Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
Le Livre d'Or :.
Ecrire un message
Pseudo : *
@-mail :
Adresse de votre site :
Ville/Pays : /
Age : ans
Message : *
Légende des smileys
 > 
Si vous ne pouvez pas lire le code de confirmation visuelle, voici un indice : il s'agit du prénom de l'héroïne d'A la Croisée des Mondes.

La petite asterisque (*) signale les champs obligatoires.
Messages
Raphaël Zacharie de Izarra
- Le nain crapuleux -

Dans ma cave vit un drôle de personnage. Sorti des murs, vivant dans les ténèbres, nourri de haine, assoiffé de misère, un nain crapuleux hante ma demeure. Méchant, pervers, sadique, l'intrus ne cesse de me harceler. La nuit il ricane au fond de la cave, le jour il hurle, crache, mord, insulte quand je descends prendre une bouteille ou du charbon. Heureusement il ne sort jamais de son trou.

Parfois, excédé par ses cris, médisances et saletés, je descends lui administrer une correction, un fer rouge à la main. C'est que le nain crapuleux est un vrai diable. Une créature étrange et maléfique, un petit monstre insaisissable, un cafard increvable, un rat des enfers, un fantôme de chair et de sang... Avec ses petits os de canard boiteux, ses sarcasmes sans fin, sa voix nasillarde, le nain crapuleux se loge partout, se cache dans les moindres recoins, se fond avec tout décor et me saute dessus, infatigable, irascible, moqueur.

Il m'arrive de descendre en pleine nuit, un sceau d'eau bouillante à la main. Un cadeau nocturne pour le nain crapuleux... Au matin, j'entends ses insultes qui redoublent. Satisfait de ma vengeance, je le laisse hurler. Dans ses pires moments il lui arrive de monter l'escalier de la cave pour m'insulter à travers la porte entr'ouverte. Il faut que je fasse attention à ce qu'aucun visiteur ne le voie. Ce nain est un furoncle dans ma maison. Cantonné à la cave et ses plus proches abords, le nain crapuleux ne me pose pas trop de problème avec l'entourage. C'est juste qu'il m'importune lorsque j'ai besoin de descendre chercher du bois, une bonne bouteille, des patates ou un sceau de charbon. Mais armé de mon fer rouge, ne ne le crains plus tant que ça avec ses sempiternelles vociférations de diablotin... J'ai appris à éviter ses morsures, à faire un vif écart quand il me saute dessus.

Pour les cris stridents j'ai finalement résolu le problème en insonorisant la porte de ma cave. Depuis j'ai appris à vivre avec cet inquiétant énergumène habitant le sous-sol de ma maison, sans explication aucune, venu là je ne sais comment ni pour quelle raison. Et impossible à chasser. Mais après tout, il n'est pas si terrible que ça, tant qu'il reste à l'ombre en compagnie des araignées et des rats.

Je sais, cela peut paraître extravagant mais c'est ainsi : j'ai un nain crapuleux dans ma cave.

Raphaël Zacharie de Izarra

+++++++

- Petites terreurs du dimanche -

Je pénètre dans la cour de la maison abandonnée. Tout est triste et serein. Comme un animal crevé, la demeure a desséché : toit de chaume troué, murs fissurés, installations électriques rouillées, portes béantes. Un lieu coupé du monde. Au milieu de la cour, éventrés, des vieux matelas fangeux dégageant une odeur âcre. Le soleil d'été ajoute de la mélancolie aux lieux, une atmosphère paisible.

Soudain, une sonnerie de téléphone !

Je pousse la porte de la pièce d'où émane l'alarme stridente. Au milieu de la pièce, gisant par terre, un vieux modèle de téléphone, le fil coupé. L'appareil sonne tout seul. Je décroche :

- "Al.. Allô ?" balbutié-je, interloqué...

Dans l'écouteur, une voix suraiguë, excitée, sardonique me répond :

- "Allô, bonjour Raphaël ! Alors comment tu la trouves la maison des six-vents ?"

Je lâche aussitôt l'écouteur et m'enfuis, épouvanté ! Mais la porte un instant plus tôt éventrée, ouverte aux vents et aux visiteurs s'est transformée en un épais couvercle de cercueil qui me barre la route. La poignée est en or. Qui plus est finement ouvragée... Peu importe ! Impossible de sortir. Un feu s'allume spontanément dans la cheminée. Dans la flamme un visage se forme, insoutenable. Ses yeux me fixent, et le sourire qu'il m'adresse est indicible. Je détourne le regard. La flamme à présent ricane d'une voix sonore. Sur l'étagère de la cheminée, un bébé pleure : en fait c'est une vieille poupée démembrée qui geint. Ou qui rit aux éclats, comment savoir ? M'adressant à tous les fantômes qui m'entourent :

- "Que me veux-tu poupée du Diable ? Et toi tête infernale, cesse tes ricanements imbéciles, détourne ton regard atroce !"

Et voilà que le téléphone me répond... La sonnerie reprend, plus terrible que jamais. L'appareil fait résonner la pièce de ses clameurs perçantes. S'y ajoutent des rires, des hurlements, des éclats de toutes sortes émanant des murs, de la cheminée, des fenêtres closes. Et le visage dans le feu qui fait des grimaces monstrueuses... Il fait sombre dans la pièce, mais bientôt le feu jette des lueurs horribles sur les murs décrépits. Le visage étrange et pervers se projette sur le couvercle du cercueil qui fait face à la cheminée. La poupée démembrée tourne la tête vers moi, et de sa voix ridicule et effrayante :

- "Raphaël, je te propose une partie d'échec ! Le perdant sortira d'ici libre, le gagnant se retrouvera dans la cave de cette demeure... Si tu me libères de cette maison, c'est toi qui sera à ma place sur la cheminée, et moi, moi je courrai les vents dans les champs, les champs, champs, champs-champs... Et tu vois le feu, le feu des vents de la radio qui met en pleurs tes angoisses, et de la chaise montante qui descend et roule-roule ses roulettes enrayées aux fleuves amers et les mers des mêmes mémés mortes à même d'émettre mes mètres aux maîtres d'acier..."

Je mets fin aux propos incohérents de la poupée en la fracassant contre le mur. Sa tête éclate dans un bruit spongieux. Du "sang de poupée" éclabousse la paroi moisie. Une idée me vient : avec le doigt, fébrile, j'écris en rouge sur le couvercle du cercueil qui me barre toujours le passage : OMAR, OUVRE TOI !

En un instant je suis dehors, en plein soleil. Silence total. Pas un bruit. Le couvercle du cercueil a disparu. Tout est redevenu comme si rien ne s'était passé. Je repars comme je suis entré : à pas feutrés. Comme si rien ne s'était passé, décidément...

Derrière moi la maison abandonnée gît sous le soleil d'été, muette, paisible, presque anodine. Je me retourne : vraiment, rien ne semble s'être passé sous ce toit effondré aux murs lézardés. Mais je n'ai pas rêvé. Les fous et les romantiques croiront s'ils le veulent à mon histoire, les autres riront, mais pour ma part je préfère encore ne plus y songer et laisse à qui voudra le résoudre le mystère de la maison abandonnée.

Raphaël Zacharie de Izarra

le mardi 31 août 2004 (09:44:37)

Teuse (je m'appelle Teuse)
la police s'appelle mason alternate

le mercredi 18 août 2004 (23:31:49)

Yann Dìnendal
J'aimrais savoir où vous avez trouvé la police d'écriture d'À la croisée des mondes! Je l'ai cherchée partout, mais je ne l'ai pas trouvée !
Sinon, je trouve ce site génial ! Bravo !

le mercredi 18 août 2004 (00:32:04)

Lyra d'Or
Je suis allée voir les acteurs du film et je verais bien Rachel Hurd-Wood en Lyra.
Sinon,je trouve que ce site est GENIAL!
Merci aux créateurs!!


le dimanche 15 août 2004 (18:31:57)

Wilwarin
Ca faisait un certain temps que je n'avais pas parcouru ce site et c'était bien dommage car il est tout simplement très bien fait. Je ne suis pas aussi "à fond" que la plupart d'entre vous en ce qui concerne l'univers de Pullman, même si j'apprécie à la croisée des mondes, mais je n'ai aucun doute sur le fait que ce site lui rend hommage on ne peut mieux. Les infos sont très intéressantes et on voit bien le webmaster se donne vraiment beaucoup de mal pour mettre au point un site de qualité.
Bon courage pour la suite et bonne continuation Nef !

le jeudi 12 août 2004 (14:13:02)

ailes gracieuses
ce site c'est trop géant mais j'ai un petit problème voyez-vous il veut que je me connecte, merci de m'aider

le mardi 10 août 2004 (11:17:48)

Irbis
Hola!!!!
Bueno lo primero soy española y espero que alguien de aqui me entienda porque iba a escribir en frances pero no lo controlo y me da algo de verguenza.
Pero es que me gusta tanto la materia oscura y esta pagina esta genial!!no he podido evitar escribir.
Bueno por si alguien quiere hablar aqui os dejo mi msn:maria19900@hotmail.com
Y si a alguien no le importa leer mi fatidico frances soy capaz de intentar hablarlo...
Chao

le samedi 31 juillet 2004 (17:47:55)

Leïan
bonjour!
très chouette site pour les pauvres qui essayent de se depatouiller avec les sites anglais! Très chouette aussi de mettre des traduction, ect a disposition de tout le monde. Cependant, j'ai remarqué que le site ne parle pas de "the tin princess" dans lequel P.P. parle d'adelaide, la petite fille de la malediction du rubis. Je ne sais pas si il existe une traduction... fin voila! sinon, vive pullman et sa Poussière! bizz a tous

le vendredi 30 juillet 2004 (14:43:00)

  Précédent 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - Suivant

  publicité  

  publicité