dollars, ce qui explique pourquoi New Line, qui avait entre temps été rachetépar Warner du fait de l'échec du film, n'a jamais laissé le champ libre à Weitz sur le sujet. Les espoirs, aujourd'hui, sont maigres : "Ce qu'il faudrait serait un truc comme une grosse explosion dans l'industrie du film britannique – je veux dire, dans le bon sens du terme – qui génèrerait un tas d'argent et alors, peut-être que vous pourriez faire un remakedéclarait ainsi Weitz dès 2011...

   Les séquences supprimées :.

   Un grand nombre de scènes du film ont été coupées du montage final suite aux décisions tardives prises par les producteurs. En voici une liste non-exhaustive accompagnée des aperçus de celles-ci piochés dans via d'autres supports facilement accessibles : bande-annonce, jeu vidéo, livres, etc...
  • Lyra chez Lord Asriel
    Le dernier tiers des Royaumes du Nord a disparu du film. Pourtant, l'intégralité de la séquence fut tournée. Lyra rejoignait donc Lord Asriel dans son laboratoire nordique et lui causait une grande frayeur avant qu'il ne réalise que Roger l'accompagnait. Le père et la fille avaient alors une discussion sur la Poussière, le bien et le mal, l'aléthiomètre et les dæmons : la scène est présente, montée et étalonée, dans l'une des versions du jeu vidéo tiré du film.



  • Le final
    Le final est bien sûr l'élément du film dont le manque est le plus criant. Après avoir rejoint son oncle-devenu-papa, Lyra comprend qu'il a emmené Roger avec lui en pleine nuit pour mener à bien son projet de traverser l'aurore boréale. Elle se lance à sa poursuite avec l'aide de Iorek alors que le Magisterium les attaque. Elle ne pourra finalement pas sauver Roger et verra Asriel déchirer le ciel et échouer à convaincre Marisa Coulte de l'accompagner dans son exploration ("Un grand moment sentimental, qui renvoie à la scène où Rhett Butler et Scarlett O'Hara se disent adieu, dans Autant en emporte le vent" promettait Weitz). Lyra, se détournant de Mme Coulter, traverse alors le Ciel pour atteindre Cittàgazze à la toute fin du film - les livres promotionnels en témoignent. De brefs aperçus de ce final apparaissent aussi dans les différentes bandes-annonces du film, bien avant sa sortie.
    La séquence était en pleine post-production quand les changements de montage ont été décidés si bien que ces scènes n'ont jamais été complétées, ce qui explique les déclarations soulignant l'importance des coûts à engager pour une hypothétique director's cut...



  • Lee et Serafina
    Parmi les scènes de la fin du film sectionnées, l'une d'elle tournait autour d'une discussion entre Lee et Serafina. Il y était question de destin et d'un flirt assez ouvert du Texan avec la sorcière...


   Le script original :.

   Le document suivant est la première version signée par Chris Weitz pour le film. Bien qu'il ait été largement ajusté avant que ne démarre la production (ce script aurait mené à un film de plus de trois heures), il offre un bel aperçu des intentions originelles du réalisateur - qui étaient excellentes.
Ce document a été mis en ligne en 2011 par le webmaster de HisDarkMaterials.org, site aujourd'hui disparu qui était pourtant alors l'un des principaux sites de la communauté des fans des livres.

Chris Weitz' First Draft of The Golden Compass on Scribd



   La pré-production :.

En 2010, Cittàgazze a creusé les péripéties qui ont accompagné la phase initiale de production du film. Nous vous proposons ci-dessous les liens vers deux articles consacrés aux passages éphémères du scénariste Tom Stoppard et du réalisateur Anand Tucker sur le projet...
  • Du temps où Tom Stoppard était scénariste
    Aux origines du projet de film, le premier scénariste engagé fut Tom Stoppard, auteur renommé et lauréat d'un Oscar. Quelles furent les raisons de son éviction et à quoi aurait pu ressembler son script ? C'est ce à quoi Cittàgazze a tenté de répondre sur la base d'articles de presse et de déclarations des protagonistes de l'affaire...

  • Du temps où Anand Tucker était scénariste
    Pendant la phase de préparation du film, Chris Weitz quitta un temps le poste de réalisateur, laissant sa place à Anad Tucker. Ce dernier ne passa au final que quelques mois à la barre du projet avant de redonner la main. Cittàgazze a tenté de comprendre les raisons de cette arrivée et du départ de M. Tucker et des conséquences que ces évènements ont eu sur la production du film, à partir d'articles de presse de l'époque et de déclarations des différents concernés.


   Autres séquences coupées :.

De nombreuses autres scènes ont été tournées mais non retenues au montage, recensées par les bande-annonces, jeux vidéos ou livres promotionnels. Nous vous en proposons ici un petit aperçu...
  • L'arrestation du Maître
    D'autres scènes ont aussi disparu, plus tôt dans le film, bien que non forcément liées aux choix éditoriaux de la fin du film. Ainsi, parmi les premiers extraits nous pouvions voiur des soldats en armes débarquer à Jordan College, Oford, afin d'arrêter le Maître sous la direction de Fra Pavel.


  • Lyra, Coram et Serafina
    Parmi les coupes regrettables, notons ce moment où Lyra croise Serafina sur le pont du Noorderlicht, le bateau des Gitans : la reine y évoque son amour pour Farder Coram, qui monte quelques instants plus tard sur le pont sans la remarquer. La séquences est fortement réduite dans le film mais a bien été filmée.


   Lien utiles :.

  • Newsweek, 24-11-2007 : un article résumant assez bien la genèse du film du point de vue du réalisateur, deux semaines avant sa sortie.
  • The Atlantic, décembre 2007: How Holywood saved God (EN) - un passage en revue de l'évolution de la présence des thè:mes religieux dans le film - avant que Weitz ne réagisse sur cet article.
  • Variety, 07-03-2008 : une analyse de l'échec du film aux USA et du succès sur les autres territoires, et la gestion du tout par New Line (traduction ici).
Sources et copyrights
Cette page est en construction et sera complétée sous peu.
Création : 07/2020
Mise à jour : 15/08/2020

publicit  

Cittàgazze en visite sur le tournage

  publicit