Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
Phil Hawkins répond à Cittàgazze.com :.
Mardi 17 Novembre 2009 - 21:09:45 par Haku - Détails - article lu 2216 fois - - -

Phil Hawkins répond à nos questions




Produit par la société néerlandaise Dynamic Entertainment avec une équipe britannique, le film Le Papillon Tatoué est l'adaptation du roman éponyme de Philip Pullman sorti en 2001 mais publié dans sa première mouture dès 1992 sous le titre The White Mercedes (en référence à la voiture d'un des protagonistes). On y suit dans un Oxford contemporain l’histoire de Chris et Jenny, deux adolescents qui vont tomber éperdument amoureux mais qu’une sombre histoire de vengeance surgie du passé viendra séparer de la plus dure des façons.
C’est Phil Hawkins, né en décembre 1984, qui réalise le film. Son premier long-métrage,
The Women of Troy, avait glané en 2006 les prix du meilleur film et de la meilleure réalisation au Festival du Film Indépendant et de la Vidéo de New York, et Le Papillon Tatoué y a lui aussi remporté le prix de la meilleure réalisation en 2008. En 2007, il était repéré par Steven Spielberg pour être de l’émission On The Lot, un show américain de téléréalité regroupant de jeunes réalisateurs. Il réalise par ailleurs des publicités et des clips, comme il peut être lu sur son site.
Après quelques premières projections anglaises en septembre, le film est finalement sorti dans une poignée de salles au Royaume-Uni le 30 octobre dernier. C’est dans ce contexte que Phil Hawkins a généreusement accepté de répondre à nos questions…




Cittàgazze : Finalement, Le Papillon Tatoué est enfin sorti au Royaume-Uni. Que ressentez-vous ?
PHIL HAWKINS : Du soulagement et de l’excitation... Ca a été un long chemin, et un chemin frustrant que de faire sortir ce film au Royaume-Uni. On a eu la chance de voir nos droits achetés aux USA pour le cinéma et le DVD à l’issue du Festival du Film Indépendant et de la Vidéo de New York, et la sortie a suivi en avril. Les distributeurs au Royaume-Uni ont été plus longs à se réveiller, ce qui est surprenant quand on sait que le film était une affaire britannique ! Après avoir échoué auprès des distributeurs en utilisant les techniques traditionnelles, j’ai pris sur moi pour contacter directement des exploitants et proposer un partenariat équitable pour sortir le film. Showcase Cinemas a adoré le film et nous a vraiment tiré vers le haut, et, au final, a sorti le film dans certaines villes. Ca a été un soulagement, car je savais que le film méritait d’être vu par des spectateurs en salles plutôt que de sortir directement en DVD. J’ai aussi senti que je devais cela aux acteurs et techniciens bourrés de talent qui ont donné de leur temps pour faire ce film.


Y a-t-il espoir de voir ce film en France, en Belgique ou en Suisse d’une façon ou de l’autre (cinéma ou DVD) ? Y a-t-il des dates de sortie arrêtées pour d’autres pays ?
Je sais que le film a été vendu pour différentes villes (sic) européennes mais dans la mesure où j’étais accaparé par la sortie britannique, je suis un peu hors du coup pour ce qui est des dates de sortie ! Je sais qu’il est prévu que le film sorte dans ces pays prochainement, mais ils n’ont pas encore dit quand. Gardez un œil sur notre site web (http://www.tbtproject.com, NdT), il sera mis à jour dès que l’on sait.


Pour ceux qui ne sont pas familier avec le long cheminement du film jusqu’à l’écran, pouvez-vous donner un rapide aperçu du processus depuis le tournage ?
Eh bien, après cinq semaines de tournage, le film est passé en post-production. J’étais le monteur principal sur le film, mais j’ai eu la chance d’avoir eu un grand monteur qui a fait le boulot pendant que nous tournions, si bien qu’il y avait déjà une première mouture existante pour le montage. Il m’a fallu environ trois mois pour faire ma première version complète puis quelques mois pour peaufiner, ensuite environ deux mois de montage sonore, et un mois pour étalonner le film. Simultanément, une autre compagnie travaillait aux effets spéciaux du film (vous ne percevrez pas que la plupart d’entre eux intègrent des effets spéciaux !). A la suite de cela, l’idée a été de diffuser le film dans autant de festivals de cinéma que possible pour permettre d’avoir une première, et de le projeter pour attirer l’attention des acheteurs et distributeurs afin de le sortir en salles.



Vous avez évoqué dans certaines interviews le fait que vous aviez initialement cru que les producteurs vous proposaient de réaliser La Boussole d’Or. Cela n’a-t-il pas causé une déception temporaire de « seulement » réaliser Le Papillon Tatoué après cela ?
Ha! Non, pas de déception du tout. Avant de signer pour le film, les producteurs étaient juste réticents à révéler de quel livre ils acquéraient les droits. Je savais seulement qu’il s’agissait d’un roman de Pullman et dans ma tête j’ai directement pensé aux Royaumes du Nord. Quand j’ai appris qu’il s’agissait du Papillon Tatoué, j’ai couru acheter le livre et je l’ai adoré.


Est-ce que vous connaissiez ou aviez déjà lu des romans de Pullman avant ce projet et quel a été votre premier sentiment à l’issue de la lecture de ce livre (Le Papillon Tatoué) en particulier ?
Je connaissais l’œuvre de Pullman... un tas d’amis étaient de grands fans d’A la Croisée des Mondes. J’avais aussi vu quelques unes de ses adaptations télé. J’ai beaucoup aimé le livre quand j’ai lu pour la première fois Le Papillon Tatoué. Il y avait dedans tout ce que je voulais pour mon prochain film. D’excellents personnages, de la romance, et une ambiance de polar... Je savais que ça ferait un grand film.


Etait-ce difficile d’adapter en film un tel livre ? Qu’est-ce qui justifiait la nécessité d’ajouter des téléphones portables dans le script (pourquoi ne pas maintenir le film dans les années 1990 à l’image du livre) ? Y a-t-il eu d’autres modifications que vous avez jugées nécessaires ?
Il y avait quelques modifications qu’il était nécessaire d’apporter pour que le livre fonctionne à l’écran. La première d’entre elles était que je souhaiter en faire quelque chose d’un peu plus sombre et permettre à l’histoire de "grandir" avec l’époque et plus particulièrement avec les attitudes des adolescents actuels. Le livre a été initialement écrit au début des années 1990 et les choses ont beaucoup évoluées depuis. Nous avions véritablement besoin de prendre ceci en compte dans l’adaptation afin de la mettre au goût du jour et de ne pas passer pour naïfs. Deuxièmement, il fallait également intégrer les progrès technologiques. Le plus gros souci était de trouver comment de jeunes gens pouvaient perdre contact – ce qui est un gros nœud scénaristique – dans un monde de téléphones portables, de Facebook, d’Internet, etc. J’ai eu quelques idées au départ sur la façon de rendre cela crédible, mais Stephen Potts (le scénariste) a pris ce problème de front et est revenu avec des séquences très prenantes qui font appel à cette technologie qui était absente du roman. Il était important à mes yeux que la technologie – les téléphones mobiles par exemple – devienne un élément intégrant de l’histoire au lieu de simplement voir les personnages perdre ou casser leur portable. C’est beaucoup trop tiré par les cheveux et on n’aurait pas été crédibles. Stephen a fait un excellent boulot... C’est dur d’envisager le film sans les mobiles car ça fonctionne super bien !


Quelle a été la nature de l’implication de P. Pullman sur ce projet ? A-t-il apporté une aide quelconque au processus d’écriture ?
Philip s’est impliqué en lisant chaque étape du scénario. Il était important pour nous tous qu’il soit content de la façon dont nous adaptions et mettions les choses au goût du jour. Je l’ai même impliqué dans le casting. Il était ravi de l’adaptation. Je pense que ceci est du au fait que, même si nous avons modifié et actualisé le livre pour le film, l’essence des personnages est exactement la même que pour le livre. Vous pouvez voir le film et lire le livre, et retrouver en route la plupart des éléments de leur histoire personnelle.



Quel a été votre degré de liberté pendant le tournage ? Y avez-vous, vous ou les acteurs, modifié le contenu des scènes du script original ?
J’ai été impliqué de très près dans l’écriture du script si bien qu’au moment de tourner nous en étions tous plutôt satisfaits. J’ai changé quelques petites choses étranges ici et là pendant les répétitions et le tournage car ce qui semble parfois génial sur le papier ne rend pas aussi bien à l’écran. Il ne s’agissait que de détails mineurs cela dit. La structure du film à la sortie de la salle de montage comparé à celle du script a changé cela dit. Nous avons fini par couper quelques scènes – qui seront dans le DVD – et par changer l’ordre de certaines séquences pour que ça rende mieux. Tout ceci est plutôt normal, cela dit.


Qu’est-ce qui a motivé le choix de groupes de musique indépendants originaires de la région d’Oxford pour la bande son ?
Ca a été inspiré par le livre. Il y a je crois un moment où Jenny et Chris vont à la Jericho Tavern mais ils sont en retard et ratent le concert. J’ai décidé de faire en sorte – dans le film – qu’ils voient ce concert ! Cela fonctionnait avec les personnages. Je voulais vraiment donner au film une bande-son intéressante par le biais de musique indépendante et la mettre en contraste avec le superbe thème principal au piano que nous avions. Je suis également un grand amateur de musique indépendante, ceci explique aussi probablement cela !


Le film comportait un aspect éducatif dans son processus de création. Pouvez-vous nous en dire plus et sur votre sentiment à ce sujet maintenant que le film est sorti ?
Il y avait un projet éducatif tout au long de la conception du film (même si le terme sonne quelque peu formel !) En gros, le film impliquait des nouveaux talents devant et derrière la camera. Il donnait aux gens l’opportunité de tenir un rôle/travail qu’ils n’auraient normalement pas la chance d’assumer. Ceci nous a permis de former des gens pendant le tournage aux métiers qu’ils souhaitaient exercer. C’était génial car un tas de personnes qui ont commencé dans le milieu avec notre film continuent aujourd’hui à y travailler ! Ceci m’a aussi permis de dégotter et faire jouer deux jeunes et brillants acteurs - Jessica Blake et Duncan Stuart – qui incarnent corps et âme le film. Ce sont les stars de demain.


Dans le film, on peut voir une scène où Chris dépasse sans difficulté à vélo un groupe de coureurs cyclistes. Etait-ce là une référence au film de Jacques Tati, "Jour de Fête" ?
Ah ah ! Je pense qu’il doit s’agir là d’un hommage involontaire... mais je ne peux pas parler au nom de Stephen (Potts).


Dans la scène où Chris cuisine, on a le sentiment que vous filmez ses échecs plus avec une sorte de compassion amusée que par simple ressort comique. Etait-ce intentionnel ?
Je voulais juste que les personnages paraissent humains. Je voulais que les gens aiment ces personnages pour que lorsqu’on en arrive au coeur des évènements sombres et tragiques, ils soient totalement happés par l’histoire. Ces quelques pointes humoristiques mènent le spectateur à mieux connaître le personnage et elles aménagent des instants plus légers dans ce qui est une histoire finalement tragique.


Quels sont vos futurs projets ?
Mon prochain film est un autre thriller romantique ! Mais c’est à plus grande échelle. Cela se nomme "Crashing Wall Street" et est basé sur le crash de Wall Street en 1929, c’est donc un grande épopée. Nous devrions aussi avoir de grands acteurs à bord !


S’il vous reste un message à transmettre aux spectateurs, en France ou ailleurs, c’est le moment !
J’aimerais juste vous remercier tous pour votre soutien au film et notamment à Cittàgazze. Les fans ont été géniaux, et cela nous a permis de porter le film plus loin en terme d’exposition et de distribution. Merci un million de fois ! J’espère juste que je n’ai pas été un de ces réalisateurs qui ont "démoli" le livre !




Quatre photos HD du tournage nous ont également été transmises par M. Hawkins.
Cliquez pour les agrandir !



Cittàgazze tient à remercier M. Hawkins pour ses réponses.
Site officiel du film

Détails
Mardi 17 Novembre 2009 - 21:09:45
Haku
Source : Cittàgazze
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  publicité  

  publicité