Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
Une expérience de figurant :.
Mardi 13 Février 2007 - 19:45:00 par Haku - Détails - article lu 8940 fois - - -

Une expérience de figurant

Jamie Sutherland
Bridge To The Stars

Ce qui suit est mon impression sur ce qu’a été d’être un figurant sur le plateau des ‘Royaumes du Nord’. Je n’ai rien écrit qui ne puisse être trouvé ailleurs sur Internet, et autant que je sache, je n’ai pas divulgué la moindre information pour laquelle il m’a été demandé de garder confidentielle. Si toutefois tel est le cas, je m’excuse par avance et demande au modérateur du site de retirer les informations significatives aussitôt que possible. Je n’ai pas écrit ceci pour rapporter de l’argent ou à des fins autos promotionnelles, je l’ai fait pour combler l’appétit des nombreux fans des livres qui sont avides de la moindre petite information concernant les films à venir. Ne soyez pas trop excités, cependant, dans la mesure où il n’y a ici rien à apprendre sur les films, il s’agit juste de mes propres réflexions tortueuses dans un long et interminable article. Cependant, j’espère que certains trouveront au final mon expérience intéressante.






A partir du moment où j’ai fini de lire la trilogie A la Croisée des Mondes, il est devenu de mon devoir de m’impliquer d’une façon ou d’une autre dans les films. Vous savez, ces livres m’ont touché, m’ont transporté et m’ont inspiré plus que tout ce que j’avais lu jusqu’alors. Sans la moindre exagération, l’histoire a eu plus d’impact sur ma propre philosophie, morale, et croyance que n’importe quel autre média a pu le faire jusqu’alors. En fait, contrairement à certains qui ont pris un certain temps à apprécier ces livres, j’en suis presque immédiatement tombé amoureux.


Et ainsi a commencé ma mission. En tant qu’acteur, les temps étaient (et sont toujours) durs. Les gens qui ne sont pas impliqué dans cette industrie ne peuvent pas même commencer à imaginer les difficultés auxquelles font constamment face les aspirants au métier acteur. Certes, il y en a un certain nombre de ceux-là, rares, qui ont la stabilité financière suffisante pour se permettre d’enchaîner les auditions chaque semaine, confiants puisque sachant que s’ils ne sont pas engagés, il y aura toujours une audition suivante. Mais lorsque vous avez besoin de travailler pour gagner votre vie entre-temps, chacune de vos auditions devient définitivement importante, parce que vous savez que vous ne pouvez pas vous permettre de vous réserver sans fin des créneaux pour des auditions. Et obtenir une première audition est encore plus difficile. Et plus particulièrement quand il s’agit d’une audition pour un film à gros budget hollywoodien !


Je suis sûr que Lucy Bevan et Fiona Weir ont probablement reçu mon CV et mon portrait au moins cinq fois par la poste, de ma part et de celle de mon agent. J’ai même fait un tel tapage qu’un agent que je connaissais à peine a fini par frapper à la porte du casting en me cherchant. Peut-être était-ce considéré comme trop enthousiaste ! Peut-être qu’elles recherchaient des gens avec plus d’expérience à l’écran. Peut-être n’aimaient-elles tout simplement pas ma tête ! Qui sait ? Tout ce que je sais est qu’elles n’étaient pas intéressées.


Bien qu’ayant précédemment fait le voeu à mon agent de ne jamais faire de travail de figurant, cela semblait la bonne chose à faire à ce moment là. Les figurants sont considérés comme une entité complètement différente de celle des acteurs, et dans de nombreux cercles, cela est même déconseillé pour ceux qui veulent se faire un nom dans le milieu. J’étais prêt à faire une exception à la règle malgré tout. Du fait des circonstances – les efforts que j’avais fait pour être impliqué dans le film et le point auquel j’adorais les livres – il était hors de question que je laisse passer la chance d’être ‘juste’ un figurant.


Le plus drôle est que très peu des autres figurants avaient déjà lu les livres, si bien que lorsque on a fait les premiers essais de costume et que nous avons eu un premier aperçu du monde de Lyra, personne d’autre n’a bronché (alors que j’en mouillais presque mon pantalon d’excitation).


Une fois que les costumes étaient adaptés, nous étions bons pour passer au département de coiffure et de maquillage. Ayant précédemment appris que j’allais jouer un étudiant d’Oxford, malgré l’ambition bien plus attrayante d’être un Gitan, j’ai bientôt appris qu’il me fallait également une coupe de cheveux. Les acteurs sont en général sommés de garder leur style de coiffure aussi proche que possible de celui qu’ils ont sur leurs portraits, et comme mon habituelle coiffure pour les auditions venaient de publicités dans le vent pour Coca-Cola ou des marques pour les jeunes du même genre, la combinaison pas très à la mode de cheveux courts sur les tempes et l’arrière de la tête avec une… hem… bon… tout simplement horrible raie, ne semblait pas particulièrement être une idée très judicieuse à mettre au crédit de ma carrière. Mais je me suis justifié ceci comme étant une aide toute dédiée à l’aide de mon art, cependant. Après tout, j’avais fait bien pire pour pouvoir jouer auparavant.
b
Quelques jours plus tard, j’étais dans un bed & breakfast de Greenwich, me levant à quatre heures et demie du matin. La vérité était que j’allais autant dépenser d’argent pour mes frais de logement et de voyage que ce que j’allais gagner pour les deux jours, mais je ne le faisais pas pour l’argent, je le faisais pour l’expérience, une expérience qui resterait avec moi pour toujours et qui existerait sur le DVD du produit fini (que je pourrais certainement mettre en pause et zoomer lorsque je serais en arrière-plan).


En tant que figurant nous étions plutôt bien traités ; "vraiment bien" selon les témoignages de quelques collègues figurants. Nous étions nourris, avec de consistants repas servis régulièrement et on nous parlait et traitait comme des adultes la plupart du temps, quand bien même la plupart des figurants n’avaient pas plus de seize ans. Ceci étant dit, c’était un monde absolument différent de celui d’un acteur renommé; on vous balade comme du bétail on vous parle en tant que groupe collectif et non pas comme simple individu. Ce n’est pas une critique ou une revendication, il n’y a pas d’autre moyen de s’y prendre, c’est juste une observation qui me vient à l’esprit et qui ne fait qu’augmenter la différence entre le fait d’être acteur et d’être figurant.


Pour la scène dans laquelle je devais apparaître, le tournage se faisait au Old Royal Naval College de Greenwich, avec des lieux représentant le réfectoire de Jordan College dans l’Oxford de Lyra. Le plateau lui-même était extravagant et gigantesque, et chaque recoin aussi magnifique (si ce n’est plus) que ce que je m’imaginais être Jordan College. Il m’a rappelé par certains points le réfectoire des films de Harry Potter, en fait.


Quand je suis entré pour la première fois dans le réfectoire, je dois reconnaître que j’ai été parcouru par un frisson dans le dos. Je me tenais dans le monde que j’avais imaginé et aimé. Pour moi c’était une belle réalisation, et je me suis senti en dehors du monde, tout en étant dans le monde réel. Je me tenais dans une chambre avec presque pas de disproportions ou de trucs étranges. Je trouve que c’est une remarquable prouesse. J’étais vite ramené à la réalité cependant, lorsque je tombais sur un ami que j’avais rencontré pendant le tournage d‘une publicité en Espagne. Il était là en tant qu’assistant technique, ou quelque chose du genre, sur ce projet. J’ai trouvé ça vraiment étrange sachant qu’il était Espagnol et qu’il n’avait fait que fort peu de choses en dehors d’Espagne jusqu’alors. Le monde est petit !!


Moi-même et mes amis temporaires avions à nous asseoir le long de longues tables qui peuvent être vues en arrière-plan du cliché de Nicole Kidman sur le site officiel. On nous a servi des plats frais pour chaque prise, et on nous a demandé de discuter avec nos camarades étudiants d’Oxford. Mon opinion était que même nos conversations (bien qu’inaudibles sans le moindre doute dans le film une fois fini) auraient du être du genre de celles que les vrais étudiants d’Oxford ont – comme le dit toujours mon frère, "c’est le petit détail qui fait la différence entre médiocrité et magnificence". Tout le monde ne partage pas ce sentiment, cependant, si bien que la plupart du temps j’ai eu à discuter avec les autres des résultats de football de la veille (j’espère que ceci ne détruira pas la magie de l’histoire lorsque vous verrez ceci en sachant cela).


La Mrs Coulter de Nicole Kidman semble jusqu’au bout des doigts l’étonnant personnage glamour que vous pouvez imaginer en lisant les livres, et il n’en fallait pas beaucoup pour paraître sidérés et s’oubliant, lorsque nous la regardions se pavaner dans l’allée centrale avec tant d’élégance et de calme. A mon goût, elle est parfaite pour le rôle.


J’ai également été impressionné par le professionnalisme de toute l’équipe impliquée et l’attitude perfectionniste qu’ils avaient tous, allant même jusqu’à s’assurer que nos cravates étaient nouées de la même façon que dans les plans précédents (bien que la probabilité d’être vus en arrière-plan était relativement faible.).
En fait, toute l’équipe technique et les acteurs, y compris les autres figurants avec lesquels je travaillais, étaient amicaux et sympathiques. Chris Weitz et Nicole Kidman ont même pris le temps de remercier les quelques figurants qui traînaient autour du plateau quelques minutes de plus que nécessaire, et j’ai été profondément touché par l’attention dont ils ont fait part, alors qu’ils étaient, de façon évidente, débordés de travail.


Avant que je ne quitte le plateau et que je dise au revoir aux amis que je m’étais faits, j’ai fait un dernier effort. J’ai écrit l’adresse de mon site sur un bout de papier et l’ai donné au directeur de la troupe qui s’était occupé des figurants. Il a été très poli, mais j’ai eu l’impression que je n’en tirerais rien; bien que ceci étant dit, il ne m’a donné ou laisser voir aucun faux espoir non plus. Après tout, ils doivent faire face à ce genre de choses assez régulièrement. Au moins, j’avais essayé, et je pouvais rentrer chez moi sans regret.


Je crois vraiment que ce film a vraiment le potentiel pour rendre quelque chose. L’amour du produit de base et l’attention portée au moindre détail étaient évidents de la part de toute l’équipe. J’espère juste que les figurants étaient des personnes à véritable vocation d’acteur, et non pas des personnes prises au hasard qui ne seraient pas spécialement intéressées par les films ou par le fait de jouer.


Après tout... "C’est le petit détail qui fait la différence entre médiocrité et magnificence."


Jamie Sutherland

     Discutez-en sur le forum :)   Discutez-en sur le forum :)     
Détails
Mardi 13 Février 2007 - 19:45:00
Haku
Source : Bridge To The Stars
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  publicité  

  publicité