Entretien avec William Bowry (Birmingham REP)
Menu
Rendez-Vous
A la Croisée des Mondes
Philip Pullman
Cittàgazze
Partenaires

Sraf Network

btts

Statistiques



Hit-Parade



Follow Twittagazze on Twitter

Partager

menuAccueilForumEncyclopaediaTchatF.A.QMeetingmenuFlux RSSmenu
 
Entretien avec William Bowry :.
Vendredi 03 Avril 2009 - 00:11:13 par Haku - Détails - article lu 1931 fois - - -

Entretien avec William Bowry (Birmingham REP)





Depuis le 13 mars 2009, le Birmingham Repertory Theater de Birmingham, en Angleterre, accueille les représentations de la pièce de théâtre His Dark Materials, directement adaptée de la trilogie de Philip Pullman, A la Croisée des Mondes. A partir de l’adaptation proposée par Nicholas Wright pour le National Theater de Londres en 2003, Rachel Kavanaugh et Sarah Esdaile ont reconduit l’expérience avec une troupe de professionnels auxquels se sont ajoutés quelques amateurs, avant de partir en tournée à travers tout le pays jusqu’au mois de juin.

Cittàgazze a souhaité en savoir un peu plus et est entré en contact avec le REP de Birmingham. Rachel Kavanaugh n’ayant pu se libérer pour répondre à nos questions, c’est l’assistant metteur en scène de celle-ci, William Bowry, qui a finalement répondu à nos questions. Il revient donc sur l’adaptation de l’œuvre, son travail et la création d’une telle pièce, sur Philip Pullman et les enjeux du théâtre fantasy.






PRESENTATION ET ADAPTATION

Cittagazze : Avant tout, pouvez-vous vous présenter ?
William Bowry : Je suis William Bowry et je suis assistant metteur en scène sur His Dark Materials.


Cittagazze : Comment avez-vous été impliqué sur le projet? Qui a choisi de monter cette pièce ?
William Bowry : Je termine actuellement un Master d’Arts en direction artistique à l’université de Londres et dépendant de mon cursus ; je suis en formation professionnelle au Birmingham Repertory Theatre. C’est la directrice artistique du Rep (Rachel Kavanaugh) qui m’a offert la chance de travailler à ce poste sur cette production. Pour ce qui est de programmer la trilogie de Philip Pullman, c’est Rachel Kavanaugh qui en a eu l’inspiration, de part sa fonction de directrice artistique au REP.



Cittagazze : La pièce a été créée en 2003 pour le National Theatre de Londres. Pouvez-vous nous parler du travail apporté au script original et des modifications qui auraient pu y être apportées?
William Bowry : L’adaptation par Nicholas Wright avait été commandée par le National Theatre et spécialement écrite pour leur grande sale, le Olivier Theatre ; un théâtre de 1200 places avec un imposant élévateur (une énorme machine qui peut déplacer plusieurs décors sur la scène). Pendant la première lecture, Nicholas Wright a expliqué comment certains aspects des dialogues avaient été interpolés pour couvrir les principaux changements de décors au NT (notamment quand cet élévateur était utilisé).
Vu que le style de la pièce au REP dépend beaucoup moins d’une grande scène, la majorité de ces sections supplémentaires ont été retirées, avec le consentement de Nicholas Wright, qui a assisté à certaines répétitions. Outre ces petits changements, il y a eu peu de modifications apportées au texte initial.


Cittagazze : Pullman, Pratchett, et Lewis ont été adaptés. Que pensez-vous de cette mode de la fantasy au théâtre ? Est-ce principalement commercial, et quels sont les challenges de ce genre au théâtre?
William Bowry : Quand Terry Pratchett a reçu la Carnegie Medal for Children’s Literature, il a dit qu’il considérait que la “fantasy n’est pas seulement une histoire de magiciens et de baguettes débiles, c’est voir le monde sous un nouvel angle”. Pour ce qui est de His Dark Materials, chaque scène et l’histoire plus générale doivent se baser sur des émotions humaines ; une personne dans le public peut bien être impressionnée par les artefacts utilisés pour représenter un ours en armure ou un ballon volant, mais si elle ne se sent pas concernée par la loyauté de Lyra s’en allant sauver Roger ou par son amour naissant pour Will, cette production sera un échec.
Au niveau des challenges de l’adaptation d’un roman de fantasy sur scène, c’est très dépendant de l’histoire contée ; mais je crois qu’une pièce réussie reposera sur une scénographie magique au service d’une histoire très clairement humaine.
Enfin, toutes ces productions théâtrales ont été produites par le milieu subventionné du théâtre britannique, si bien que même si elles raflent des récompenses financières en cas de succès, elles ne sont pas originellement prévues comme des projets commerciaux.




HIS DARK MATERIALS SUR SCENE

Cittagazze : Un personnage important - Mary – est absent de l’adaptation alors même que la trame globale et son essence sont préservées. Par quels moyens un tel constat est-il atteint ?
William Bowry : Les romans de Philip Pullmans sont profondément bases sur Le Paradis Perdu de John Milton, et le personnage de Mary Malone est l’incarnation du ‘serpent’ qui tente Eve. Dans ALCDM, la principale fonction de Malone – malgré son désaveu de la religion – est d’enseigner l’amour à Lyra (la version de la tentation de Lyra selon Pullman). Dans les adaptations, cet aspect de l’histoire est tenu par la Reine des Sorcières, Serafina Pekkala, qui parle de son amour d’antan avec Farder Coram. Serafina introduit également le ‘Miroir d’Ambre’ dans la narration bien plus tôt, l’ayant reçu des mains du père de Will, Jopari.
Bien que les fans du livres puissant être déçus de l’absence Malone, elle passe une grande part du troisième livre avec les mulefas (un autre aspect omis dans l’adaptation théâtrale) ; et afin d’uniquement se concentrer sur le voyage de Will et Lyra, Nicholas Wright et l’équipe artistique d’origine ont jugé visiblement nécessaire de raconter son histoire au travers d’autres personnages.


Cittagazze : Comment gérez-vous la transition entre "Lyra et Will à 20 ans" et "Lyra et Will à 12 ans”?
William Bowry : Dans l’adaptation théâtrale, Nicholas Wright commençait la pièce avec Will et Lyra adultes se retrouvant au Jardin Botanique. Cette convention permettait au public d’associer clairement ce décor (le Jardin Botanique) avec Lyra et Will adultes, tandis que le reste de la pièce suit leur voyage en tant qu’enfants.


Cittagazze : Quelle a été votre façon de faire pour la petite taille des Gallivespiens ? S’agit-il de marionnettes ?
William Bowry : Les Gallivespiens sont de petites marionnettes de bois d’environ 20cm de haut.


Cittagazze : Qu’avez-vous choisi pour symboliser la fenêtre entre deux mondes?
William Bowry : Un effet de plateau avec des jeux de lumières assez intelligents créés par l’ingénieur éclairagiste Malcolm Rippeth.

Cittagazze : His Dark Materials est une trilogie littéraire. En plus de cette présente adaptation, il y a également des audiobooks, une adaptation radio, et le film ‘La Boussole d’Or’. Est-ce que ces différents médias vous ont été d’une quelconque utilité?
William Bowry : Les romans originaux de Pullman ont été primordiaux dans le processus des répétitions du fait qu’ils présentaient le schéma narratif général. Cependant, les autres adaptations ont été de moindre intérêt, parce qu’elles racontaient l’histoire via un autre support et par conséquent utilisaient de façon assez compréhensible d’autres conventions narratives.


Cittagazze : Quel a été le plus grand challenge pour mener la trilogie sur scène?
William Bowry : Nous n’avons eu que six semaines de répétitions ce qui a donc représenté un grand défi pour tout mettre en place en ce temps-là.



EQUIPE ET MISE EN SCENE

Cittagazze : Parlez nous des acteurs. Quels ont été vos critères pour les choisir ?
William Bowry : Bien que les acteurs pour la pièce devaient être courageux et à la mesure du challenge (la pièce implique de nombreux combats, de multiples changements de costumes, des marionnettes et un pont à cinq mètres de haut) le plus important critère dans la distribution a été de trouver des acteurs de théâtre instinctifs. Leur capacité à incarner l’essence de l’histoire de Pullman était essentielle pour la qualité de la pièce.



Cittagazze : Les deamons étaient représentés par des marionnettes dans la pièce jouée au NT. Est-ce que cela a également été votre choix et si tel est le cas, qui sont les marionnettistes ? Votre relation à ces derniers est-elle différente de celle avec des acteurs ?
William Bowry : Comme au NT, les daemons sont des marionnettes ; bien que du fait de la polyvalence des acteurs (17 acteurs pour plus de cent personnages), l’ensemble n’a jamais été scindé entre acteurs et marionnettistes. Une compagnie professionnelle de marionnettes, ‘Blind Summit’ constituait une large part de l’équipe créative, dans la mesure où ils ont non seulement créé les marionettes, mais aussi offert leur compétence pour conseiller la façon dont les acteurs (en tant que marionnettistes) pouvaient donner vie à leurs propres daemons.


Cittagazze : Une annexe au texte de la pièce précise qu’il est très important de passer rapidement d’un lieu à un autre. Il arrive souvent que des scènes soient très courtes avant qu’un changement de lieu et de personnages ne se produise : comment gérez-vous alors les décors ?
William Bowry : Très simplement : en n’ayant que peu de décors ! Sans passer pour désinvolte, tous les mondes et lieux sont représentés par de simples jeux de passe-passe théâtraux (ainsi Cittàgazze est identifiable à un jet de lumière rouge sur l’écran en fond de scène). La narration repose sur des voyages brefs et vifs entre les mondes ; il était donc essentiel que le rendu de la pièce de soit pas une entrave au moment de guider le public au fil de la trame de la pièce.


Cittagazze : Les deux parties de la pièce représentent environ six heures. Quand elles s’enchaînent le même jour, comment les acteurs s’y prennent pour rester en forme et énergiques ?
William Bowry : J’imagine… par un mélange d’adrénaline, d’excitation et par la perspective d’une visite au pub après la pièce!


Cittagazze : A cette heure*, est-ce que les répétitions se déroulent bien et ont-elle mené à de nombreux changement dans l’approche de la pièce?
William Bowry : Les répétitions sont désormais terminées, et nous avons juste démarré les représentations à Birmingham, recevant des réactions enthousiastes du public.




PHILIP PULLMAN

Cittagazze : De nombreux livres de Pullman ont été adaptés au théâtre : A la Croisée des Mondes, J’étais un Rat, L’Epouvantail et son Valet... En quoi ses livres sont-ils si facilement adaptés selon vous ?
William Bowry : Philip Pullman est un narrateur exceptionnel, et le théâtre se base sur des histoires exceptionnelles.


Cittagazze : Nicholas Wright a collaboré avec Philip Pullman pour créer son adaptation théâtrale. Avez-vous également été en contact avec l’auteur de la trilogie ?
William Bowry : Il a été en contact régulier avec Rachel Kavanaugh, la metteuse en scène, et a assisté à des répétitions ainsi qu’à la présentation à la presse.





ASPECTS TECHNIQUES

Cittagazze : Quels sont les moyens en jeu (par exemple le nombre d’acteurs, de techniciens, décors, finances…) et comment les avez-vous gérés?
William Bowry : Chaque répresentation implique 17 acteurs plus 7 jeunes, ainsi que 11 techniciens en coulisses.


Cittagazze : Vous allez jouer à Birmingham et dans diverses cités. Sera-t-il nécessaire de modifier une partie de votre travail dans chacun de ces lieux pour vous adapter aux salles dans lesquelles vous allez?
William Bowry : La production a été conçue pour une tournée, donc en théorie le rendu et tous les détails techniques de la pièce devraient convenir aux théâtres visités.


Cittagazze : Est-il prévu d’enregistrer les représentations, et un DVD est-il programme dans un future proche?
William Bowry : Pas à cette heure, mais je vous informerai d’éventuels changements.



CONCLUSION

Cittagazze : S’il vous fallait résumer His Dark Materials en une seule phrase, quelle serait-elle ?
William Bowry : Une histoire extraordinaire autour d’une jeune fille qui grandit.






HIS DARK MATERIALS
REP Theater, Birmingham Ven 13 mars - Sam 18 avril
Réservations : +44 (0)121 236 4455 http://www.birmingham-rep.co.uk
The Lowry, Salford Jeu 23 - Dim 26 avril
Réservations : +44 (0)870 787 5790 www.thelowry.com
Oxford Playhouse Mer 29 avril - Dim 3 mai
Réservations: +44 (0)1865 305305 www.oxfordplayhouse.com
Bromley Churchill Theatre Mer 6 – Dim 10 mai
Réservations: +44 (0)870 060 6620 www.churchilltheatre.co.uk
Royal & Derngate, Northampton Mer 13 – Dim 17 mai
Réservations: +44 (0)1604 624811 www.royalandderngate.co.uk
Edinburgh Festival Theatre Mar 19 – Sam 23 mai
Réservations: +44 (0)131 529 6000 www.eft.co.uk
West Yorkshire Playhouse Jeu 28 mai – Sam 20 juin
Réservations: +44 (0)113 213 7700 www.wyp.org.uk







Equipe
* Mise en scène : Rachel Kavanaugh & Sarah Esdaile.
* Assitant : William Bowry
* Adaptation : Nicholas Wright, d'après Philip Pullman.
* Décors : Ruari Murchison
* Musique : Catherine Jayes
* Ingénieur du son : Dan Hoole
* Production : Birmingham Repertory Theatre Company
* Eclairagiste : Malcolm Rippeth
* Marrionettistes : Blind Summit Theatre, Mark Down & Nick Barnes
* Chorégraphe : Toby Sedgwick


Distribution
* Lyra : Amy McAllister
* Will : Nick Barber
* Mrs Coulter/Caitlin: Charlotte Asprey
* Lord Asriel/Lee Scoresby: John Hodgkinson
* Iorek/Dr West/Perkins/Cawson/Prêtre: Geoffrey Lumb
* Pantalaimon/La Mort de Lyra : Gerard Carey
* Roger/Ben/Paolo/Prêtre : Thomas Aldridge
* John Faa/Jopari/Tialys/Prêtre/Erudit: Nicholas Asbury
* Frère Jasper/Kaisa: Daniel Brocklebank
* Fra Pavel/Dr Cade/Lord Roke/Giacomo Paradisi : Ian Conningham
* Salcilia/Daisy/Angelica/Pipistrelle/Kirjava : Minnie Crowe
* Jessie/Grimkeld/Hester/Sorcière torturée : Josie Daxter
* Lord Boreal/Boatman/Hopcraft/Dr Sargent : Christopher Ettridge
* Le Maître/Fra Coram/President : Timothy Kightley
* Serafina Pekkala/Stelmaria/Hannah : Emma Manton
* Mrs Lonsdale/Ruta Skadi/Nurse/Sorcière : Emma Pallant
* Singe Doré/Baruch/Assistant : Ben Thompson



PHOTOGRAPHIES DES REPRESENTATIONS (© Catherine Ashmore)







PHOTOGRAPHIES DES REPETITIONS (© Catherine Ashmore)










Cittàgazze tient à remercier chaleureusement M. William Bowry ainsi que Mmes Victoria Price, Clare Jepson-Homer et Rachel Kavanaugh pour leur écoute et leur généreuse aide ayant permis de réaliser cette interview. Nous vous proposerons une chronique de la pièce de théâtre dans les semaines qui viennent.



*Les questions ont été soumises avant le début des représentations.

Détails
Vendredi 03 Avril 2009 - 00:11:13
Haku
Source : Cittàgazze
Ce document a été écrit ou traduit par son auteur pour Cittàgazze. Si vous souhaitez utiliser ce document sur votre site, intégralement ou non, veuillez s'il vous plait en faire la demande à l'auteur et placer un lien vers Cittàgazze.
Ce document est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  publicité  

  publicité