Questions et réponses avec Philip Pullman
______________________________________________________________

Par " />
Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts



Follow Twittagazze on Twitter

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuLangue en menu
 
Questions et réponses avec Philip Pullman :.
Vendredi 28 Mars 2008 - 22:10:08 par Haku - Détails - article lu 1122 fois -

Questions et réponses avec Philip Pullman



______________________________________________________________


Par Donna Freitas, Children's Bookshelf -- Publishers Weekly, 27 mars 2008


Philip Pullman est l’auteur de la trilogie de best-sellers A la Croisée des mondes et de deux nouvelles annexes, Lyra et les oiseaux et le prochain livre à paraître en avril, Once Upon a Time in the North, qui suit les aventures de l’aéronaute Lee Scorseby et révèle comment il rencontre l’ours en armure Iorek Byrnison. Nous avons parlé au téléphone avec Pullman depuis sa maison à Oxford.


”



Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire Once Upon a Time in the North?

Et bien, j’avais déjà fait Lyra et les oiseaux, qui est simplement une courte histoire, mais imprimée dans un livre magnifiquement fabriqué avec de belles gravures et des documents. Nous avions aimé nous amuser sur sa maquette— le concepteur, l’éditeur et moi-même—et Once Upon a Time in the North est conçu de la même façon.

Lyra et les oiseaux et Once Upon a Time in the North—ce sont comme des amuse-bouche—vous savez, ces petits hors d’œuvres français servi au début du repas pour ouvrir l’appétit. Chacun est une petite histoire, véritablement, destinée à divertir et distraire.


Pourquoi avez-vous choisi d’écrire sur Lee Scorseby et pas un autre personnage d’A la Croisée des mondes?

J’ai toujours voulu conter l’histoire de la première rencontre de Lee et Iorek. C’est mon fils qui voulait savoir l’histoire en fait—c’est lui qui m’a suggéré d’écrire comment ils se sont rencontré et j’ai convenu que ce pourrait être bien. Lee et Iorek sont d’âge moyen au moment d’A la Croisée des mondes, et sont de vieux compagnons. Je démarre toujours avec un thème, et j’ai découvert en court de route que l’histoire de Lee est centrée sur l’honneur, sur le fait qu’il est un homme honorable. Il y a nombre de situations dans le livre où son honneur est tenté—il est blessé, diablement pauvre, mais se comporte toujours de façon honorable et gagne un ami génial en Iorek.


”
Lee a un petit penchant pour les femmes, non?

Oui, bien sûr. Lee Scorseby est un homme mûr. A un certain point il fait une avance à Serafina Pekkala et elle la rejette !


A quoi d’autre travaillez-vous ces temps-ci?

En ce moment, j’écris une bande dessinée. C’est une parution hebdomadaire produite par David Fickling, mon éditeur britannique. En Angleterre nous avons des BDs qui paraissent chaque semaine — des histoires drôles, des aventures, des histoires fantastiques. C’est ce sur quoi je suis.


Pouvez-vous nous dire de quoi ça parle ?

C’est un grand secret. J’ai pour grande instruction de garder le voile là-dessus.


Alors pourquoi avez-vous décidé d’écrire des BDs ?

J’aime les bandes dessinées — depuis que je les ai découvertes étant enfant, la vivacité époustouflante de leur narration, avec les images en plus des mots. Je me souviens quand j’ai réalisé la différence graphique entre une bulle de dialogue et une bulle de pensée, la façon dont on montre la différence entre parole et pensée dans une bande dessinée. C’était merveilleux. C’est l’un des grands moments de notre découverte de la lecture. Je me souviens de cela de mon enfance, ainsi que de l’excitation à recevoir une bande dessinée chaque semaine. Et puis je me souviens de ma découverte de Batman et Superman— je vivais en Australie vers l’âge de neuf ans. Je n’avais jamais vu de bande dessinée américaine auparavant et je me souviens la frétillante sensation d’excitation et de frissons quand je dernier Batman et Superman sortaient. J’aimais aussi (dans ces deux BDs en particulier) l’aspect illimité du fantastique : vous pouviez dessiner n’importe quoi, inventer absolument tout — il n’y avait aucune frontière.


Y at-il des bandes dessinées en particulier qui ont influencé la vôtre ?

L’un de mes modèles pour la narration de bande dessinée, ce sont les grands européens — surtout Tintin, de Hergé. Tintin habite dans un monde réel, contrairement à Superman; ou plutôt dans un monde “réaliste”, où il y a des voitures de courses, mais pas de super-pouvoirs. Hergé a une capacité sans égale pour dessiner superbement bien, pour créer un immense paquet de personnages, par exemple, dont chacun a un visage immédiatement reconnaissable comme le sien et celui de personne d’autre, et il est aussi capable de capturer un panel d’émotions et d’expressions; et tout ceci avec des lignes simples, et de petits points pour les yeux ! C’est presque miraculeux. De même, ses arrières-plans sont recherchés, les perspectives sont solides, tout semblent réel. Je parle des ses héros, et non pas héroines, car ceci dit, il n’y a qu’une seule femme dans son oeuvre, et c’est Bianca Castafiore, la terrifiante soprano. C’est un manque, ou une limite; le monde de Tintin est entièrement masculin. Mais qu’il est riche, amusant et inventif. C’est le genre de bande dessinée auquel j’aspire. Ce n’est pas vraiment révéler des secrets. Je pense que ce que j’ai dit reste dans le domaine de ce que je suis autorisé.


Pour en revenir à A la Croisée des mondes, la question dans l’esprit de tous les fans est : y a t-il d’autres livres liés à la trilogie en préparation ?

Oui—The Book of Dust. C’est un autre roman. Ca se passe plus tard, après Lyra et les oiseaux, avec Lyra un peu plus vieille. Il y a quelques indices sur ce que fait Lyra plus tard. Je voulais amener Lyra sur la fin.


Et quand peut-on espérer lire The Book of Dust?

The Book of Dust a connu pas mal de hold-ups, principalement du fait que ce que les gens me demandent de faire m’empêche d’être concentré pour. Le tournage de La Boussole d’or m’a pris un an de ma vie. Je fais plusieurs choses en ce moment : écrire la BD, écrire des textes sur des thèmes politiques. Mais un roman c’est plus demandeur. Un roman est quelque chose qui occupe tout mon temps et toute mon attention. Faire plusieurs choses à la fois, c’est comme demander à un conducteur de pétrolier de faire le taxi.

Quand j’aurai fini d’écrire l’histoire de la bande dessinée, je dirai non à tou le reste. Je me demande combien de fois j’ai dis ça à ce jour...


Vous avez mentionné dans une interview au New York Times l’automne passé combien de versions du premier chapitre des Royaumes du Nord vous aviez écrit —13 ou 14, je crois. Est-ce juste un aspect du processus d’écriture pour vous ? Passez vous par autant de brouillons pour les chapitres de tous vos livres ?

Je n’écris jamais avec l’intention de faire autant de brouillons. Chaque fois que j’écris une phrase, c’est avec l’intention que c’en soit la version définitive.


Quid des livres sur Sally Lockhart ?Considèriez-vous une autre histoire la mettant en scène dans le futur ?

Plus tard… oui. Pas immédiatement, bien sûr. J’ai mes mains occupées avec Lyra pour les deux ou trois ans à venir. Je reviendrai sûrement à Sally car je l’apprécie et car il y a un tas d’histoires intéressantes à raconter à son sujet. J’aime aussi le réalisme de l’arrière-plan, et les dynamiques entre les personnages — surtout du fait de la Princesse de Razkavie, avec Jim et Adélaïde. Je veux aller plus loin avec eux. Je les considère comme une sorte de duo très glamour et tordant de détectives victoriens, une sorte de William Powell et Myrna Loy dans The Thin Man. Si j’ai le temps, si j’ai le temps....


Des projets de tournée à attendre?

Oh non! (rires). Je ferai une tournée avec grande réticence seulement pour la sortie du prochain gros livre. C’est crevant et interminable. Bien sûr j’aime rencontrer les gens — c’est le meilleur aspect. Mais ce serait mieux s’ils venaient me voir !





Détails
Vendredi 28 Mars 2008 - 22:10:08
Haku
Source : Publishers weekly
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

publicit  

Il était une fois ... à Oxford

  publicit