Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueil Forum Encyclopaedia Tchat F.A.Q Meeting menu Flux RSS menu
 
L’appel de Philip Pullman pour la défense des bibliothèques trouve écho sur le web :.
Jeudi 27 Janvier 2011 - 19:53:50 par Haku - Détails - article lu 1026 fois - - -

L’appel de Philip Pullman pour la défense des bibliothèques trouve écho sur le web
Un pamphlet passionné contre les fermetures parcouru par des milliers de lecteurs

guardian.co.uk, Jeudi 27 janvier 2011 12:05



Philip Pullman: "le fanatisme du marché va annihiler tous les aspects humains, humanistes, généreux, imaginatifs et décents de la vie publique". Photo: Sam Frost.




Un discours passionné donné par l’auteur Philip Pullman devant deux ou trois cents personnes dans une bibliothèque de l’Oxfordshire pour un meeting un peu plus tôt ce mois-ci est devenu un phénomène viral par le biais des réseaux sociaux.


Le discours publié en ligne et plus près de 20.000 fois en deux jours, a été tweeté et retweeté, et élevé au rang de classique de l’art oratoire. Il a déjà été traduit en français, sous le titre "Laissez nos bibliothèques en paix!". La romancière Joanne Harris (@joannechocolat) a qualifié Pullman de "génial", en demandant "Peut-on s’il vous plaît le nommer ministre de l’éducation ?", tandis que l’acteur Samuel West (@exitthelemming) a noté qu’il avait tenu "un discours des meilleurs". Nombre d’utilisateur de Twitter ont partagé leurs sentiments, avec comme exemple typique un commentaire de @jamesswyer : "Waouh. Le cri de raliement de Philip Pullman nous serre la gorge".


Pullman a été poussé à cette virulente critique suite aux plans du conté de l’Oxfordshire de couper le financement de près de la moitié de ses 43 bibliothèques, pour les placer à la place sous la tutelle de volontaires. Le romancier a comparé ces coupes budgétaires à la mise à sac de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie au IVe siècle, réservant un mépris tout particulier à l’idée d’avoir des bibliothèques tenues par des bénévoles, ce qu’il a qualifié de "non-sens paternaliste ".


"Pense-t-il que le métier de libraire soit aussi simple et vide de sens pour que n’importe qui se présente et endosse le rôle en échange d’un merci et d’une tasse de thé ?", a demandé Pullman. "Croit-il qu’un libraire se contente de dépoussiérer des étagères ? Et qui sont ces volontaires ? Qui sont ces gens dont les vies sont si vides et devant qui le temps passe tel les plaines infinies d’Asie centrale, qui n’ont pas de proches dont s’occuper, de travail, ou de responsabilités et qui sont si riches qu’ils peuvent offrir des heures de leur temps chaque semaine pour rien en retour ? Qui sont ces volontaires ? Connaissez-vous quelqu’un qui accepterait d’être volontaire sous cette forme? "


L’auteur de la trilogie de renom A la Croisée des Mondes a aussi rejeté la proposition du conté visant à permettre que différentes groupes communautaires puissent candidater à de l’argent d’une caisse centrale pour financer leurs bibliothèques, assénant avec un mépris flagrant que "nus devons nous agenouiller et réclamer, comme des petits chiens, et remuer la queue quand nous obtenons quelque chose", et déclarant que cela monterait les communautés les unes contre les autres. "Le fanatisme du marché" annihilera "tous les aspects humains, humanistes, généreux, imaginatifs et décents de la vie publique" a-t-il déclaré.


Pullman a aussi puissamment taclé les maisons d’édition, disant qu’elles ont aussi été infectées par la "folie du marché" et étaient désormais dirigées par des hommes d’argent.


"Le fantôme de l’avidité murmure à leurs oreilles : pourquoi publier cet homme ? Il ne vent pas assez. Ne le publiez plus" a dit Pullman. "Regardez à la liste de ses livres des dernières années : la plupart n’ont pas été des bestsellers. Cette année, il ne faut sortir que des bestsellers. Les décisions sont donc prises sur de mauvaises bases. La joie humaine et le plaisir n’en sont plus des facteurs, les livres sont publiés non plus car ce sont de bons livres, mais car ils sont identiques à ceux qui sont en tête des ventes à ce jour, car la seule mesure est le profit".


Le relais du discours enflammé de Pullman s’organise alors que le nombre de bibliothèques publiques menacées de fermeture s’élève à 400, selon le site d’information des bibliothèques publiques.


La plus touchée est l’île de Wight, où neuf des onze bibliothèques devront fermer. Mais une vague de soutient grandit derrière ce qui se nomme "Sauvez nos bibliothèques" : le 5 février, des "lectures" seront organisées dans les antennes locales, et les membres du publique sont incités à souscrire ou visiter leur bibliothèque, et emprunter la quantité maximale de livres autorisée. Les auteurs se sont massivement impliqués pour soutenir les bibliothèques, avec l’auteur de livres romantiques Katie Fforde et la mère de Gruffalo, Julia Donaldson au rang des derniers ralliés à la cause.


Mais le ministre de la culture Ed Vaizey a provoqué le mécontentement cette semaine en déclarant au cours d’un débat autour des bibliothèques au Westminster Hall que la mort du service des bibliothèques publiques a été grandement exagéré".


Détails
Jeudi 27 Janvier 2011 - 19:53:50
Haku
Source : Guardian.co.uk
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  publicité  

  publicité