parlions très récemment : le futur "recensement" des personnes travaillant au contact des enfants, moyennant finances, est fortement chahuté par de nombreux auteurs. Depuis la frond" />
Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueil Forum Encyclopaedia Tchat F.A.Q Meeting menu Flux RSS menu
 
Les Nouvelles
Catégories :

Archives :
Nouvelles par date dans
la catégorie actuelle.


Septembre 2018
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
<< >>

 Boycott des écoles : dernières évolutions
Nous vous en parlions très récemment : le futur "recensement" des personnes travaillant au contact des enfants, moyennant finances, est fortement chahuté par de nombreux auteurs. Depuis la fronde lancée par Philip Pullman et Anne Fine, de nouvelles déclarations se sont fait entendre alors que la presse britannique a très largement relayé le débat sur le web.

De nouvelles voix se sont fait entendre, à l'image de celles des deux anciens Children's Laureate (un titre annuel honorifique littéraire décerné par les enfants) Quentin Blake (illustrateur de renom : les livres de Roald Dahl, c'est lui) et Michael Morpurgo ("Les auteurs ne vont pas dans les écoles pour l'argent, mais simplement pour transmettre leurs histoires et donner aux enfants l'envie de lire. L'idée de devoir me soumettre à un test ou une évaluation pour ce faire est absurde") ou bien encore Anthony Horowitz ("Un enfant qui admire un auteur a grande foi en celui-ci, le voit comme quelqu'un de bien. Avec cette mesure, le gars qui a écrit un livre pourrait être un pervers malade et il faut protéger les enfants de celui-ci. Ce n'est pas un message fort positif").

Le gouvernement a néanmoins voulu minimiser la portée des accusations rappelant que les auteurs ne seraient pas forcé à se faire connaître, puisque la mesure ne s'applique pas pour des personnes rencontrant les enfants ponctuellement, mais pour celles le faisant "régulièrement" ou "fréquemment", à savoir plus d'une ou trois fois par mois : "Ceci a été fait car les visiteurs dans les écoles, bien que constamment accompagnés par un professeur, se trouvent dans une position unique de confiance où ils peuvent facilement devenir profondément apprécié et des élèves et recevoir leur confiance. Il nous faut donc être sur que cette confiance est entre de bonnes mains dans le cas où les élèves les rencontreraient en dehors de l'école, lorsqu'aucun professeur n'est présent. Si nous reconnaissons que la vaste majorité des travailleurs et volontaires n'irait jamais abuser de leur position de confiance, les parents n'accepteraient pas que des adultes travaillent avec leurs enfants, même de façon volontaire, sans qu'aucune sorte de vérification n'ait été menée". La position a été soutenue par Anthony Browne, dernier Children's Laureate en date : "J'ai idée que les auteurs ne devraient pas connaître d'exception, si toutes les personnes qui travaillent avec des enfants doivent être avalisées par la police, alors nous ne devrions pas faire exception".

Alors que chacun est libre de se faire une opinion sur l'épineuse question au cœur du débat, l'affaire reste à suivre...


posté par Haku le samedi 18 juillet 2009 à 14:46:13

Discutez-en sur le forum :) Discutez-en sur le forum :) |   | Partager


  publicité  

  publicité