Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
Interview exclusive avec Philip Pullman :.
Lundi 20 Juin 2016 - 23:15:38 par Haku - Détails - article lu 381 fois - - -

Interview exclusive avec Philip Pullman
20 juin 2016
Interview par JOEL MEADOWS

Une soif d’aventures
Philip Pullman est l’un des auteurs modernes Anglais les plus respectés dont la trilogie de fantasy A la Croisée des Mondes constitue une série de livres aux récompenses multiples. Il a gagné sa réputation pour la profondeur de ses œuvres et cette année le voit scénariser John Blake, une bande dessinée qui paraît dans l’anthologie jeunesse The Phoenix depuis le mois de mai et qui sera publiée l’an prochain sous forme d’album. Nous avons eu l’exclusivité de lui parler récemment au sujet de John Blake, de l’adaptation télévisée d’A la Croisée des Mondes et de l’écriture du roman compagnon à sa trilogie, The Book of Dust.




Quelles bandes dessinées appréciez-vous étant enfant ?
PHILIP PULLMAN: The Eagle, comme tout enfant de mon âge. The Beano, évidemment, et parfois The Dandy, que je n’ai jamais trouvé aussi bien. The Wizard, Hotspur, the Lion. Tout ce qui passait. Mais The Eagle est l’étalon à l’aune duquel je juge tout le reste.


Passer une partie de votre enfance en Australie vous a-t-il donné un regard extérieur sur les bandes dessinées britanniques ?
Oui, certainement, car c’est là-bas que j’ai vu pour la première fois Superman et Batman, que j’ai aimés avec passion dès que je les ai eus sous les yeux. En Australie il y avait en outre un journal qui publiait un petit strip étrange que j’aimais sans le comprendre, et ce n’est que des années plus tard que je suis tombé sur Krazy Kat de George Herriman et que j’ai réalisé que c’était cela. Krazy Kat c’est du pur génie. Personne n’a fait mieux en termes de bande dessinée.


Que vous permet la bande dessinée par rapport à la prose ?
La rapidité. La compréhension instantanée de là où on se trouve et de ce qui se passe. Ceci est une chose. Ensuite, il y a l’autre pendant de la chose. Vous pouvez voir un personnage faire quelque chose, en dire une autre, et penser encore autre chose et dans le même temps comprendre par les informations qu’il s’agit d’un flash-back. Tout cela d’un coup. La prose trouvera cela très difficile à rendre, et n’y arrivera que partiellement et grossièrement.


Les BDs et les romans graphiques étant désormais une part entière de la culture, pensez-vous qu’il y a moins de mépris à leur égard par rapport au passé récent ?
J’espère. Je trouve. Ils font l’objet de critiques en bonnes et dues formes dans des journaux de plus sérieux. Il y a des panels d’experts qui se développent.


De quelle manière John Blake a-t-il changé depuis que vous l’avez initialement créé?
L’histoire s’est renforcée. Au début je l’inventais au fur et à mesure, sans savoir à quoi ressemblerait le final ni même s’il y en aurait un. L’histoire est désormais ficelée et maîtrisée.


Comment Fred Fordham est-il arrivé à bord?
Sur les recommandations des bonnes gens du Phoenix. Il dessinait déjà une bande dessinée pour eux, que j’appréciais, car il était visiblement doué pour le dessin.


Quelle a été le degré de proximité dans votre collaboration ?
Il n’y a pas eu de proximité intense. On s’est rencontré une fois, on a échangé de nombreux emails et idées en développant l’histoire. Mais je lui fais confiance et sais que le tout est en de bonnes mains.


La bande dessinée est publiée en feuilleton dans The Phoenix depuis ce mois. Que pensez-vous que cela apporte à John Blake qui pourrait manquait dans le cas d’une seule publication sous forme d’album ?
Cela serait bien si les lecteurs se retrouvaient à anticiper le prochain épisode. C’est tout ce que nous pouvons demander, vraiment.


Vous aviez écrit une bande dessinée pour l’ancêtre du Phoenix, the DFC. Qu’en avez-vous pensé ?
PP: J’ai répondu à la quasi-totalité de ceci dans votre question sur Fred Fordham. Mais pour être un peu plus complet, j’ai aimé l’immense liberté que cela procurait. Je suis fondamentalement un écrivain, et on aime avoir une structure solide.


En 2016, qu’est-ce qui continue à attirer les lectures dans les histoires d’aventures?
Je pense que les aventures ont toujours attire les gens dont les vies ne sont pas spécialement aventureuses. Il y a une sorte de rêve éveillé en elles.


Comment décririez-vous The Adventures of John Blake à un lecteur ?
Mince, je suis un écrivain, pas un éditeur, ni un critique, ni un libraire. Je n’en ai aucune idée. C’est une histoire d’aventures.


Vous avez une fascination envers la religion et le prosélytisme religieux. Comme cela s’insère-t-il dans John Blake?
Nullement. Cette histoire ne touche pas à ce sujet.


Quels sont les avantages et inconvénients de l’écriture de bande dessinée en regard de la prose ?
C’est bien plus rapide ! La rapidité en général est ce que j’aime dans les bandes dessinées. Bien sûr, l’artiste doit prendre le temps de dessiner les images, mais quand on lit on les appréhende immédiatement. Et tout ce que l’auteur a à faire, c’est coucher les mots ‘Une tempête se développe à l’horizon’ et l’artiste doit passer du temps à jongler avec les formes et les couleurs pour que cela soit crédible. Quand vous écrivez de la prose, vous devez tout décrire par vous-même en choisissant les bons mots et (plus important) en sachant où vous arrêter.


A la Croisée des Mondes va arrive sur le petit écran pour la BBC. Quel est votre degré d’implication dans cela ?
J’ai été impliqué dès le départ. C’est un projet de bien plus longue haleine qu’un film. Le producteur me consulte sur un tas de sujets, notamment le script, que le très talentueux Jack Thorne est en train d’écrire. J’ai eu de nombreuses discussions avec lui et le responsable du design, également, car je désire obtenir un rendu visuel global convaincant pour qu’on se rende compte que nous sommes dans un autre monde, mais pas très différent pour autant. Quand on en viendra au casting, j’ai un certain nombre de suggestions que je souhaiterais faire également.


Vous travaillez sur The Book of Dust, un livre compagnion à la trilogie A la Croisée des mondes. Où en êtes-vous ?
Ca avance bien. Mais c’est un livre épais et j’en suis environ aux deux tiers du chemin, donc il y a encore à faire.


---


John Blake est en cours de publication dans le Phoenix sur base hebdomadaire et sera publié dans une édition collector par David Fickling Books.

https://www.thephoenixcomic.co.uk/

Détails
Lundi 20 Juin 2016 - 23:15:38
Haku
Source : Trip Wire Magazine
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  publicité  

  publicité