Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
Deux ans de travail téléchargés en six minutes :.
Jeudi 11 Juin 2009 - 22:37:12 par Haku - Détails - article lu 1289 fois - - -

Deux ans de travail téléchargés en six minutes
Par Phil Hawkins, réalisateur du Papillon Tatoué



…Une excellente remarque du producteur Rik Visser. Depuis la sortie américaine en DVD du Papillon Tatoué, le film est désormais de façon officielle un téléchargement illégal. A ce jour, le film a été téléchargé 22876 fois, et ceci ne prend pas en compte les sites payants et autre serveurs torrent sur lequel le film est disponible (*mise à jour – une semaine plus tard, nous en sommes à 200.000 téléchargements !) Nous savions que ça arriverait. Dès que le DVD est distribué, il est facilement 'ripé' et mis en ligne sur Internet en quelques heures. Pourquoi les gens font cela ? Je n’en ai aucune idée. C’est un hobby plutôt curieux.

Je ne vais pas écrire ce qu’on a lu des centaines de fois… “Télécharger c’est mal”, “ça détruit l’industrie”, “les pirates financent le terrorisme” et tout le reste – oui, on sait que c’est illégal et que ça ne devrait pas être pratiqué, mais le problème est qu’on ne peut vraiment pas l’éviter. Il y a (de façon assez logique) des rumeurs disant que les studios proposent des premières versions de leurs films (toujours considérées comme des ‘fuites’) afin d’en faire la publicité et de susciter le bouche à oreille. C’est controversé, mais dans le cas de X-Men Origins (si c’était une fuite du studio) et sa version sans effets spéciaux, cela n’a pas porté préjudice à la sortie en salles.

Pour notre film, cependant, cela nous pénalise financièrement. Le Papillon Tatoué a été financé de façon indépendante et pour les investisseurs, un retour sur investissement est attendu. Nous avons eu la chance, étant pour un petit film indépendant britannique, d’avoir une sortie confidentielle en salles aux USA (suivie par le DVD) et d'avoir également vendu le film dans de multiples pays au Moyen-Orient et en Europe, mais nous n’avons pas encore amorti notre budget. Je ne crois pas que le téléchargeur moyen comprenne ce qu’est un film indépendant (et s’ils le savent, ils devraient déjà comprendre où est le souci!) Je ne suggère pas un instant le fait qu’il y a débat entre télécharger des films de studios plutôt que des films indépendants, mais de mon point de vue, pour chaque téléchargement, mon portefeuille ( et ceux de tout le reste de l’équipe, des acteurs et des investisseurs) est mis à mal. Le film, après tout, a été créé sur des investissements communs. Si personne ne l’achète, personne ne sera payé un centime. C’est aussi simple que cela.

On devrait se poser la question du téléchargement des films. Si une personne qui a téléchargé un film illégalement ne donnait seulement que 2£ pour le film, nous serions en très bonne voie pour amortir notre budget et – les téléchargements progressant encore – il pourrait même y avoir un profit au final (des films ont été téléchargés près d’un million de fois!) Soudainement, chercher à canaliser le pouvoir du téléchargement, plutôt que de simplement chercher à l’empêcher, semble une cause valable.

Mais c’est ici que se trouve le problème. Comment rendre des téléchargements “illégaux” lucratifs pour les cinéastes ? Depuis que Le Papillon Tatoué est apparu gratuitement en ligne, et qu’il s’est montré populaire, je me suis donné des claques car il m’est venu différentes idées et tentatives de rendre cela lucratif – mais prendre du recul est une bien belle chose. Parce que désormais, vu que le film est partout avec aucun moyen de stopper le phénomène, on arrive certainement trop tard.

Bizarrement, il y a aussi du positif de mon point de vue. J’ai été en fait assez surpris de voir le nombre de personnes qui avait entendu parler du film et qui l’ont téléchargé. Après tout, nous n’étions qu’un petit film indépendant qui n’avait eu qu’une sortie assez réduite aux USA. Comment ces dizaines de milliers de personnes ont eu vent de son existence ? Outre le site web, quelques sites de fans de Pullman et la bande-annonce sur Youtube, il n’y en a pas eu beaucoup de publicité. Depuis que cet engouement pour son téléchargement a débuté, des critiques apparaissent, des forums en parlent et notre page sur IMDb a vu sa popularité augmenter de 10,393%. Ce soudain éclat d’intérêt signifie que notre film relativement inconnu a été mis sous le feu des projecteurs et est désormais 75e sur le top 100 des films sur IMDb (nous sommes devant Wall:E!) et – sur un site web – nous sommes dans le top 50 des choses les plus téléchargées du moment. Si le succès est surtout dû au bouche-à-oreille, nous le connaissons certainement à cette heure.

J’ai même commencé à recevoir des e-mails personnels de gens qui ont vu le film et qui ont pris le temps de me dire à quel point il leur avait plu. Une femme disait : “C’était l’un des films les plus émouvants que j’ai pu voir” – une autre “Ce film est tellement triste, il en fait oublier Roméo & Juliette”. Des choses géniales à lire… Je me demande si ils ont acheté le DVD ou téléchargé le film ? Un blogeur ayant admis avoir téléchargé le film a dit que le film était si bon qu’il était parti acheter le DVD. N’est-ce pas un tournant intéressant que prennent les choses ? Je suis sûr que ça ne s’appliquera pas avec tout le monde, mais pour la minorité qui ira l’acheter, auraient-ils entendu parler du film sans le télécharger?

Le Papillon Tatoué a été un tremplin pour toutes les personnes impliquées. Ca a aussi été une tribune pour moi mais surtout pour les acteurs – c’étaient les premiers rôles principaux que tenaient Jessica Blake et Duncan Stuart. Avec les distributeurs – surtout au Royaume-Uni – qui ne voulaient pas donner une chance à un film plein d’“inconnus” et une sortie nationale fort peu probable pour un film indépendant, le film a soudainement touché un large public, bien qu’illégal. J’ai toujours dit aux distributeurs assez nerveux que le film avait clairement son public – le saut de popularité en est la preuve criante.

Où en sommes nous, alors ? La popularité va-t-elle encore faire du tort à une sortie en salles ou à des projets de distribution, ou bien sera-t-elle vue comme une preuve que le public veut voir le film et va l’apprécier ? Vous le saurez si le film sort au cinéma ou en DVD près de chez vous, hors des USA.

Je dois souligner que je ne condamne pas le téléchargement illégal – si vous lisez ceci et que vous n’avez toujours pas vu le film, je vous recommande fortement d’aller acheter le DVD. Le but de ces divagations est de mettre en lumière le fait que si nous choisissons d’ignorer le téléchargement, ça risqué de devenir encore plus néfaste – surtout quand il s’agit de film indépendant. Les producteurs et investisseurs (de façon assez normale) ne sont pas contents de la situation financière et – à un certain niveau – moi non plus. Le film est de façon évidente meilleur s’il est vu au cinéma, ou au pire en DVD. Avec des ‘si’ on peut mettre Paris en bouteille, mais si nous avions réfléchi à la question un peu plus tôt, nous aurions pu limiter ce large public “illégal” et rapporter de l’argent à tout le monde.

…et si vous avez téléchargé le film et que vous lisez cela désormais, vous devriez vous sentir très mal à l’aise – surtout si vous avez aimé le film. Toutes les contributions visant à apaiser votre conscience sont acceptées !


Détails
Jeudi 11 Juin 2009 - 22:37:12
Haku
Source : Philmblog - Philmaker
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  publicité  

  publicité