Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
  Synopsis | Extrait | Critique | Liens | Galerie | Acheter  
   
  Le Papillon Tatoué

Philip Pullman

Le Papillon Tatoué

Détails :
  • Titre original:
    The Butterfly Tattoo, ou The White Mercedes
  • Traduction : Jean Esch
  • Editeur : Rivages
  • Première parution : 1992
  • Première traduction : 2005

 
  Chris Marshall rencontra la fille qu'il allait tuer par une douce soirée de début juin, le jour où un des collèges d'Oxford organisait son bal d'été. Les étudiants faisaient une dernière folie avant de quitter l'université pour devenir banquiers, diplomates ou publicitaires. Ils payaient cher pour pouvoir assister à ce genre de bals : une centaine de livres sterling, voire plus dans certains cas. En échange d'une telle somme, ils attendaient beaucoup et le comité d'organisation se démenait pour les satisfaire : pistes de danse sous des tentes, buffets avec champagne, groupes à la mode et anciens orchestres célèbres, spectacles de cabaret originaux... Bref, toutes les formes de divertissement en vogue, coûteuses et disponibles.

 Ce collège-ci était situé sur un terrain qui bordait un étang. Il y aurait un feu d'artifice, un orchestre type années folles sur une plate-forme flottante et un spectacle de cirque sous un chapiteau. Ce serait une soirée tout à fait spectaculaire, qui incarnait aux yeux des étudiants la richesse et la magnificence qui leur était dues à cette époque, dans ce pays.

  Chris Marshall n'était pas étudiant. Il avait dix-sept ans, il lui restait une année de lycée à faire ; c'était une sorte de job de vacances, bien que les vacances soient encore loin. En fait, il travaillait à mi-temps pour une société baptisée Oxford Entertainment Systems, appartenant à un certain Barry Miller. Barry savait que Chris économisait pour s'acheter un vélo correct, c'est pourquoi il lui avait proposé vingt-cinq livres pour le boulot de ce soir, alors qu'il n'avait pas vraiment besoin d'aide. Chris se réjouissait de cette aubaine. Il en avait marre de rester assis chez lui avec sa mère et le nouvel amant de celle-ci à essayer de faire la conversation, avec toujours l'impression de gêner. Il n'avait jamais eu ce sentiment à la maison et ça le mettait très mal à l'aise.

  C'est ainsi que, par une douce soirée de juin, Chris se retrouva en train d'installer l'éclairage pour le spectacle de cabaret.

Texte original de Philip Pullman
Traduction par François Guérif pour Payot & Rivages


        Discutez-en sur le forum :)     
 

  publicité  

  publicité