La bonne écriture fera revenir les lecteurs, dit l’écrivain
26 janvier 2008, par Abbie Wightwick, Western Mail
Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueil Forum Encyclopaedia Tchat F.A.Q Meeting menu Flux RSS menu
 
La bonne écriture fera revenir les lecteurs, dit l’écrivain :.
27 Janvier 2008 - 03:01:10 par Haku - Détails - article lu 1174 fois - - -

La bonne écriture fera revenir les lecteurs, dit l’écrivain



26 janvier 2008, par Abbie Wightwick, Western Mail


L’auteur Philip Pullman a conseillé hier aux auteurs de prendre leurs responsabilités pour contrer le déclin de la lecture. Ses commentaires sont intervenus en même temps que des rapports alertant du fait qu’un quart de la population n’avait pas lu de livre dans l’année écoulée et que l’on dit que les enfants lisent moins.


Dans une interview avec le Western Mail, l’auteur qui a été élevé dans le Nord du Pays de Galles et dont le roman Les Royaumes du Nord a été transposé dans un film nominé aux Oscars avec Nicole Kidman et Daniel Craig, a déclaré qu’il n’y avait rien de bon à blâmer le manque de lecture et de la concurrence des vidéos, de la télévision et des jeux vidéos. Des intrigues bien ficelées, des histoires bien écrites et de bons sujets sont la meilleure défense contre l’attention portée aux écrans, petits ou grands, a-t-il déclaré, bien que reconnaissant qu’on ne reviendra jamais à l’âge d’or de la lecture antérieur à l’arrivée du cinéma.


“Lire doit concourir avec bien des choses, dont les jeux vidéos” a-t-il dit. “La lecture doit se battre pour avoir sa place. Les auteurs ont une responsabilité d’écrire aussi bien qu’il le peuvent pour garder les lecteurs avec eux jusqu’à la fin du livre. Si vous faites ceci correctement, alors vous aurez une chance de maintenir les lecteurs dans leur habitude de lecture, et de les y encourager”.


“On oublie que ce n’est que depuis 140 ans que la lecture a été rendue universelle en Grande-Bretagne. L’acte d’éducation de 1870 requiert que chaque enfant aille à l’école et apprenne à lire. Avant cela, de nombreuses personnes étaient illettrées. En 1870, les gens sortaient de l’école à la recherche d’une occupation, et ils lisaient. Cela a duré 40 ans environ avant que n’apparaisse le cinéma. C’était plus simple de s’asseoir dans le noir et de manger du pop-corn plutôt que de lire. On ne reviendra pas à cette apogée de la lecture car il y a désormais beaucoup de média concurrents. Il faut trouver d’autres moyens pour faire venir les gens vers les livres. On peut raconter des histoires grâce à la télévision et aux scénarios. Si une histoire est bien construite, elle survivra à sa transformation d’un média à un autre. Notre responsabilité n’est en rien différente de celle que l’on avait. Ecrire un livre dans le but d’avoir des lecteurs n’est pas une manière pour écrire un livre. Ce qui conduit l’écrivain est la curiosité quant à ce qui va arriver, et c’est aussi pour cela que les gens lisent des livres”.


Pullman, fan de la série australienne Neighbours, a déclaré que les scripts de films et de télévision ne devaient pas être ignorés parmi les importants moyens de bien raconter une histoire. Il a déclaré qu’il aurait pu devenir scénariste lui-même s’il n’était pas devenu auteur.


Les propres livres de Pullman ont franchi le pas de la page à l’écran avec facilité. Billie Piper a joué dans l’adaptation télévisée grandement populaire de La Malédiction du Rubis à Noël dernier, et la version cinématographique des Royaumes du Nord a été nominée pour l’Oscar.


Pullman semble heureux mais légèrement embarrassé par cet immense succès populaire à l’écran et a dit qu’il ne se rendrait pas aux Oscars, même s’il avait aimé le film. Il espère que cet autre média permettra d’introduire les livres aux néophytes.


Quelle que soit l’alchimie impliquée pour garder des lecteurs, il est clair que Mr Pullman la possède. Quand il a commencé à être connu dans les années quatre-vingt et au début des années quatre-vingt dix, c’était juste au moment où les jeux vidéo commençaient à démarrer sérieusement, attirant les enfants loin des livres. Mais ils lisent toujours les siens.


Pullman a attribué son succès à son ancienne professeur Enid Jones. Aujourd’hui âgée de 87 ans, elle lui enseigna à Ysgol Ardudny, Harlech, pendant les années soixante, nourrissant l’amour envers Milton. Pullman a dit que ses talents et la liberté dont jouissaient les professeurs dans l’enseignement de la littérature avant les programmes nationaux avaient aidé à l’aiguiller sur le chemin de sa carrière littéraire auréolée de succès.


“Il m’a fallu quarante ans pour devenir un écrivain-né” il remarque. “Ecrire un livre, c’est appris et c’est de l’instinct. Quand on vous a raconté pendant un certain temps des histoires, vous savez comment construire le suspense et attirer l’attention.”


Détails
27 Janvier 2008 - 03:01:10
Haku
Source : Western Mail
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  publicité  

  publicité