Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

lmo

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
Le DVD
   Navigation : Disque 1 : film | Disque 2 : bonus | Conclusion | Acheter | Critique du film | Captures d'écran |

     Quatre mois après nos voisins européens, l'édition française de The Golden Compass sort enfin et sera disponible en magasin dès le 15 octobre 2008. Cittàgazze a eu l'opportunité d'avoir le DVD d'A la Croisée des Mondes: La Boussole d'Or version Collector et vous livre ses impressions sur les deux DVD qui composent l'édition collector.

Menu du film

     On commence par le film. La qualité de l'image est splendide et rend justice à l'univers visuellement riche du film. Les couleurs y sont magnifiques et si la qualité est au rendez-vous de l'édition normale, on peut s'attendre à un grand moment avec l'édition blu-ray. Bien que déjà d'un haut niveau, elle pourrait encore être meilleure, à l'image de l'édition originale.

     Niveau audio et sous-titres, c'est assez peu fourni. On retrouve les habituelles versions française en Dolby 5.1 et DTS 5.1 ainsi que la version originale en 5.1. Nul doute que pour les fans que nous sommes, le choix se portera sur la version originale pour sa grande qualité de prestation. Le visionnage des bonus y incitant également. Côté sous-titres, seul le sous-titrage français est proposé.

     Du côté des suppléments, passons à côté des multiples bandes-annonces promotionnelles (qui démarrent toutes seules lors de l'insertion du DVD) pour s'intéresser de suite au vrai supplément : le commentaire audio du réalisateur. Soyons clairs, si vous êtes fans et très familiers du livre, vous allez vous ennuyer. Chris Weitz passe les presques deux heures du film à raconter l'histoire telle qu'elle est dans le livre et mise en relation avec le film. Ce commentaire comporte tout de même d'intéressantes explications sur les raisons qui ont pu pousser l'équipe à modifier l'histoire. Mais il livre aussi des anecdotes sur le tournage et dévoile les secrets de certaines scènes. Moment fort : ses excuses pour avoir changé le nom de Iofur en Ragnar.

DVD bonus

     Le second DVD est riche en informations lui, comportant près de 3 heures de reportage dans les coulisses du film. Tous des documentaires peuvent être regardés à la suite ou séparément. Détails :
Le roman (L'écrivain Philip Pullman ou la curiosité récompensée) 18 min 59 :
Nous plongeons ici dans l'univers de Philip Pullman, l'auteur de la trilogie A la Croisée des Mondes. Interrogé devant sa bibliothèque bien fournie, l'écrivain lève le voile sur sa vie, ses occupations et surtout sur son inspiration pour écrire le livre. A travers divers témoignages comprenant Deborah Forte, (productrice) Kim Reynolds, (professeur de littérature jeunesse) Nicholas Tucker, (auteur de A la rencontre de Philip Pullman) Chris Weitz, (réalisateur) l'équipe du film et des lectrices, le documentaire retrace l'historique de l'ouvrage, évoque ses nombreuses qualités littéraires et les récompenses obtenues et enfin sur l'implication de Pullman dans le film.

L'adaptation (du scénariste et réalisateur Chris Weitz) 16 min 03 :
En compagnie de Chris Weitz, nous découvrons le travail de titan effectué sur le film, vu par les yeux de son réalisateur. Dans ce reportage, il parle de la façon dont il a imaginé le film, étant fans des livres, comment il l'a porté à l'écran. Il confie ainsi sa vision du livre et comment le spectateur la retrouve dans le film. En sa compagnie et celle de l'équipe de New Line, nous avons l'opportunité de suivre toute l'évolution du film depuis le choix du scénariste jusqu'à la sortie en salle en passant par les étapes importantes de la vie de Chris telles que son mariage ou la naissance de leur enfant.

A la recherche de Lyra Belacqua (Les auditions de Dakota Blue Richards) 15 min :
Après avoir fait la connaissance de Chris Weitz, il est maintenant temps de découvrir l'héroïne du film : Dakota. Le documentaire retrace le parcours de la jeune anglaise depuis sa petite enfance à la sortie du film en salle et la célébrité en passant sur les auditions pendant lesquelles ils ont auditionné environ 10.000 fillettes. Les témoignages de ses proches et des gens avec qui elle a travaillé sur le film mettent en lumière son caractère, son talent et son avenir dans le cinéma. Vous vouliez voir la "Snoopy Dance" ? C'est ici !

Les dæmons 19 min 48
Après l'explication de Philip Pullman sur la création des dæmons et sur ce qu'ils sont, nous plongeons dans le côté technique du film pour découvrir comment ils ont tourné avec des animaux imaginaires et comment l'équipe a réussi à créer des animaux de synthèse aussi réalistes. Il n'est pas aisé de jouer avec un personnage imaginaire qui doit devenir réel sur la pellicule. Mais le travail fourni est époustouflant, entre les maquettes, les empaillés, les ballons verts et le marionnettiste avant le travail des bidouilleurs de pixels qui doivent donner vie à ces créations virtuelles.

L'Aléthiomètre (l'instrument de vérité et sa fabrication) 14 min 49 :
Qu'est ce que l'Aléthiomètre d'abord ? Et d'où Philip Pullman a-t-il pu sortir cette idée géniale ainsi que son apparence ? Ces questions reçoivent leur réponse ici avant de s'intéresser à la façon dont il a été représenté et fabriqué. C'est simplement phénoménal ce qu'on découvre dans ce reportage : tout le travail effectué pour avoir un accessoire parfait avec tous ses détails infimes que nous ne voyons même pas à l'écran. Avec une bonne dose d'auto-congratulation méritée.

Les décors (Aux frontières merveilleuses d'un monde parallèle) 25 min 55 :
Dennis Gassner, chargé de créer l'univers du film, nous emmène en compagnie de Chris Weitz et de son équipe à la découverte des décors du film et des accessoires. Depuis la conception de l'univers de Lyra et sa signification jusqu'à sa construction et sa présence à l'écran, le spectateur est invité à tout découvrir. mais surtout à découvrir combien le travail fourni sur ce film est important et exceptionnel. Tout a été créé pour le film, il ne s'agit pas d'acheter des accessoires mais de les fabriquer. Ils doivent être les uniques éléments venus d'un autre monde.

Les costumes 11 min 41 :
Partie intégrante des décors, les costumes ont leur propre documentaire. Une découverte du travail de Ruth Myers, la conceptrice des costumes, qui a fourni beaucoup de travail sur ce film. Chacun donne son opinion sur la qualité des costumes et combien un bon costume aide à se sentir dans son personnage et sert ainsi le film. Hommage à celle qui avec son équipe a créé plus de 700 costumes et assisté à tous les essayages même pour les figurants.

Oxford (Le Jordan College de Lyra) 7 min 24 :
Le spectateur part cette fois pour une visite guidée de la ville d'Oxford en compagnie de Philip Pullman et de l'équipe du film. L'occasion de découvrir le vrai visage d'Oxford et la façon dont il a été utilisé dans le film. Mais le mieux reste quand même d'aller visiter vous-même ce lieu extraordinaire.

Ours en Armure (Les panserbjørnes de Svalbard) 17 min 35 :
Une des fiertés du film, ce sont les Ours en Armure créés par Framestore CFC. Le reportage nous envoie cette fois visiter Framestore où ont été créés les Ours pour assister au processus de création de ces animaux. Encore une fois, un grand sens du détail est mis en oeuvre pour que ces animaux virtuels semblent si réels. Et sa taille est le résultat de beaucoup de recherches pour faire tenir Iorek dans le décor sans non plus passer pour un poney. Comme le pensais l'employé de Framestore que nous avions interviewé, ce sont probablement les ours qui ont contribué à donner un oscar à The Golden Compass.

La Musique 11 min 42 :
Le compositeur Alexandre Desplat explique et montre comment il a imaginé et composé la musique pour le film. C'est la première fois qu'il avait à composer la musique d'un film épique avec de grandes musiques symphoniques. Alexandre identifie pour nous les différents thèmes qui reviennent dans le film en fonction des personnages et des lieux avant de nous montrer les instruments étonnants dont il s'est servi pour la musique. (des bols tibétains par exemple)

Le lancement (la sortie du film) 7 min 50
Ce dernier reportage présente toute la promotion qui a entouré le film depuis Cannes 2007 à la Première Mondiale de Londres au travers d'interviews et des témoignages des équipes de presse et des journalistes. Mais le document est essentiellement centré sur Dakota Blue Richards pour qui tout cela était une grande première. Un très bon aperçu de la folie qui régnait là-bas les jours précédent la sortie du film.

Et aussi...
Pour compléter le tableau, le DVD propose de découvrir les trois bandes-annonces en vost ainsi que de nombreuses photos sur les décors, les costumes, les ours, les daemons et les affiches anglosaxonnes du film. Enfin, un aléthiomètre interactif vous permet de faire défiler les symboles pour découvrir leur signification. Un peu laborieux malheureusement.

Galeries de photos

     Voilà un film bien servi par son format DVD. Outre la bonne qualité du film, visuelle et sonore, le second disque entraine le spectateur dans l'envers du décor pour pouvoir découvrir comment a été fabriqué le film. Ainsi, certains détails passés inaperçus dans le film prennent ici une toute autre importance et signification. Beaucoup d'auto-congratulation bien sur mais on les croit sans peine au vu des images présentées. Certaines phrases laissées en suspens laissent même entendre au spectateur les mésententes avec la production qui ont pu survenir au cours du tournage. Une découverte très intéressante et un film bien plus plaisant qu'en salle si on le regarde sur un équipement adapté.


  publicité  

  publicité