Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts



Follow Twittagazze on Twitter

Partager
menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenu Flux RSS menu
 
Interview avec Mme. Adel Al-Salloum :.
Samedi 11 Juillet 2009 - 23:35:28 par Haku - Détails - article lu 1347 fois -

”affiche

Interview avec Mme Adel Al-Salloum



Du 13 au 18 juillet 2009, le Curve Theater de Leicester propose des représentations de la première partie de la pièce de théâtre His Dark Materials, tirée de la trilogie de Philip Pullman A la Croisée des Mondes. Cittàgazze a été mis en contact avec Adel Al-Salloum, metteuse en scène de ce projet rassemblant près de 80 personnes dans les équipes technique et artistique. Ses réponses nous apportent un éclairage intéressant sur la manière de procéder pour mettre en scène les mots de Philip Pullman et la façon d’aborder un texte déjà existant, à savoir le script de Nicholas Wright, écrit en 2003 pour le National Theater de Londres.



PRESENTATION ET ADAPTATION
Cittagazze.com : Avant tout, pouvez-vous vous présenter et parler et votre rôle dans cette production ?
Adel Al-Salloum : Je dirige une équipe professionnelle (comprenant des concepteurs, éclairagistes, scénographes, costumiers, attachés de presse et responsable marketing) ; une équipe de plus de 80 membres, qui va travailler sur tous les aspects de la production – depuis les acteurs jusqu’au son.

Avez-vous retouché le script existant de Nicholas Wright et, si tel est le cas, de quelle manière ?
Le script reste très proche de l’existant signé Nicholas Wright, à ceci près que la Première Partie dans l’adaptation de Nicholas Wright couvre la moitié de la trilogie tandis que nous avons décide qu’il était mieux de couper à la fin des Royaumes du Nord.

Pour quelle raison seule la première partie est jouée ?
Les livres de Pullman sont tellement riches et adaptés au théâtre que rendre justice à un seul d’entre eux est tout simplement suffisant !



HIS DARK MATERIALS SUR LES PLANCHES
Est-il difficile de représenter une transition rapide entre deux époques où Lyra et Will ont 20 ans puis 12 ans ?
En fait, nous ne rencontrons pas Will dans la première partie, et nous nous intéressons seulement à Lyra âgée de 12 ans, ce n’est donc pas une situation que nous avons eu à gérer dans le spectacle… Plus généralement, il y a un tas de techniques et de trucs que les acteurs utilisent quand ils jouent des personnages à différents âges, cela va de changer leur voix et physiquement parlant, le costume ou les accessoires. De nombreux acteurs adultes jouent des fréquemment des rôles d’enfants dans leur carrière, surtout quand ils paraissent jeunes et qu’ils n’ont pas une forte stature. Vu que nous ne rencontrons pas Lyra avant ses 12 ans, les attributs physiques tells que la taille sont plus simples à gérer que s’il s’agissait d’un enfant plus jeune et il s’agit alors essentiellement de jouer un personnage et ses caractéristiques enfantines, ce sur quoi Lauren Sulley (interprète de Lyra, NdT) et moi avons travaillé durant les répétitions.

Les fenêtres entre les mondes étaient représentées par des projections au National Theater et via des jeux de lumières dans la récente production du REP. Quelle a été votre approche à ce niveau ?
Nous travaillons également à capter ces moments avec des projections. Nous étudions cette question en ce moment avec deux jeunes diplômés en arts numériques.

De nombreuses adaptations ont été tirées de la trilogie par le passé – pas uniquement au théâtre. Ces tentatives vous ont-elle été utiles ou avez-vous travaillé sans ces dernières ?
Nous travaillons sur le texte de Nicholas Wright, qui a été commandé par le National Theater. Ce texte est merveilleusement bien fait mais notre approche sera profondément différente de celle du National Theater. Nous travaillons sur une narration simple, en se basant sur le luxe d’une large distribution.

Certains éléments sont périlleux à représenter : par exemple, quel a été votre choix pour figurer un vol de sorcière ou les Gallivespiens?
Nous avons eu un fantastique marionnettiste sur le projet qui nous a propose des moyens très intéressants pour résoudre certaines des séquences les plus complexes. Par le biais d’animation de marionnettes et d’objets, nous avons trouvé la solution au vol des sorcières.



CHOIX DE DIRECTION ET MISE EN SCÈNE
Pouvez-vous nous parler des acteurs ? Quels ont été vos conseils pour qu’ils créent leurs personnages ?
Les acteurs de cette production sont aussi bien des étudiants en licence de marketing et linguistique pour le théâtre que des néophytes, en passant par des gens qui ont beaucoup joué en tant qu’amateurs. Les premières semaines de répétitions ont été utilisées pour que les acteurs découvrent le personnage qu’ils jouaient, ce qui leur permet de devenir ce personnage.

Est-ce que les acteurs ont apporté des modifications à leur rôle ?
J’ai encourage les interprètes à ajouter leur sensibilité au rôle et de tester leurs différentes idées pour voir si cela fonctionnait.

Avez-vous note des différences entre les acteurs qui avaient lu la trilogie et ceux qui la découvraient ? Cela a-t-il eu une influence ?
Au début des répétitions, il y avait un groupe qui avait lu la trilogie et qui nous avait rejoint pour cette raison, nombre d’entre eux étaient fortement attaché aux romans, mais après quelques répétitions, il s’est avéré que cela n’avait pas véritablement d’influence.

Votre relation avec les marionnettistes était-elle différente de celle avec les acteurs ?
Les marionnettistes ont eu des séances supplémentaires avec les marionnettes, mais une partie des mêmes principes d’interprétation était requise dans la mesure où ils devaient insuffler de l’énergie et des prestations crédibles sur scène.

Quelle est votre approche pour les répétitions, cette pièce ayant la réputation d’être un challenge technique : les répétitions sont-elles uniquement destinées aux interprètes, ou bien l’équipe technique est impliquée ?
Les répétitions sont libres et si le personnel technique était bienvenu, nous avons essayé de garder la troupe complète impliquée tout du long. Les répétitions techniques démarrent la semaine prochaine et notre équipe technique sera au complet pour mener la magie et l’imagerie de l’histoire et des personnages à la vie.

Quelle est la durée des répétitions pour une telle production ?
Nous avons démarré les ateliers il y a environ trois mois, ce qui représente une période plus longue que d’habitude, car nous avons des gens des environs, et que tout le monde ne travaille pas à plein temps sur le projet.

Avez-vous eu des retours de Philip Pullman en préparant cette pièce ?
Pas à ce jour.

Est-il prévu d’utiliser des medias supplémentaires tels que les projections sur écran ?
Nous utilisons un écran pour la présentation de Lord Asriel et pour recréer les aurores boréales à la fin.

Quelle est votre approche vis-à-vis du décor ? Sera-t-il représentatif (avec de nombreux détails) ou plutôt suggestif ?
Le décor est suggestif. Nous avons travaillé pour créer des paysages formés par des figurants. Avoir plus de cinquante acteurs est une donnée suffisamment rare pour permettre de remplir autant une scène. Par exemple, nous recréons Oxford avec des Érudits qui se promènent et des étudiants qui font du vélo…



DIVERS
Quels sont les moyens mis en jeu pour une telle pièce ?
His Dark Materials propose une large part d’imagination et est donc une pièce ambitieuse. Si nous racontons comme il faut cette histoire passionnante, nous aurons réussi notre travail.

Est-il prévu d’avoir des DVD du spectacle disponible dans un futur proche ?
Non, il n’est pas prévu d’enregistrer le spectacle.



CONCLUSION
Si vous deviez résumer votre production en une seule phrase pour faire venir le public, quelle serait-elle ?
Je veux que les gens soient emportés par la performance théâtrale et inspirés au point de vouloir s’investir dans le théâtre. Je me sens très chanceuse de pouvoir travailler avec autant de talents locaux.


Adel Al-Salloum (g) fin juin 2009 (Photo : Ellie Powell, reproduction avec autorisation)


Cittàgazze tient à remercier Mesdames Adel Al-Salloum et Kate Gambrell pour leur disponibilité et la gentillesse dont elles ont fait part afin de rendre cette interview possible. Les réponses ont été reçues par notre équipe le 6 juillet 2009. L’affiche du spectacle a été obtenue sur le site du Curve Theater. La traduction de l'interview de l'anglais vers le français a été assurée par l'équipe de Cittàgazze.

Détails
Samedi 11 Juillet 2009 - 23:35:28
Haku
Source : Cittàgazze
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

publicit  

Jésus le bon et Christ le vaurien

  publicit