Première britannique 27 novembre 2008

The witch se rend rarement aux premières en tout genre, si bien que" />
Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts



Follow Twittagazze on Twitter

Partager
menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenu Flux RSS menu
 
Première britannique du Papillon Tatoué :.
Jeudi 27 Novembre 2008 - 15:00:13 par Haku - Détails - article lu 1088 fois -

Première britannique



27 novembre 2008


The witch se rend rarement aux premières en tout genre, si bien que la première britannique du Papillon Tatoué a constitué un changement bienvenu. Cela se passait la nuit dernière au Cornerhouse de Manchester, dans le cadre d’un festival, et si la salle n’était pas pleine, elle était très animée. Ils ont déplacé la projection dans la grande salle, je suppose pour contenter un maximum de personnes.


Le film ? C’était bien. Très bien. J’avais entendu que c’était très bien, puis lu quelque part une critique qui disait que ça ne l’était pas particulièrement. Nous y sommes donc allé sans a priori, et on était prévenu que ça ne finirait pas en happy-end. Le script suit d’assez près le livre de Philip Pullman, et vous avez donc la fin dès le début, pour ainsi dire.


C’est vraiment Roméo et Juliette. Un amour très intense quand un garçon rencontre une fille, puis ensuite l’égarement quand ils perdent contact. Un chassé-croisé, et en toile de fond le passé criminel d’un individu, qui va finir par avoir une influence sur les vies de Chris et Jenny.


On peut dire que le film a été fait avec un petit budget, mais j’aimerais que plus de films le soient, si tel est le résultat. Rien n’aurait été mieux fait avec plus d’argent. J’ai été particulièrement surpris par la scène d’amour, qui est magnifiquement douce. Dans un film plus commercial, le couple se serait retrouvé à être accompagné au lit par un orchestre complet. Ici, rien. Pas un bruit. Juste comme cela devait être.


La séance a été suivie d’une série de questions et réponses avec le réalisateur Phil Hawkins et des membres de l’équipe. J’allais dire qu’ils avaient essayé de limiter les dépenses dans la mesure où beaucoup parmi eux jouaient et avaient des responsabilités techniques en même temps, mais ceci n’avait aucun sens, vu que personne n’a été payé. Je suppose que cela montre à quel point ils sont polyvalents. Qui aurait cru que l’ivrogne était en fait aussi le réalisateur ?


Je ne me souviens pas précisément des questions, car elles étaient si techniques que je ne les comprenais même pas, sans parler des réponses. J’ai compris qu’ils ne pouvaient travailler qu’avec une seule caméra, ceci dit. Et il pleuvait pour la scène du bal si bien qu'il leur a fallu mettre les bouchées doubles avant que les figurants ne meurent tous d’hypothermie.


Tout a été tourné en cinq semaines, et j’espère que des cinémas partout dans le monde apprécieront et projèteront Le Papillon Tatoué. Philip Pullman avait raison de laisser quelqu’un de jeune acheter les droits de son livre pour une bagatelle. Parfois l’enthousiasme produit plus que des années d’expérience et un énorme budget. Et peut-être suis-je juste contrarié de ne pas avoir agi assez vite pour apporter quelques investissements au film.





Détails
Jeudi 27 Novembre 2008 - 15:00:13
Haku
Source : CultureWitch
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

publicit  

Notre Critique

  publicit