Un travail prenant
Philip Pullman a passé son enfance sous l’emprise de la distribution des hebdomadaires Eagle, Wiza" />
Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueil Forum Encyclopaedia Tchat F.A.Q Meeting menu Flux RSS menu
 
Un travail prenant :.
Lundi 26 Mai 2008 - 19:08:52 par Haku - Détails - article lu 928 fois - - -

Un travail prenant




Philip Pullman a passé son enfance sous l’emprise de la distribution des hebdomadaires Eagle, Wizard et Beano. Maintenant il dévoile sa propre bande dessinée hebdomadaire, Les Aventures de John Blake. Pour voir le premier épisode, cliquez ici.



Samedi 24 Mai 2008



The Guardian
La bande dessinée a toute la clarté immédiate du cinéma, et tous les avantages particuliers du livre. La bande dessinée peut tout faire, il me semble, et son histoire est autant riche que récente : elle couvre 100 ans tout au plus. La bande dessinée a à peine débuté.



J’ai longtemps joué avec l’idée d’écrire une histoire sous forme de BD, mais je n’avais pas commencé sérieusement avant que mon éditeur ait créé The DFC, un nouvel hebdomadaire de BD, et m’ait trouvé un artiste avec lequel travailler. Je ne sais dessiner que des choses qui restent immobiles, et les bandes dessinées sont pleines de mouvements, donc mon histoire devait être réalisée en collaboration. C’est aussi une bonne chose : je ne pouvais pas dessiner les scènes. J’ai demandé à John Aggs de dessiner, et l’histoire est d’autant mieux avec sa participation.



Les Aventures de John Blake est l’histoire d’un garçon sur un bateau qui navigue quelque part dans le Pacifique. C’est une histoire d’aventure, à la fois pleine et simple, mais ce n’est pas un bateau ordinaire, et il ne s’agit pas d’un garçon ordinaire. Pour la raconter, j’ai tiré tous mes souvenirs de Robert Louis Stevenson et de Joseph Conrad, ainsi que de livres avec des titres irrésistibles tels que les Inexplicables Mystères des Profondeurs.



Je voudrais pouvoir dire que j’ai aussi tiré de ma longue expérience d’apprenti marin, comme le temps où je m’accrochais aux gambes de la plus haute voile dans un ouragan, essayant désespérément de réduire le mât de beaupré, pendant que les autres marins actionnent la pompe pour vider les drisses du gaillard d’avant. Mais ça ne ce serait pas vrai à proprement parlé, et je raconte toujours la vérité.



Afin de coucher l’histoire sur papier, j’ai trouvé que la meilleure manière était de la penser comme un scénario. Je décris ce que nous devons voir, j’écris ce que les personnages disent et je laisse John faire le reste. Le véritable plaisir arrive quand vous réalisez que vous pouvez faire quelque chose dans une bande dessinée qui, en prose, devient très difficile : vous pouvez écrire en contrepoint. Un personnage peut dire une chose et en penser une autre, simultanément ; vous pouvez voir l’image d’une scène pendant qu’une légende continue à en raconter une autre.



Mais les principes de fabulation ne changent pas. Pour le succès polyvalent de la forme, une bande dessinée marchera uniquement si elle raconte une bonne histoire, en la relatant clairement. C’est la chose la plus importante.



© Philip Pullman, 2008



• Les Aventures de John Blake paraîtront mensuellement dans le nouvel hebdomadaire de bande dessinées, The DFC, qui offre aux premiers abonnés un essai gratuit de quatre numéros. Pour vous inscrire, rendez-vous sur thedfc.co.uk ou appelez le 0844 848 8840.


Traduction par Soldat Bleu pour Cittàgazze

Détails
Lundi 26 Mai 2008 - 19:08:52
Haku
Source : The Guardian
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  publicité  

  publicité