Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
Le Livre d'Or :.
Ecrire un message
Pseudo : *
@-mail :
Adresse de votre site :
Ville/Pays : /
Age : ans
Message : *
Légende des smileys
 > 
Si vous ne pouvez pas lire le code de confirmation visuelle, voici un indice : serviteur de dieu, avec ailes et auréole.

La petite asterisque (*) signale les champs obligatoires.
Messages
Métatron
Ce site est vraiment super, bravo!!!

le dimanche 21 novembre 2004 (12:05:04)

lyra
Salut à tous, je voulais juste rendre hommage à un des plus grands écrivains de son époque, Philip Pullman. C'est vraiment un grand homme.

le lundi 01 novembre 2004 (13:06:22)

will
:b:d c'est super cool ce site !

le vendredi 29 octobre 2004 (19:39:28)

Clara
Ce site est génial! Les graphismes sont très bien faits et on a pleins d'infos sur ALCDM et Sally Lockhart.
C'est bien aussi qu'on puisse donner notre avis sur les livres.

le dimanche 24 octobre 2004 (11:34:44)

Raphaël Zacharie de Izarra
- Réponse au directeur de mon agence ANPE -

L'ANPE de ma ville m'a demandé de me justifier au sujet de mon silence administratif. Avec sincérité j'ai répondu en ces termes dans la lettre suivante. Puisse-t-elle faire des disciples :

Monsieur,

Je ne me présentai effectivement pas à l’ANPE rue Notre Dame tandis que votre administration m’invita à le faire avant le 15 octobre 2004 afin de rencontrer un conseiller dans le but de «construire mon projet d’action personnalisé».

Des circonstances supérieures dictent les actes principaux de ma vie, y compris le fait de ne pas me présenter à vos services. Une folie passagère me poussa à m’inscrire à l’ANPE, alors que fondamentalement j’aspire à vivre selon d’autres normes que celles qu’imposent les (fausses) nécessités de ce monde sous l’emprise de forces prosaïques. Mon inscription à l’ANPE fut un acte de profonde hérésie dont je me repens. Par ce geste inconsidéré je me suis dérobé aux muses, j’ai failli à la Poésie, je me suis menti à moi-même.

Je ne souhaite nullement nuire aux ministères de ce monde ni les railler stérilement, encore moins bénéficier indûment de leurs largesses : le difficile apprentissage de la pitié m’interdit de succomber à ces bassesses. A bientôt 39 ans je n‘ai plus la volonté de mentir aux agents de l’administration ni de les mépriser ou de profiter de leurs services mais celle de leur enseigner un autre credo, de les élever à ma hauteur avec charité, de leur désigner des sommets plus essentiels que ceux qu’ils s’efforcent de me faire gravir.

Mon inscription à l’ANPE est le fait d’influences extérieures regrettables tenant pour vrais certains dogmes administratifs. Pressions néfastes (émanant d’âmes honnêtes soucieuses de mon avenir terrestre mais parfaitement hermétiques à la cause poétique) que je n’ai pas eu le cœur de contrer, par faiblesse, par lâcheté peut-être.

Toutefois je ne suis pas un réfractaire fanatique aux considérations professionnelles et intérêts économiques (j’excuse les profanes), et consens à venir m’humilier dans votre agence à la recherche d’un emploi à temps partiel afin d’éprouver rigueurs et douceurs, misères et gloires du salarié. Du moins me laisser illusionner par les affres dorées qui font le quotidien de mes semblables éblouis par leurs chaînes. A l’image du Christ qui accepta de se laisser tenter par le Mal pour mieux le vaincre. J’aimerais avant de rejeter avec fruit cette existence vulgaire, insane, impie (je n’ai travaillé que deux mois de toute ma vie) pouvoir l’expérimenter encore, descendre dans ses profondeurs vides. Sans fat héroïsme, avec lucidité. Entrer dans la réalité la plus triviale pour la mieux fuir, me rapprocher davantage des étoiles.

Ceci dans le dessein de convaincre mes détracteurs de ma bonne foi. Un feu de longue portée brûle en moi. Le Bien, la Beauté, l’Amour, la Poésie habitent mon âme.

Avec l’espoir que mes raisons vous auront convaincu, je vous prie de croire, Monsieur, à ma parfaite considération.

Raphaël Zacharie de Izarra

le jeudi 21 octobre 2004 (17:12:08)

Yann Dìnendal
Votre site est le meilleur site français consacré à la trilogie de Pullmann À la Croisée des Mondes. Je fais moi aussi un site sur À la Croisée des Mondes (et Harry Potter et le Seigneur des Anneaux), et je sais que c'est dur ! En tout cas, le graphisme de votre site est irréprochable !

le vendredi 08 octobre 2004 (23:16:21)

Natoune Eowyn Parle-d'or
J'aimerais savoir la date précise de Lyra et les oiseaux et de Sally Lockhart 4 . Je serais très reconnaissante à celui ou celle qui me répondra . Merci d'avance !

le vendredi 08 octobre 2004 (10:48:12)

Raphaël Zacharie de Izarra
- Un honnête homme -

Je suis un grand homme. J'aime me mesurer à mes ennemis, me vanter de mes exploits, vivre en harmonie avec mes convictions. J'ai fait la guerre, traversé les années, défié les jours qui passent. J'ai perdu des batailles avec panache, achevé mes adversaires tombés à terre sans hésitation, me suis ennuyé à attendre que le temps passe. Et suis toujours debout.

Enfin je veux dire assis.

La guerre a fait de moi un homme. J'ai frappé par derrière avec efficacité, égorgé les blessés sans retenue, massacré les plus faibles. Magnanime, âme de valeur, j'ai cependant laissé la vie aux plus forts. J'ai eu faim en ces temps martiaux : alors j'ai mangé sans compter. Mes camarades d'infortune moins futés que moi sont crevés de faim. Quels sots ! Ma subsistance de guerre était là, à bout de fusil. Il me fallait juste demander. Mes camarades de combat ont été gentils avec moi. Aucun n'a refusé sa ration à l'honnête homme qui voulait rester en vie. Et puis je les ai bien payé : deux balles chacun.

De fait j'ai surtout souffert d'indigestions. Mon plus fameux fait d'arme a fait de moi une légende vive, au moins à mes yeux. Devant le danger je n'ai écouté que mon courage : j'ai fui.

A toutes jambes et sans regret. Ce qui ne fut pas le cas pour les plus lâches, prétextant blessures ou arrêt du coeur. Mauvais patriotes qui se font porter pâle pour cause de balle perdue ou reçue, ou je ne sais quelle jolie excuse ! Moi je me suis senti un héros. Tant qu'on ne m'avait pas encore tué. Finalement j'ai gagné la guerre à force de patience.

Non sans mal toutefois : rations doubles et ruses de sioux m'ont permis de tenir dans ma cachette. Ma tactique : le "chacun pour soi".

Après la guerre, j'ai demandé une décoration. Pas en montrant mes blessures, mais mes écus. Elle m'a été accordée moyennant bonnes finances. Avec ma médaille chèrement payée de ma personne j'ai bénéficié d'un droit d'autorité inné sur les pauvres, les petits, les pas méchants. Profitant de ma situation, j'ai flatté mes ennemis, écrasé mes amis, me suis enrichi bravement à la force de mes poings.

J'ai pu passer ma vie à manger, dormir, rire sans me soucier de devoir pleurer sur le sort des autres. Tout un art. D'ailleurs je ne pleure que sur moi-même. J'ai même pu choisir mes amis en les achetant. L'argent permet tout.

Je suis béat, heureux, satisfait, content, rassasié, repus, gavé, fourbu, rompu, brisé, crevé...

Et pour tout dire, ecoeuré de moi-même.

Raphaël Zacharie de Izarra

le jeudi 30 septembre 2004 (22:44:24)

  Précédent 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - Suivant

  publicité  

  publicité