Ingrédients pour un triomphe théâtral
11 mars 2009, par Terry Grimley
Le succès a pris Philip Pullman par surprise" />
Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
Ingrédients pour un triomphe théâtral :.
Mercredi 11 Mars 2009 - 21:37:47 par Haku - Détails - article lu 630 fois - - -

Ingrédients pour un triomphe théâtral



11 mars 2009, par Terry Grimley

Le succès a pris Philip Pullman par surprise, a expliqué ce dernier à Terry Grimley.


Non content d’être un auteur à succès de littérature jeunesse, Philip Pullman a offert au National Theatre l’un de ses plus grands succès des dernières années, avec l’adaptation de sa trilogie, A la Croisée des Mondes, il y a six ans de cela.


Désormais, la dramaturgie de Nicholas Wright s’apprête à connaître sa première renaissance par une troupe professionnelle au Birmingham Rep et Pullman s’y est récemment rendu pour assister aux répétitions. Je l’ai donc interrogé durant une pause, afin de savoir s’il se sentait désormais homme de théâtre.


“C’est le cas et c’est un plaisir d’être homme de théâtre à temps partiel, car j’aime la salle de répétitions, où l’on trouve ce qui va et ne va pas, explique-t-il. C’est un processus tellement vivant, ce n’est pas comme lorsque vous écrivez un livre et que vous êtes totalement seul, et ce n’est pas non plus comme faire un film où il s’agit d’un processus industriel. C’est quelque chose de vivant, et vous savez que ça vivra tout au long des représentations et évoluera. Ce qu’il y a aussi de particulier, c’est le public. C’est un aspect capital de ma chose, et les publics sont très variables”.


A la Croisée des Mondes n’était pas sa première expérience dans le monde du théatre, puisqu’il a déjà écrit un certain nombre de pièces pour le Polka Theatre. “C’est un petit théâtre mais par essence, le processus est le même. Vous avez une histoire, des personnages, et vous essayez de raconter une histoire aussi bien que vous le pouvez. Le National Theatre était à une échelle terriblement différente. Je n’ai pas vu celle-ci depuis le début des répétitions mais il est toujours intéressant de voir un acteur différent dans la peau des personnages. Je me demandais justement combien de fois l’histoire a été jouée. Il y a eu un audiobook où je me chargeais de la narration tandis qu’une distribution d’excellents acteurs tenait les différents rôles, il y a eu l’adaptation à la radio de la Radio 4, deux séries de représentations au National Theatre ainsi que le film, La Boussole d’Or. Voici une nouvelle reprise!”


Les trois romans composant la trilogie A la Croisée des MondesLes Royaumes du Nord, La Tour des Anges, Le Miroir d’Ambre – ont été publiés entre 1995 et 2000. Aventures de fantasy de large portée géographique et philosophique, ces titres ont été comparés aux oeuvres de Tolkien et C S Lewis mais pour Pullman, il s’agissait de sa première incursion dans un tel registre.


“J’essayais d’écrire un roman réaliste, mais il y avait quelque chose que je ne savais pas, et que j’ai inventé. Je savais que je voulais écrire une histoire dans un monde de glaces, à propos du Nord et de ses éléments qui sont à couper le souffle, explique-t-il. Ma référence pour ce faire était le Paradis Perdu, que moi-même et mon éditeur avions étudié pour notre bac. Nous avons déjeuné ensemble en 1993 tout en en récitant des extraits, se stimulant l’un l’autre au point qu’il m’offre un contrat que j’ai accepté sur l’instant. J’aimais ça : je me sentais parfaitement chez moi dans ce monde que je créais. Quand vous faites quelque chose comme cela, c’est très simple de vous retrouver hors de votre schéma narratif car il suffit d’introduire un nouveau personnage et penser ‘je m’occuperai des autre questions plus tard’.”


Il insiste sur le fait que l’extraordinaire succès de sa trilogie, contant les aventures de sa jeune héroïne Lyra, originaire d’Oxford, dans les terres glacées du Nord et dans des mondes parallèles, l’a pris complètement par surprise.


“Je ne m’attendais pas à tant de réactions. Je pense que la raison pour laquelle ça a été publié partout dans le monde – en plus de 40 langues – est que les enfants veulent affronter les difficultés de cette longue histoire compliquée, car ils savent que c’est aussi ce que Lyra souhaite; les adultes l’ont aussi lu car eux aussi ont été enfants. L’histoire parle de la différence entre les enfants et les adultes et nous nous en souvenons tous et savons que c’est une importante étape par laquelle on passe.”


Il y a eu une controverse au sujet du succès de Pullman car il considère un monde contrôlé par l’Eglise Catholique, présentée sous un mauvais jour. Ceci a causé des heurts de la part de cercles évangélistes qui ont mené un boycott efficace de La Boussole d’Or aux Etats-Unis.


“Ce n’était pas une surprise, mais c’est toujours assez décevant que certaines personnes y voient un danger pour les enfants, si bien que les livres sont ôtés des librairies, des écoles, etc. Ces personnes n’apprennent jamais – ça ne fait qu’augmenter le nombre de personnes qui lisent les livres” déclare-t-il.


“Je ne pense pas que le National se soit trop engagé dans le mouvement, mais j’ai eu quelques Chrétiens qui ont voulu faire interdire la trilogie. La race humaine est prompte à ces obsessions. Au début des années 1960s, nous avions Lord Chamberlain qui pouvait intervenir, mais je suppose que la différence est qu’à cette époque ce n’était pas un outrage à Dieu. C’est un débat difficile à gérer. Vous ne pouvez pas discuter avec les gens qui font intervenir Dieu dans les débats. Je pense que les Chrétiens ont peut-être appris des Musulmans que c’est une bonne technique rhétorique car elle clôt les discussions.”


Certains commentateurs ont vu A la Croisée des Mondes comme une riposte à la doctrine chrétienne sous-jacente aux livres de la série du Monde de Narnia, que Pullman décrit comme racistes et misogynes.


“La discussion qu’a la trilogie sur la religion n’est pas tant de savoir si c’est vrai – c'est la position de Richard Dawkins, bien sûr, menant en retour à des déclarations que c’est faux. Ma position est légèrement différente. Le souci avec la religion survient quand elle arrive en position de pouvoir. En Europe Occidentale, l’Eglise Catholique a tenu un immense pouvoir, et dans d’autres parties du monde, on eut voir d’autres religions avec ce genre de pouvoir. C’est là que c’est dangereux. Dieu dit que si dormez avec un autre homme, vous passerez l’éternité en Enfer. C’est là qu’est le problème pour moi. L’Eglise d’Angleterre n’a en tant que tel pas de pouvoir, mais de nouveau elle sent qu’elle a de la force et les gens un peu trop zélés causent beaucoup de soucis à l’Archevêque. Ils aimeraient bien avoir le pouvoir”.


Là où par contre les lobbyistes semblent avoir fait du tort à Pullman, c’est dans leur campagne de boycott de La Boussole d’Or. Cela rend très improbable le fait de voir Hollywood tourner le reste de la trilogie.


“Car les Américains prennent ce genre de choses très au sérieux, un grand nombre de gens ont boycotté le films aux Etats-Unis, explique Pullman. Ca a marché honnêtement mais ça n’a pas rapporté une fortune. Si le studio avait pu garder toute l’argent que ce film a rapporté, ils auraient sûrement fait un autre film, mais ce n’a pas été le cas et l’argent se fait rare désormais”.


* His Dark Materials Part 1 – representations au Birmingham Rep à compter de vendredi, Part 2 à compter du 19 mars. Les deux parties jusqu’au 18 avril. (Réservation: +41 (0)121 236 4455).

Détails
Mercredi 11 Mars 2009 - 21:37:47
Haku
Source : Birmingham Post
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  publicité  

  publicité