Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts



Follow Twittagazze on Twitter

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuLangue en menu
 
Chris Weitz répond à un article de l'Atlantic :.
Mercredi 23 Janvier 2008 - 20:19:12 par Anne-Emmanuelle - Détails - article lu 670 fois -

Chris Weitz sur son fiasco de La Boussole d’Or : les media accusent.



Par kyle, 18 janvier 2008




Le scénariste-réalisateur de La Boussole d’Or, Chris Weitz, est irrité. Le film remplit si mal les salles que les deuxièmes et troisièmes ne seront pas fait (cela marcha plutôt bien à l’étranger, mais malheureusement pour New Line Cinema, cela ne l’a pas aidé à rentabiliser ses droits). Dans un article du Atlantic de décembre, Hanna Rosin écrivit à propos de la frustration évidente de Weitz en faisant ce film. (Après avoir tout d’abord accepté de le faire, il laissa tomber, craignant soit la Droite Chrétienne, soit les athées adeptes du livre, puis changea d’avis à nouveau, puis alarma les fans en leur disant qu’il diluerait l’ensemble pour plaire au studio.) L’article de Rosin était bien rapporté et bien écrit ; c’était un regard détaillé sur comment Weitz avait essayé de faire un film qui était à la fois fidèle au livre et un succès financier. On se souviendra (à tord) du défaut de vouloir suffisamment diluer l’athéisme du livre ; ce qui fut laissé de l’histoire, était prétendument encore assez pour faire fuir le Chrétien moyen. (Actuellement, le film meurt parce qu’il était une source de confusion et met à l’affiche une actrice que le public n’aime pas.



Weitz écrivit une lettre hystérique à l’Atlantic en réponse. C’est si mal écrit – grandiloquent, pétulant, maladroitement sarcastique – que vous vous demanderez : Comment cet homme trouve un emploi d’écrivain professionnel massivement payé ? Ce n’est pas quelque chose qu’il dit au pied levé ; c’est une lettre qu’il a préparé pour la publication dans un magazine national.



J’avais de grands espoirs sur Weitz après qu’il fit un film que j’ai adoré, Pour un garçon. Après cet exécrable American Pie et la Boussole cabossée, cependant, Pour un garçon ressemble à une chance, une adaptation facile d’un livre qui fut joliment réalisée avec des acteurs attirants.



Voici la lettre de Weitz :



Le travail de sape de Hana Rosin concernant mon film La Boussole d’Or, tiré du roman de Philip Pullman, (et ma propre personne par extension) se complait tant dans le dédain que l’on pourrait penser qu’elle a vu le film!



Elle n’a pas pensé, bien sûr, qu’aucun fait n’était mentionné dans sa succession de propos soigneusement découpés puis recollés et de spéculations gonflées de paraphrases. L’une d’elles peut renvoyer mentalement à un extrait de la Bible : “Tu ne porteras point de faux témoignage”. C’est un exemple: il est vrai que j’ai dit que le clergé et les personnes religieuses avaient été présentés comme gaffeurs et hypocrites dans de nombreux films hollywoodiens des dernières décennies. Mais son assertion selon laquelle “cela était une raison solide pour que je ne ferme pas boutique” relève de son invention. Nous parlions de choses entièrement différentes à ce moment de notre interview, et le fait que je puisse me considère comme faisant du droit religieux une source de moqueries est grotesque.



A d’autres endroits, elle semble simplement ne pas avoir fini sa lecture du contexte. Si elle l’avait fait, elle aurait remarqué en arrivant à la fin de mon script que l’histoire de la Genèse - qu’elle prétend que j’ai supprimé du film - est référencée par la voix de la vilaine, Mrs. Coulter : “Il y a bien longtemps, certains de nos ancêtres ont fait une terrible erreur. Ils ont désobéi à l’Autorité. Et c’est cela qui a amené la Poussière dans notre monde. Depuis ce temps, ils en ont été malades. Malades du mal, malades de la Poussière”. Même à quelqu’un doté qu’un demi cerveau, il ne faudrait pas beaucoup de temps pour comprendre cela, et Rosin, qui écrit sur la théologie, devrait être capable de le saisir. Mais apparemment, cela ne convenait pas à sa thèse selon laquelle je me suis “débarassé” du livre qu’il m’arrive pourtant d’aimer. Qu’ai-je vendu ? Qui a vendu les droits? Pas moi.



Dans cet article nous découvrons des tas de choses et d’intéressantes informations – les studios d’Hollywood ont peur des controverses ! Les acteurs ont parfois des instants difficiles en répondant aux questions de la presse ! — et d’ailleurs de fascinants paradoxes. Une page après une longue description des images religieuses dans le film, nous découvrons qu’un des personnages “vole au-dessus d’un monde dénué d’images religieuses”. Pardon? Je suppose qu’on peut mettre ici en cause une auteur de légendes débordant d’enthousiasme.



Ce fut une intéressante expérience que d’être accusé de promouvoir les buts d’une conspiration athée et de brader des idées laïques d’une grande oeuvre de littérature le même mois. Merci d’étendre ma définition de l’absurde !



Chris Weitz



Los Angeles, Californie



Réponse de Hanna Rosin : Dédain compréhensible ? Certainement pas. Ce que j’ai communiqué était davantage un signe de résignation. La seconde moitié de la lettre de Chris Weitz saisit l’esprit de mon récit avec plus d’exactitude que la première. Oui, nous savons tous que Hollywood est effrayé par la controverse. Et nous avons ici un choix particulier de l’exemple de cet instinct en action. Je n’ai jamais dit que Weitz liquidait les livres. Il était évident, à la fois dans notre interview et dans mon récit, qu’il les aimait. J’ai simplement décrit le délicat processus par lequel il a réconcilié les livres avec les besoins d’un studio de Hollywood. « Kidnapper le corps du livre et laisser derrière son âme » est ce que j’ai écrit. Le scénario contient tous les personnages riches et les aventures des livres. Mais pas, comme je l’ai expliqué, le message profondément subversif anti-Dieu. Est-ce une surprise ? Probablement pas. Je ne pense pas que qui que ce soit attende d’un studio de Hollywood de faire un film pour les vacances de 180 millions de dollars qui mette à la poubelle l’Ancien Testament.



Au moment où j’ai écrit ce récit, ni Weitz ni le studio ne voulait me laisser voir le film. Mon récit était basé sur le scénario du tournage, ainsi que sur bien des versions antérieures. Les lecteurs peuvent trouver ma critique du film achevé sur www.theatlantic.com/compass.


     Discutez-en sur le forum :)   Discutez-en sur le forum :)     
Détails
Mercredi 23 Janvier 2008 - 20:19:12
Anne-Emmanuelle
Source : kylesmithonline.com
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

publicit  

Test du jeu vidéo

  publicit